Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Impact du Covid-19 : la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    Covid-19 : Plusieurs mesures pour garder la situation sous contrôle    Des communes de la circonscription administrative de Birtouta interdisent la vente des moutons dans les lieux publics    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Cap sur un nouveau plan de relance    En attendant un autre ordre de mission    Colère et consternation    54 infractions à la législation forestière enregistrées    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    La méditerranée, une spécificité dans le changement climatique    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paradoxe d'une fête Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 11 - 2010


Il y avait plus de têtes de mouton que de sachets de lait à travers le pays en cette fête de l'Aïd El Adha 2010. Face à la pénurie persistante de cette matière hautement nutritive, les citoyens algériens ont donc tenté de compenser cette carence en consommant de la viande rouge. Au-delà du respect du rite religieux et des traditions culinaires, une contradiction marque quand même la célébration de cette fête. Un Etat qui jouit d'importantes réserves en devises est apparemment plus enclin à festoyer une journée en favorisant la mise sur le marché de milliers de moutons qu'à faire un effort pour procurer aux familles des rations de lait. Une telle situation doit interpeller, une fois de plus, les autorités car il s'agit là d'un problème de santé publique. La croissance de millions d'enfants algériens dépend de la disponibilité du lait, pour le moment. Pour ce qui est de sa qualité, c'est un débat qui incombe aux médecins et aux nutritionnistes. Il est du rôle de l'Etat, en tant que puissance publique, d'intervenir pour mettre un terme à cette pénurie et non se contenter de déclarations qui accusent les opérateurs ou le marché mondial. Il est impensable que des produits alimentaires superflus – et souvent nocifs pour la santé – inondent les commerces alors que les images des files d'attente devant les souks el fellah, dans les années 1980, reviennent aujourd'hui dans les quartiers, villes et villages du pays. L'écrivain britannique Oscar Wilde écrivait : «Qu'est-ce que le cynisme ? C'est connaître le prix de tout et la valeur de rien.» De nos jours, il semble bien qu'on a tendance à ne pas vraiment calculer les incidences de cette situation de pénurie. Dans les pays développés, préserver la santé publique est la mission numéro 1 de l'Etat.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.