Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Startups: le financement participatif bientôt opérationnel    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Treize activites acquittés    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'oiseau n'est peut-être pas si nuisible que ça
Les excréments des étourneaux font des ravages
Publié dans El Watan le 27 - 11 - 2010

Les étourneaux sansonnets hivernent en Algérie. Et lorsqu'ils occupent des espaces comme le Jardin d'essai ce, n'est que pour y dormir.
Votre voiture est noircie par des déjections ? Vous avez remarqué les odeurs nauséabondes dans les parcs et les jardins ? Et oui, les étourneaux sont de retour en Algérie. Depuis octobre, ils sillonnent le ciel et sont reconnaissables par les bandes noires qui évoluent de façon saccadées mais organisées. Accusés de porter atteinte à l'environnement, les étourneaux ont très mauvaise réputation. En Algérie, ils pourraient être utiles…
L'allée des ficus du Jardin d'essai à Alger s'est recouverte d'une couche de deux centimètres d'excréments d'étourneaux, la chaussée est devenue glissante et la marche en devient dangereuse. Les bancs de granito sont aussi recouverts de ces crottes d'oiseaux. Taches noires à l'odeur pestilentielle, les déjections des passereaux laissent planer dans l'allée une odeur de poulailler. Les arbres aux racines aériennes sont recouverts. Les acanthes qui ont sorti leurs larges feuilles vertes et brillantes sont cramoisies par ces billes noires. Des agents d'entretien du jardin viennent de finir de nettoyer un banc de granito. «Au karcher», précise A. Ziriat, directeur du Jardin d'essai. Cela ne se voit pas, le banc est encore plein de ces salissures. «Il faut opter pour des bancs en fonte, les crottes ne tiennent pas dessus», ajoute le directeur. Les couloirs aménagés pour l'écoulement des eaux de pluie sont remplis d'un liquide noir : l'eau s'est mélangée aux fèces. L'odeur est tenace malgré la fraîcheur matinale. Bizarrement, la statue de Ouled Naïl n'est pas trop touchée. Quelques brachages font barrière. «Il y a trois ans, un canon nous avait été prêté par les services de protection des végétaux. On a tiré trois coups et ils sont partis. Mais ils sont revenus le lendemain», raconte A. Ziriat. Les branches des ficus ont la particularité de pousser loin du tronc et de s'étendre.
Pour progresser, l'arbre soutient ses branches par les racines aériennes, mais lorsque les racines ne sont pas encore solides, les branches cassent sous le poids des étourneaux. Car des étourneaux, il y en a des centaines de milliers au Jardin d'essai. «Peut-être plus d'un million», déclare Akli Slyemi, animateur en ornithologie à l'école de l'environnement du jardin. Mais pour ce passionné d'oiseaux, la présence des étourneaux est une bénédiction.
La fin des insectes
«C'est vrai qu'il y a des excréments partout et qu'ils font du bruit, c'est vrai qu'ils cassent des branches, mais à côté de tous les avantages qu'ils donnent à la nature, il faut au contraire défendre leur présence en Algérie», défend A. Slyemi. «D'ailleurs, si la branche casse, c'est qu'elle devait casser, et vu que les étourneaux élisent domicile au jardin la nuit, la branche ne risque de tomber que le soir, lorsque les visiteurs sont absents», déclare en substance l'animateur. Les étourneaux sansonnets hivernent en Algérie. Dans toute l'Algérie. Ces oiseaux de 21 cm ne nichent pas ici, et lorsqu'ils occupent des espaces comme le Jardin d'essai, ce n'est que pour dormir. La journée, dès 6h30 du matin, les oiseaux partent pour manger dans les campagnes avoisinantes. Ils rentrent vers
16h30 par petits groupes au début puis par nuages entiers. Dans leur vol chaotique et vu leur nombre, certains meurent écrasés dans la bousculade. Une famille d'étourneaux mange jusqu'à 350 insectes par jour. En Russie, par exemple, des nichoirs sont aménagés dans les forêts pour attirer les étourneaux susceptibles de venir manger dans les campagnes avoisinantes. Le but est de se débarrasser d'une prolifération importante d'insectes. Mieux, ces fientes montrées du doigt seraient un important engrais.
«Le pouvoir germinatif des graines mangées par l'oiseau serait augmenté dès lors que la graine passe par le tube digestif de l'oiseau», soutient A. Slyemi. Le jeune homme maintient qu'il faut cesser de prétendre que cet oiseau est nuisible et qu'au contraire, il faut apprécier tous les avantages qu'il procure à la nature. «S'il est tué dans certaines régions de la planète, c'est d'abord parce qu'il est nicheur là-bas. La chasse de cet oiseau est réglementée aux Etats-Unis et au Canada. En Algérie, il n'est là qu'un temps et procure de l'engrais à nos campagnes et nos forêts. Il mange des quantités d'insectes nuisibles. Le plus nuisible, donc, ce n'est pas l'étourneau», insiste A. Slyemi. Et de proposer de faire comme en Russie : exploiter le sansonnet pour lutter contre le criquet par exemple, qui peut faire des ravages sur des productions.
De son côté, A. Ziriat, directeur du jardin, soucieux de préserver les végétaux centenaires en bon état, envisage d'introduire des rapaces dressés. Grand prédateur des étourneaux, cela diminuerait leur nombre en quantité. Mais il est difficile de trouver des dresseurs en Algérie. Reste peut-être une machine qui imiterait le bruit des rapaces. «Elle coûte environ 40 millions de centimes», selon le directeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.