31e semaine de manifestation pacifique : Un vendredi particulier    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Moussa Benhamadi sous mandat de dépôt    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    Des céréaliers refusent de vendre de l'orge aux brasseurs    Un potentiel à l'export inexploité    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tractations diplomatiques pour une sortie de crise    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Tliba et le fils Ould-Abbès s'accusent mutuellement    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    «Les Algériens ont peur de nous…»    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    "C'est Carlos Queiroz qui a insisté pour affronter l'Algérie"    La harga en famille revient    La Protection civile lance une campagne de sensibilisation    ACTUCULT    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    Mexico réclame à Paris l'annulation d'une vente aux enchères    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    L'Algérie parmi les quatre derniers    Mode d'action du hirak : La mobilisation enfle à Béjaïa    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Gaïd Salah donne des instructions à la Gendarmerie: Nouveau tour de vis pour accéder à Alger    La surenchère est contreproductive pour les élections    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Souk-Ahras: Plus de 16.000 comprimés psychotropes saisis    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ENIE SIDI BEL ABBES
Situation préoccupante
Publié dans El Watan le 29 - 08 - 2004

Jugés très graves, les derniers incidents, qui se sont déroulés au sein de l'Entreprise des industries électroniques (ENIE) ainsi que l'éventualité d'un nouveau coup de force de la part des parties en conflit, n'ont pas manqué de faire réagir l'ensemble des cadres dirigeants ainsi que plusieurs syndicalistes et de simples employés.
C'est le cas du Comité de sauvegarde de l'entreprise qui vient, dans une déclaration adressée hier à notre rédaction, dénoncer « les abus et la dégradation inquiétante de la situation de l'ENIE, aussi bien sur le plan financier que commercial ». Et il est vrai que les concurrents immédiats de l'une des plus importantes entités économiques de l'Ouest ne peuvent que se réjouir devant pareille situation, s'accordent à dire certains observateurs. Ainsi, suite aux articles parus dans la presse quotidienne, relatifs à la séquestration, l'agression physique et le renvoi du directeur général de l'ENIE de Sidi Bel Abbès par des travailleurs de l'entreprise et en se basant sur des informations recueillies auprès du personnel, ce même comité affirme que « depuis l'avènement de M. Bouchareb en tant que président de la SGP INDELEC, dont l'ENIE fait partie, la situation de l'entreprise ne cesse de se dégrader d'une façon générale ». « Le marasme qui sévit actuellement au sein de l'ENIE, entreprise déjà déstructurée, est dû essentiellement aux injonctions verbales du président de la SGP INDELEC au directeur général de l'ENIE », soutiennent les rédacteurs de cette déclaration que d'aucuns attribuent à des cadres dirigeants « en désaccord avec les orientations et la démarche actuelle de la tutelle (SGP, ndlr) ». D'après eux, seul un audit de la hiérarchie pourrait déterminer l'ampleur des « dégâts occasionnés par le responsable du directoire de la SGP INDELEC dans les entreprises de son secteur ». Ils précisent par ailleurs que les responsables de la chefferie, du ministère de l'Industrie et du mdppi sont parfaitement au courant des « frasques » de M. Bouchareb. A noter que le directeur général de l'entreprise des industries électroniques, M. Berekla, a rappelé, lors d'une conférence de presse tenue récemment, que l'agression dont il a été victime le 15 août dernier « a ravivé le sentiment d'insécurité au sein de l'entreprise ». Depuis cette date, la quasi-majorité des cadres dirigeants ont, selon le conférencier, déserté leurs postes de travail par crainte de nouvelles agressions tout en avisant les responsables de la Société de gestion des participations de l'Etat (SGPE) destinataire d'un rapport détaillé sur la situation actuelle de l'entreprise qui, à son tour, a saisi la tutelle. Des cadres qui ont par ailleurs déploré, dans un communiqué rendu public, « le fait de ne pouvoir exercer leurs responsabilités face à pareils actes de violence ». Concernant les actions de justice engagées à l'encontre de ses agresseurs, le conférencier a affirmé que les plaintes introduites auprès du parquet pour coups et blessures volontaires ayant occasionné une incapacité de travail de 15 jours « relèvent désormais du pénal ». Au sujet des répercussions que peut engendrer cette situation, M. Berekla, catégorique, a affirmé : « Nous ne voulons pas prendre en otage les travailleurs, c'est pourquoi nous leur demandons de ne pas se laisser entraîner dans un autre conflit dont les conséquences risquent de porter un sérieux coup à l'entreprise ». D'autre part, le directeur général de l'ENIE a annoncé la mise en application prochaine de l'accord portant sur le départ en retraite d'un millier d'employés et qui bénéficieront d'une revalorisation oscillant entre 2000 et 3000 DA. Une opération dont le coût financier est estimé à 590 millions de dinars, a-t-il précisé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.