Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Remboursement des médicaments
Un tarif de référence pour 116 produits
Publié dans El Watan le 27 - 12 - 2005

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, a annoncé hier, lors de la journée d'information sur le tarif de référence, organisée au siège du ministère, les nouvelles modalités de remboursement des médicaments.
Un mécanisme indispensable, selon lui, pour la promotion du médicament générique et pour réduire les dépenses de la Sécurité sociale qui sont passées de 19 milliards de dinars, en 2003, à 41,5 milliards de dinars en 2004. Il a indiqué que les différentes études menées par son secteur et par d'autres organismes ont souligné l'impact de l'effet prix, plus que les autres facteurs, sur le rythme de croissance très rapide des dépenses pharmaceutiques de la Sécurité sociale. A ce titre, le ministre a signalé que le rythme de croissance est de l'ordre de 20% par an, alors que l'expérience internationale, selon lui, « montre que, dans la plupart des pays, le taux d'évolution de ces dépenses ne dépasse pas les 6% ». La démarche adoptée par son secteur ne créera pas, d'après lui, une contrainte à l'accessibilité du médicament, mais permettra de « dépenser mieux », pour une meilleure prise en charge des assurés sociaux. Interrogé sur les économies que pourraient faire les caisses de Sécurité sociale avec l'application de ce tarif de référence pour l'année 2006, Tayeb Louh a déclaré qu'elles seraient de près de 4 à 5 milliards de dinars. Il a fait savoir que ces économies vont être redistribuées pour contribuer à l'amélioration de niveaux de prise en charge d'autres soins de santé, tels les actes médicaux. Concernant la mise en application de cette nouvelle mesure, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a rassuré que l'arsenal juridique visant la régulation du marché du médicament a été parachevé, en rappelant les mesures législatives de 2005 telles que les dispositions législatives contenues dans la loi de finance 2006 se rapportant au domaine du médicament. Pour lui, aujourd'hui, il y a « une meilleure connaissance du marché national du médicament, par le biais de la constitution de la base de données au niveau des secteurs du commerce, de la santé et des organismes de la Sécurité sociale et une plus grande disponibilité du médicament avec une très forte implication de la production nationale ». Tayeb Louh a, par ailleurs, signalé qu'il est aussi prévu un réaménagement de la convention avec les pharmaciens d'officine pour susciter leur adhésion à la démarche. Comme il est décidé par le gouvernement, selon lui, de procéder à la révision des marges bénéficiaires du pharmacien. Ce qui pourrait impliquer la modification du prix du médicament ? Pour Louh, elle sera faite sans aucune incidence sur le prix public algérien (PPA). « C'est plutôt dans le but d'encourager la prescription et la consommation du générique. Gagneront plus ceux qui vendront des produits moins chers », a-t-il noté. Ainsi, le tarif de référence concernera 116 dénominations communes internationales (DCI), formes et dosages de médicaments qui représentent 10% de l'ensemble de la liste des médicaments remboursables, au nombre de 1073 DCI. Ces dernières constituent, selon les estimations, 50% du marché. L'instauration de ce tarif de référence se fera progressivement et ils sera applicable dans un délai de trois mois après la publication de l'arrêté, selon Dr Ladada, membre du comité de remboursement du médicament qui a présenté la méthodologie pour la mise en place de ce tarif de référence basé sur des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du Programme national de santé et sur le constant des différentes maladies chroniques fréquentes en Algérie. Il a signalé que le délai de révision de ces tarifs est fixé à une année, alors que l'actualisation des DCI se fera chaque trimestre. Dr Bourkaïb, sous-directeur des prestations à la direction générale de la Sécurité sociale, a, quant à lui, abordé les expériences internationales en matière de tarifs de référence et de remboursement du médicament dans plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Allemagne, la Hongrie, la Pologne, les Pays-Bas, etc. Le Syndicat des pharmaciens d'officine (Snapo), présent à la rencontre au même titre que toutes les organisations du secteur (Unop, syndicats des praticiens, associations de malades) propose qu'un tarif de référence à l'importation soit appliqué. Pour le Syndicat algérien de l'industrie pharmaceutique (Saip), cette mesure aboutira à la préservation des parts de marché des grands laboratoires. « La production nationale a du mal à épuiser ses produits génériques devant les masses des molécules mères importées », a regretté Chibila Abdelkader du Saip.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.