Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CNAS rejette les factures hors engagement de prise en charge
Affaire des créances des hôpitaux français
Publié dans El Watan le 24 - 01 - 2012

La Caisse nationale d'assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) persiste et signe sur l'inexistence du montant des créances avancé par la partie française concernant les soins prodigués à des Algériens dans des hôpitaux français.
Un problème que la France a évoqué à la veille du transfert du bébé Manil pour une greffe osseuse pour laquelle il est actuellement hospitalisé aux Auspices civils de Lyon avec une prise en charge délivrée par la CNAS. Le directeur chargé des conventionnements et des transferts pour soins à l'étranger à la direction de la CNAS, M. Ghalmi, rejette catégoriquement ces créances.
Pour lui, la Caisse ne peut pas payer des factures qui n'entrent pas dans le cadre des engagements de prise en charge délivrés par son institution.
Il précise que «tous les montants présentés par les hôpitaux sont réglés par la Caisse sur présentation de l'original de la prise en charge compostée, d'un compte rendu médical, d'un protocole opératoire, d'un bulletin de séjour ainsi que de la facture de l'établissement en trois exemplaires». Et de signaler que «toute demande de prolongation doit être adressée avant l'expiration de la prise en charge initiale par fax à la CNAS. Toutes ces conditions sont notifiées et explicitées dans le document portant engagement de prise en charge accompagnant le dossier du malade. Il est donc clair que toute facture non justifiée selon les termes de l'engagement est rejetée. Ces hôpitaux refusent le contrôle et nous comptabilisent ces factures comme créances». Il signale que de nombreuses anomalies ont été relevées sur des factures envoyées depuis quelques années par certains hôpitaux français. Il cite, entre autres, les doubles factures portant des montants différents pour un même séjour et pour un même malade, des factures sans pièces justificatives des gestes médicaux ainsi que certaines factures ne relevant pas du cadre de la prise en charge de la CNAS.
«Il y a des factures avec des montants faramineux de malades algériens qui sont effectivement pris en charge dans certains établissements français sur présentation de la carte de Sécurité sociale et la facture est envoyée à la CNAS. Mis à part le nom et le prénom, sur ces factures, il n'y a aucune référence à la Sécurité sociale algérienne. On ne peut pas payer ce type de facture sans engagement préalable. Des factures arrivent tous les jours et le contrôle est devenu systématique pour justement une meilleure identification. Ce qui nécessite bien sûr du temps pour enfin assainir la situation et régler les contentieux et non pas les créances», nous a-t-il expliqué avant de préciser qu'il ne faut pas confondre entre la prise en charge directe avec les hôpitaux et celle inscrite dans le cadre de la convention bilatérale entre l'Algérie et la France.
Cette dernière, précise-t-il, entrée en vigueur en 1982, concerne toute la couverture de la Sécurité sociale. Les apurements se font régulièrement de part et d'autre entre les deux pays à travers le Centre des liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale (CLEIS). M. Ghalmi signale qu'une réunion de la commission mixte de la Sécurité sociale est prévue prochainement à Paris dans le cadre de cette convention.
«On peut éventuellement, à la demande de la partie française, parler à titre exceptionnel de ce problème concernant les hôpitaux, mais cela ne relève pas de la commission mixte», a-t-il précisé. Un problème, estime-t-il, que l'Algérie doit régler définitivement avec l'amélioration de la prise en charge médicale dans les hôpitaux algériens.
«La CNAS est prête à financer des plateaux techniques dans certaines spécialités où des compétences existent déjà. Au lieu d'engager des sommes faramineuses pour transferts pour soins à l'étranger, on pourrait les investir dans nos hôpitaux», a-t-il suggéré en déplorant le nombre élevé de cas, toutes pathologies confondues, proposé pour transfert pour soins à l'étranger alors que les compétences existent. Il cite, entre autres, les anévrismes et les malformations artéro-veineuses, cérébrales, etc.
«Ces pathologies sont pourtant prises en charge par certains praticiens dans des établissements de santé algériens, que ce soit dans le public ou dans le privé», s'interroge-t-il.
Il est clair que la politique de santé engagée dans notre pays jusqu'à présent a montré ses limites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.