Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Meeting de Lyon (100m NL): Amel Melih améliore son record d'Algérie    Grève des postiers dans la capitale : Reprise du travail et grande affluence des citoyens    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Saignée de capital humain    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    L'industrie sinistrée aux oubliettes?    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un comité de soutien à Belharchaoui et Baba Nedjar créé
Droits de l'homme
Publié dans El Watan le 12 - 11 - 2011

Ces derniers mois, le département de la Justice, dans ses variantes civile et militaire, est pointé du doigt par des militants des droits de l'homme.
Si le parquet de Sidi M'hamed a ouvert une information judiciaire concernant l'enlèvement du porte-parole des ex-internés du Sud, Noureddine Belmouhoub, les activistes évoquent d'autres affaires, à savoir celles de Bachir Belharchaoui et de Mohamed Baba Nedjar. Un comité de soutien à Belharchaoui et Baba Nedjar vient de voir le jour.
Créé par des défenseurs des droits de l'homme, ce collectif a pour objectif d'interpeller les pouvoirs publics, y compris la société civile, pour mettre fin à la détention provisoire, à la prison militaire de Blida, de Bachir Belharchaoui (44 ans), ex-sous-officier du DRS. Le comité demande également la réouverture du procès de Mohamed Baba Nedjar (27 ans), actuellement emprisonné à perpétuité au pénitencier de Babar de Khenchela (600 km au sud-est d'Alger).
Pour le cas de Bachir Belharchaoui, les faits remontent au mois d'août dernier. Arrêté à l'aéroport international Houari Boumediene, puis transféré à la prison militaire de Blida, cet ex-officier des services de renseignements est accusé de «divulgation de secrets militaires, intelligence avec l'ennemi et trahison».
L'inculpé rejette en bloc les accusations, d'après les déclarations des membres de sa famille et de son avocat choisi pour le défendre par ses proches, Amine Sidhoum. Jusqu'àprésent, M.Belharchaoui n'a pas eu droit à un procès lui permettant de se défendre. «Le président du tribunalvoudrait que nous changions d'avocat. Mais nous maintenons le choix de Me Sidhoum», indique son épouse, Leïla. Quant à Baba Nedjar, incarcéré pour le meurtre de Bazine Brahim, membre du Croissant-Rouge et ex-militant du FFS, en octobre 2005, il ne cesse de clamer son innocence. Aujourd'hui, il observe son 32e jour de grève de la faim.
Le comité de soutien voudrait un autre procès, car les éléments l'incriminant sont pour ses animateurs «insuffisants et incohérents».
L'un des membres du comité, Kamel Eddine Fekkhar, relate les circonstances de la mort de Bazine Brahim. «Aux environs de 20h, la victime fut aspergée d'essence et brûlée vive, alors qu'elle se rendait à la mosquée.
Sur son lit d'hôpital, la victime déclara à la police qu'elle avait été agressée par deux inconnus cagoulés portant des vêtements noirs et qui avaient pris la fuite à bord de deux mobylettes.»
Jugé en juin 2006 à la cour criminelle de Ghardaïa, Mohamed Baba Nedjar sera condamné à mort «sans aucune charge de culpabilité ni preuve palpable», explique M. Fekkhar. En décembre 2007, la Cour suprême décide de casser le jugement.
Un nouveau procès est fixé le 3 juin 2008. Jugé à la cour criminelle de Médéa, Mohamed Baba Nedjar sera condamné à perpétuité «lors d'un procès où, en l'absence de charges palpables, l'innocence de Mohamed Baba Nadjar sera démontrée et confirmée au fil de l'audience… Aucun témoin passé à la barre ne l'avait vu sur les lieux du crime abominable dont fut victime le malheureux Brahim Bazine», ajoute Kamel Eddine Fekhar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.