CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    IMPACTEES PAR LA CRISE DU COVID-19 : 321 955 personnes ont bénéficié de l'allocation de 10 000 DA    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Le secteur du Logement passé au peigne fin: Des directives pour relancer les projets en suspens    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ENIE SIDI BEL ABBES
Situation préoccupante
Publié dans El Watan le 29 - 08 - 2004

Jugés très graves, les derniers incidents, qui se sont déroulés au sein de l'Entreprise des industries électroniques (ENIE) ainsi que l'éventualité d'un nouveau coup de force de la part des parties en conflit, n'ont pas manqué de faire réagir l'ensemble des cadres dirigeants ainsi que plusieurs syndicalistes et de simples employés.
C'est le cas du Comité de sauvegarde de l'entreprise qui vient, dans une déclaration adressée hier à notre rédaction, dénoncer « les abus et la dégradation inquiétante de la situation de l'ENIE, aussi bien sur le plan financier que commercial ». Et il est vrai que les concurrents immédiats de l'une des plus importantes entités économiques de l'Ouest ne peuvent que se réjouir devant pareille situation, s'accordent à dire certains observateurs. Ainsi, suite aux articles parus dans la presse quotidienne, relatifs à la séquestration, l'agression physique et le renvoi du directeur général de l'ENIE de Sidi Bel Abbès par des travailleurs de l'entreprise et en se basant sur des informations recueillies auprès du personnel, ce même comité affirme que « depuis l'avènement de M. Bouchareb en tant que président de la SGP INDELEC, dont l'ENIE fait partie, la situation de l'entreprise ne cesse de se dégrader d'une façon générale ». « Le marasme qui sévit actuellement au sein de l'ENIE, entreprise déjà déstructurée, est dû essentiellement aux injonctions verbales du président de la SGP INDELEC au directeur général de l'ENIE », soutiennent les rédacteurs de cette déclaration que d'aucuns attribuent à des cadres dirigeants « en désaccord avec les orientations et la démarche actuelle de la tutelle (SGP, ndlr) ». D'après eux, seul un audit de la hiérarchie pourrait déterminer l'ampleur des « dégâts occasionnés par le responsable du directoire de la SGP INDELEC dans les entreprises de son secteur ». Ils précisent par ailleurs que les responsables de la chefferie, du ministère de l'Industrie et du mdppi sont parfaitement au courant des « frasques » de M. Bouchareb. A noter que le directeur général de l'entreprise des industries électroniques, M. Berekla, a rappelé, lors d'une conférence de presse tenue récemment, que l'agression dont il a été victime le 15 août dernier « a ravivé le sentiment d'insécurité au sein de l'entreprise ». Depuis cette date, la quasi-majorité des cadres dirigeants ont, selon le conférencier, déserté leurs postes de travail par crainte de nouvelles agressions tout en avisant les responsables de la Société de gestion des participations de l'Etat (SGPE) destinataire d'un rapport détaillé sur la situation actuelle de l'entreprise qui, à son tour, a saisi la tutelle. Des cadres qui ont par ailleurs déploré, dans un communiqué rendu public, « le fait de ne pouvoir exercer leurs responsabilités face à pareils actes de violence ». Concernant les actions de justice engagées à l'encontre de ses agresseurs, le conférencier a affirmé que les plaintes introduites auprès du parquet pour coups et blessures volontaires ayant occasionné une incapacité de travail de 15 jours « relèvent désormais du pénal ». Au sujet des répercussions que peut engendrer cette situation, M. Berekla, catégorique, a affirmé : « Nous ne voulons pas prendre en otage les travailleurs, c'est pourquoi nous leur demandons de ne pas se laisser entraîner dans un autre conflit dont les conséquences risquent de porter un sérieux coup à l'entreprise ». D'autre part, le directeur général de l'ENIE a annoncé la mise en application prochaine de l'accord portant sur le départ en retraite d'un millier d'employés et qui bénéficieront d'une revalorisation oscillant entre 2000 et 3000 DA. Une opération dont le coût financier est estimé à 590 millions de dinars, a-t-il précisé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.