Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Biographie du défunt    Lumière sur les zones d'ombre    Les préoccupations locales dominent    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    Annaba a trouvé la parade    Plus de 4 300 employeurs exonérés à Constantine    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Lamamra s'entretient avec son homologue français    "Le système de santé doit être revu"    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Séminaire pour les arbitres d'élite    300 milliards de dinars en deux ans    Quel impact sur la Sonatrach ?    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Où sont passés les indépendants ?    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Syriens d'Algérie croient en la victoire
Un rassemblement de solidarité avec la révolution syrienne
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2011

A pleine gorge et loin de leur pays meurtri, les Syriens d'Algérie, appuyés par la Coordination algérienne de soutien à la révolution syrienne, ont dénoncé fermement les massacres du régime de Bachar Al Assad contre les populations civiles qui réclament, depuis six mois, un changement démocratique.
Pour le quatrième vendredi consécutif, la communauté syrienne, établie en Algérie, a tenu un rassemblement de solidarité, hier, devant le siège de l'ambassade syrienne à Alger, en solidarité avec les Syriens en lutte contre la dictature. Drapeaux syrien et algérien flottant et scandant : «Le peuple veut faire chuter le régime», «Notre révolution est pour la liberté», «Pas de dialogue, pas de réformes avec Al Assad l'assassin» et «Le bruit des chars ne nous fait pas peur», les protestataires se disent convaincus du triomphe de leur révolution. L'ancien ministre de la Communication, Abdelaziz Rahab, est venu apporter son soutien aux Syriens. «Il faut soutenir tous ces mouvements démocratiques dans le monde arabe», prône-t-il Les slogans scandés dans toutes les villes syriennes sont repris en chœur dans le rassemblement. «Nous sommes meurtris de voir notre peuple se faire massacrer par le régime de Bachar. C'est extrêmement dur de vivre ces moments tragiques loin des nôtres, mais le peuple aura raison de lui», a témoigné une Syrienne.
La colère et l'indignation se lisent sur les visages de ces femmes, enfants et hommes, qui rêvent de voir leur pays retrouver sa dignité et sa liberté. Cependant, ils se disent heureux que le peuple se soulève comme un seul homme pour briser les chaînes de l'arbitraire. Mégaphone à la main, Houda M., Syrienne et animatrice du rassemblement, scande très fort : «Le peuple veut être libre. Bachar, l'assassin, l'ennemi de l'humanité, dégage !» et lance un appel aux peuples arabes leur demandant «d'exprimer leur solidarité avec le peuple syrien qui fait face héroïquement aux balles assassines du régime de Bachar». De son côté, le porte-parole de la Coordination algérienne de soutien à la révolution syrienne, Abdelaziz Hariti, est sûr de la victoire du peuple contre la tyrannie. «Nous disons au régime syrien qu'il n'a devant lui que la satisfaction des revendications du peuple syrien, parce que sa révolution va continuer et à la fin elle vaincra», a-t-il clamé.
Le docteur Michel Sattouf est convaincu de la victoire «malgré la répression féroce du régime». «L'imprévisible domine, mais il est impossible de revenir en arrière. Une grossesse qui arrive à six mois est viable», estime-t-il, en faisant allusion au Six de la révolution. «Al Assad est animé par deux complexes, l'excès de force et le mauvais calcul politique, c'est un président immature. Alors que le peuple est animé d'une détermination inébranlable. Dans cette équation, la victoire sera sans aucun doute de notre côté», estime Sattouf.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.