Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Plafonnement des réductions pour l'Assurance automobile: L'Association des consommateurs veut saisir la justice    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Rencontre wali-investisseurs: Un «petit» bureau à la place d'une «grande» commission pour débloquer les projets    Une visite et des attentes    Le Liban n'est plus la Suisse    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Ligue des champions d'Afrique: ASEC Mimosas-CRB, aujourd'hui à 16h00 - Le Chabab en mission commando    Equipe nationale: Belmadi en remet une couche sur Delort    Coupe de la CAF: FAR Rabat-JSK, aujourd'hui à 17h00 - Un derby maghrébin indécis    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    Colère des travailleurs de l'éducation à Oran: Sit-in ce lundi devant l'académie    Bethioua: Des projets de développement au profit des zones d'ombre    Un «Tapie» d'or    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Une «tumeur maligne»    Belaribi brandit l'expérience algérienne    Le Brésil prend le large    Ibrahimovic est rétabli    Staveley annonce la couleur    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Des rejets à la pelle    C'est l'apanage des mamans!    La femme rurale tient salon à Béjaïa    Deux routes fermées à la circulation    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    «La présidentielle française brouille la réconciliation»    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    Liverpool : Klopp mécontent du rachat de Newcastle    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    La prise d'otage de tout un peuple    MACRON, LA QUESTION MEMORIELLE ET LE MASSACRE DU 17 OCTOBRE 1961    Les camions poids lourd et les travaux routiers interdits la journée à Alger    Un militaire décédé et deux autres blessés aux frontières ouest du pays    Giroud : "Le retour de Benzema a créé un déséquilibre"    Paris tente de calmer à nouveau le jeu    Grand cafouillage dans la programmation    D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika    L'innovation pour relever le défi du développement durable    L'association RAJ dissoute    Près de 3 100 stagiaires inscrits à Naâma    L'accent est mis sur la nécessaire égalité entre les Etats et les Nations    La Nation ne s'invente pas, elle est    Actuculte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Super Ligue africaine : Le projet suicidaire Infantino-Motsepe
Commentaire
Publié dans El Watan le 23 - 06 - 2021

Le président de la CAF, Patrice Motsepe, a de nouveau agité le serpent de mer, une ligue des champions formée de 20 clubs les plus riches du continent.
Ce projet n'est pas le sien. C'est celui du président de la FIFA, Gianni Infantino, qui l'a évoqué la première fois en novembre dernier à Kinshasa en RD Congo à l'occasion de la célébration du 80e anniversaire du Tout Puissant Mazembe. Il a volé l'idée aux clubs européens les plus puissants, qui voulaient organiser une compétition fermée et réservée exclusivement aux cadors du Vieux-Continent.
Ce projet, en Europe, il l'a soutenu et défendu derrière le dos de l'UEFA. Les correspondances existent. Il a tourné casaque lorsque l'UEFA s'est fâchée et a menacé d'exclure les clubs dissidents. Gianni Infantino a alors vendu sa marchandise aux nouveaux dirigeants de la CAF et en premier au président Patrice Motsepe qui a commencé à présenter les vertus de la trouvaille de son ami de Zurich.
Ce dernier dénoncera-t-il ce projet comme il l'a fait avec la super ligue européenne ? Lancer une compétition continentale reposant sur des principes discriminatoires n'ajouterait rien à la gloire déjà écornée de la confédération. Le choix des équipes qui seront conviées à cette nouvelle compétition se fera sur une base subjective et surtout pas sur celle du mérite sportif.
Pour faire passer sa pilule, Motsepe fait miroiter aux clubs et fédérations un retour gagnant sur le plan financier. Il rêve. Les clubs africains ne disposent ni d'une puissance financière, ni d'un environnement économique stable, ni d'une économie du sport et encore moins de puissants partenaires dans le domaine des droits de télévisions et de publicité. Ne parlons pas des rentrées au stade, vente de tickets.
En Afrique, sans la présence, l'aide et le soutien des pouvoirs publics, le football aura du mal à survivre. Motsepe et Infantino tueront le football et les compétitions locales s'ils arrivent à instaurer la super league en Afrique. Le football africain a besoin de dirigeants compétents pas d'apprentis-sorciers genre Infantino-Motsepe.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.