L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2021

Parti sur la pointe des pieds, jeudi dernier, à l'âge de 97 ans, Mohamed Benkhedda, ancien directeur d'école, aura marqué des générations d'élèves qui ont trouvé en lui l'homme pédagogue et engagé pour un enseignement de qualité.
A la tête de l'école primaire Ben M'rah, située au cœur de Blida, pendant presque 30 ans, le défunt, toujours le sourire aux lèvres et d'une politesse irréprochable, était considéré comme étant l'un des notables de la ville tellement il a tant donné à sa ville ! Frère de Benyoucef Benkhedda, célèbre homme politique et président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), son combat contre le colonialisme se faisait surtout avec la propagation du savoir et des consciences.
«Je suis très attristée par cette si brutale nouvelle. Allah yerahmou. Un homme qui a marqué de son bâton de craie plusieurs générations d'enfants et d'enseignants. L'Ecole algérienne perd un de ses plus valeureux enseignants. Un pionnier de l'éducation ayant embrassé cette carrière dans les années 1950. Il m'avait confié que le ministère français de l'Education lui avait proposé en 1960 de s'installer en France en tant que chef d'établissement. Il avait prestement refusé cette offre préférant continuer le combat éducatif au service de son pays bientôt indépendant.
Que Dieu l'accueille en Son Vaste Paradis», témoigne, les larmes aux yeux, Mme Koriche, enseignante de français aujourd'hui à la retraite. «Je me souviens de l'époque où il préparait sa retraite, il se consacrait pleinement à préparer sa relève, en léguant tout son savoir et en transmettant sa fine pédagogie à son successeur, en l'occurrence Mme Boudiaf. En tant qu'enfant, j'admirais cette complicité pédagogique et cette modestie venant d'un maître à son disciple.
Et c'était vers 1987», se souvient un ancien élève de l'école Ben M'rah. Ayant commencé sa brillante carrière d'instituteur dans les villes de Relizane, Chlef et Alger, le défunt a été désigné directeur d'école dans sa ville (Blida) de 1962 à 1988. Après sa retraite et une longue période de loyaux services, il avait ouvert une librairie à l'ex-rue Tirman, une autre manière, pour lui, de transmettre la science et le savoir… comme un instituteur !
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.