LA CULTURE DU BON SENS    Les postiers poursuivent leur grève    Ministère de l'Enseignement supérieur: Alerte au piratage de données personnelles sur Facebook    La paix au Mali sabordée ?    Création d'un comité du LREM à Dakhla: Le gouvernement français «regrette», mais soutient le plan marocain    FAF - L'AG élective aujourd'hui: Charaf-Eddine Amara, oui, mais...    Ligue 1- Mise à jour: Un quatuor à la relance    FAF - Coupe de la Ligue: Un duel des extrêmes pour commencer    El-Bayadh: Flambée des prix    Education nationale: Débrayage annoncé des corps communs    Secteur urbain El Emir: Une tentative de squat d'un trottoir avortée    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Guelma: Hommage au chahid Souidani Boudjemâa    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    Est-ce une nouvelle crise ?    Les premiers signaux d'un emballement social    Ça persiste à béjaïa    Les suggestions des opérateurs    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    176 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Ramadhan entamé dans des conditions difficiles    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Des soirées ramadhanesques presque normales!    Le nombre des demandeurs a doublé    Un dispositif sécuritaire spécial Ramadhan    6 éléments arrêtés et 15 casemates détruites    L'IPA annonce plusieurs nouveaux cas    Quand Goudjil séparait le bon grain de l'ivraie    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Ahmed Rachedi, conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    La leçon d'une vie    Une 93e édition avec des stars en chair et en os!    Soltana Khaya: ma lutte est celle de tous les Sahraouis    Algérie Poste : Poursuite de la grève (3e jour)    Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    «Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    La marche de la communauté universitaire empêchée    Les étudiants continuent de marcher    Des journalistes reviennent en... autostop !    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Montréal : Les Algériens réduits à jalouser la révolution tunisienne !
Monde : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 01 - 2011

Une bonne partie de la diaspora algérienne du Canada appartient à la génération qui a vécu les événements d'Octobre 1988, l'ouverture démocratique vite avortée et la crise qui s'en est suivie.
De notre
correspdant à Montréal
Ironie de l'Histoire, vingt-deux ans après, là voilà aujourd'hui réduite à… jalouser la révolution tunisienne. Au café Safir, au cœur du quartier maghrébin de Montréal, Ahmed, d'origine algérienne, disserte sur l'actualité, entre deux gorgées de café en face d'un écran géant où défilent en continu les informations du jour. «On a fait la révolution de Novembre 1954 et même le 5 Octobre 1988, mais il faut reconnaître que le centre de gravité révolutionnaire s'est déplacé vers l'Est au Maghreb. Habituellement, nous Algériens, on niaise (taquiner, en français canadien, ndlr) les Tunisiens pour avoir subi le protectorat français, Bourguiba et le duo Leïla-Zine El Abidine. ça frôle parfois l'arrogance.
Là, on est en train d'avoir la preuve qu'on est à côté de la plaque !», lance-t-il, déçu par la tournure des événements en Algérie, où la dernière révolte des jeunes a été réduite à une question de prix d'huile et de sucre. Sur RDI, le réseau francophone de l'information en continu de la télévision publique canadienne, une Algérienne, qui participait samedi à une marche pour soutenir la révolte des jeunes en Algérie, va dans le même sens. «Nous sommes jaloux de ce qui se passe en Tunisie», affirme-t-elle au micro de la journaliste qui l'interviewe en face du consulat d'Algérie à Montréal.
Villa de 2,5 millions de dollars
La fuite de la fille de Ben Ali à Montréal, deux jours avant la chute de son père et la villa de 2,5 millions de dollars que possède son mari sur les hauteurs du Mont Royal, à Montréal, alimentent les discussions. Des membres de la diaspora tunisienne ont rapidement envahi l'aéroport Trudeau après qu'une rumeur insistante les donnait sur le point d'atterrir. La vox populi dit que la fille de l'ex-président tunisien a pris une sortie pour VIP. La grande manifestation de samedi dernier pour soutenir la Révolution de jasmin a drainé près de 5000 personnes au centre-ville de Montréal. Les Tunisiens sont près de 17 000 au Canada. C'est dire le degré de mobilisation. On pouvait clairement voir les drapeaux algériens dans la vague rouge des couleurs tunisiennes.
Un régal pour les photographes qui avaient l'habitude d'immortaliser ce genre d'événements au Petit Maghreb, moins «photogénique» pour le moment que le centre-ville de la métropole. Peu avant cette manifestation qui a fait la une de tous les médias locaux, une autre moins importante en nombre avait eu lieu sur une rue plus au nord et s'est terminée en face du consulat d'Algérie à Montréal. Les organisateurs d'origine algérienne ont appelé à soutenir la révolte des jeunes en Algérie et à ne pas la réduire à une émeute de la faim.
Emission spéciales
Pour Zehira Houfani, écrivaine qui s'est fait connaître au Canada à travers son essai publié en 2002 avant l'invasion américaine de l'Irak, Lettre d'une musulmane aux Nord-Américaines, et une des initiatrices de la marche des Algériens de Montréal, «le peuple tunisien a ouvert la voie de la révolte populaire pour la conquête de la démocratie. Nous, Algériens, qui luttons pour la même cause, lui rendons hommage et saluons son courage d'avoir vaincu un des grands dictateurs de la région, jouissant du soutien inconditionnel de l'Occident». Même son de cloche du côté de Omar Aktouf, professeur aux HEC de Montréal et grand pourfendeur de la finance mondiale.
Pour lui, «même si les situations en Algérie et en Tunisie sont comparables sur le plan de la misère et du chômage, l'Etat algérien a des moyens de répression plus importants que ceux de l'Etat tunisien». Il affirme que dans tout pays, si plus de 25% de la population n'a rien à perdre, la révolution n'est jamais loin. A noter aussi que les émissions maghrébines et algériennes des radios communautaires montréalaises, à l'image de Radio centre-ville, ou Radio Moyen-Orient, ont consacré plusieurs émissions «spéciales» aux événements du Maghreb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.