Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Concert des Up Beat Beatles
Ibn Khaldoun Résurrection réussie
Publié dans El Watan le 14 - 05 - 2005

Mercredi soir, 20h30. L'avenue Docteur Sâadane est bondée. Impossible de trouver une place où se garer. On devine très vite la raison : le concert des Up Beat Beatles, un groupe de jeunes Anglais qui fait revivre la légende du groupe mythique des années 1960 et 1970.
Alors, une certaine curiosité germe dans les esprits des fans qui remplissent la salle Ibn Khaldoun. Curiosité très vite dissipée. 21h précises, le groupe fait son entrée sur scène, surprise générale : l'illusion est grave. Même look, même style et mêmes manières. Des copies conformes ! Une véritable hallucination collective. Les quatre garçons dans le vent sont là, plus vivants que jamais. Ils saluent le public d'un gentil « salam » et attaquent d'emblée quelques morceaux, dont Everything that You Want . Le public adore. Les refrains sont repris en chœur et les moins timides prennent d'assaut la petite piste devant la scène, se laissant prendre au jeu, à l'illusion. Ce qui est fabuleux et insolite à la fois, c'est de voir que les Beatles ne sont pas le monopole des 40-50 ans. Beaucoup de jeunes de moins de 30 ans se révèlent être tout aussi mordus de ces folles années pas si révolues. Bien sûr, certaines têtes émergent du lot : elles semblent tout droit sorties de l'époque, vu leur look et leur façon de danser ! John Lenon (Roger Channing), très à l'aise, affirme, au nom du groupe, qu'ils sont heureux de l'accueil. « Last night, we have couscous ! », ajoute-t-il. Une sorte de dialogue s'installe entre les membres du groupe et l'assistance, l'ambiance devient intéressante. Entre deux phrases, deux plaisanteries et deux compliments, les néo-Beatles ne lèsent pas pour autant leur public. Pour les jolies femmes, ils chantent And I love Her , Love me do, Hold your hand... Sur la piste, on réclame She Loves you, mais John leur demande d'être patients. On note une légère différence au niveau des voix, mais leurs manières et leur façon de chanter sont tellement trompeuses, qu'on est très tenté d'y croire. En tout cas, de loin, on est en plein dedans, l'illusion se transforme en réalité ! Les titres les plus connus s'enchaînent : All my Loving , Let it be, l'incontournable Yesterday chantée par John, pendant que George Harisson (Colin Yates) prend quelques photos du public. Lequel déborde d'enthousiasme et de bonheur. « It's the best show we have done » (c'est le meilleur show qu'on ait jamais fait), précise-t-il au passage. Mais encore : Ticket to ride, Twist and shout, Help !, A hard day's night, Get back, I feel fine, This boy.... A 23h, le show se termine. Les quatre garçons dans le vent reçoivent les traditionnels bouquets de roses et saluent le public pour se retirer. Mais les réclamations les convainquent de revenir au bout de quelques minutes. Re-chansons : Hey Jude, Imagine.... Durant plus d'une demie-heure. Au total, plus de deux heures et demie de concert ! Le bonheur est partagé, I love you Algiers ! a été le mot de la fin. Une fin particulièrement prometteuse, puisque les Up Beat Beatles ont promis de revenir très bientôt pour cet incroyable public, complice, fin connaisseur et, surtout, très chaleureux. Les commentaires des heureux fans se poursuivent à la sortie. La surprise fut de taille !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.