Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Rassemblement hier à la Grande-Poste d'Alger    «Une attitude mesquine de la direction de l'USMA»    La Guinée disqualifiée pour fraude sur les âges    La récupération, principal souci de Belmadi !    Jus pour une peau saine et lumineuse    Echauffourées entre jeunes et policiers    Infusions de plantes pour accompagner le traitement de la gastrite    Nomination de 4 nouveaux cadres    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Flan de poulet    USMA - Benyahia : «On battra le MCO et le titre sera à nous»    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Nouvelles de l'Ouest    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Musique : Quand Farid Khodja s'inspire de Jack Lang !    La laïcité , une chance pour l'Algérie    Déclaration du chef du gouvernement marocain à propos de l'Algérie: Rabat dément    Et si c'était la solution ?    Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    L'ébauche d'une solution    Grand intérêt pour le sport scolaire    Macron recevra Haftar la semaine prochaine    Baptême du feu pour Arkab!    Une quatorzième édition dédiée à la mémoire de Annaba    La reprise des liaisons aériennes reportée    Arrestation de 29 terroristes    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Frifer se rapproche du CS Sfax    Transition politique : Conférence nationale pour aboutir à un scrutin présidentiel intègre et crédible    "Une décision salutaire"    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Il égorge sa femme juste avant le ftour    Trois ans après avoir été démis de ses fonctions : Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger    Le plaidoyer du compromis    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    6 civils tués lors d'un raid saoudien    Farah Rigal en automne en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika-Ouyahia : jeu et enjeu
Publié dans El Watan le 23 - 11 - 2005

Lorsque, en juin 2003, Ahmed Ouyahia avait accepté de prendre le poste de Benflis, congédié par Bouteflika, l'opinion nationale n'en revenait pas. La surprise fut totale. Et pour cause. Quelques semaines seulement après cette soudaine entente politique entre les deux hommes, Ahmed Ouyahia, alors simplement responsable du RND avec un portefeuille - voie de garage - de ministre personnel du Président, ne s'est jamais empêché de dire publiquement tout « le bien » qu'il pensait de la fameuse « concorde nationale », que voulait vendre Bouteflika.
Il était en effet clair que les deux hommes étaient loin d'être sur la même longueur d'ondes. Bien au contraire ! Mais, les voies du système étant impénétrables, le même Ouyahia consentira quand même, contre le cours des projections, à prendre le poste de chef du gouvernement, pour assister un président dont le pouvoir commençait à chanceler. « A chaque fois que l'Algérie a besoin de moi, je répondrai toujours présent ! » a-t- il simplement concédé à ceux, estomaqués, qui avaient relevé le grand écart. Depuis, l'homme s'est régulièrement vanté de sa lune de miel d'avec Abdelaziz Bouteflika. « Il n y a aucun problème avec monsieur le Président », n'a-t-il cessé de répéter à chaque fois que des couacs débordent les murs de son palais. Certains pensent que l'attitude énigmatique de Ouyahia tient au fait qu'il ait conclu un deal avec le chef de l'Etat avec, en point de mire, la prochaine élection présidentielle. Il se dégage en effet chez cet homme une outrecuidance qui en dit long sur son ambition politique. Démesurée ? Peut-être pas dans la mesure où il est sans doute convaincu qu'il est promis à un destin national, d'où la nécessité d'une patience, d'une persévérance et, parfois, de sacrifices. Quitte à ce que le sobriquet « d'hommes du sale boulot » lui colle à la peau. Mais, il est fier de tout. Y compris des piques que lui envoie par intermittence Bouteflika, qu'il s'arrange cependant à « formater » en fleurs. C'est que le couple Bouteflika-Ouyahia symbolise parfaitement un mariage de raison aux yeux de l'opinion publique et de la presse. Pour le meilleur mais pas spécialement pour le pire... Ouyahia a encaissé, souvent sans broncher, les remontrances du Président. Il a même essuyé des rappels à l'ordre, notamment par rapport à l'officialisation de tamazight, à propos de laquelle il s'était engagé avec les archs. Le chef du gouvernement est malgré tout resté de marbre. Inamovible. Sûr peut-être de suivre la bonne voie. Celle qui mène directement à l'autre palais, celui d'El Mouradia. Cette fin justifie tous les sacrifices à ses yeux, y compris le rôle peu enviable d'exécutant sans état d'âme des sales besognes. Mais, en fin stratège, il ne se mouille pas trop. Le pays est en panne, il peut toujours dire : « Ce n'est pas de ma faute ». La preuve ? Il prend souvent le soin de dire que « la dernière décision revient au Président ». Il n y a qu'à décoder sa réaction vis-à-vis de la lenteur des textes d'application de la charte. Et, en 2009, quand l'heure des comptes sonnera, Ahmed Ouyahia pourra toujours plaider non coupable. Il pourra même croiser le fer avec l'actuel patron de la Présidence, qui ne cache pas sa volonté de briguer un troisième mandat via un amendement de la Constitution. Une mesure que conteste très bruyamment Ahmed Ouyahia. Et ce n'est certainement pas pour rien. Loin s'en faut.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.