Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commune de Réghaïa : le cimetière chrétien livré au vandalisme
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2012

Même si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cimetière chrétien de Réghaïa est dans un état de délaissement total. Le gardiennage n'étant pas assuré, ce lieu de sépulture est devenu un espace où des délinquants s'adonnent à la consommation de drogue et d'alcool.
Le portail, en permanence ouvert, facilite l'accès au cimetière. Ainsi, des individus y pénètrent de nuit, s'installent et s'adonnent à tous les dévergondages possibles. A proximité du portail, une petite chambre, servant ordinairement de loge pour le gardien, est utilisée par les délinquants comme lieu de débauche.
Si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cas du cimetière chrétien de Réghaïa relève de l'imaginaire, car à une dizaine de mètres des sépultures, se trouve le siège de l'APC. «Les responsables locaux, qui ont leurs bureaux en face du cimetière, ignorent-ils l'état dans lequel se trouvent les tombes», s'interrogent quelques habitants de la ville, avant d'ajouter : «Les élus locaux ont d'autres préoccupations. Ils n'ont vraisemblablement pas de temps à consacrer au cimetière chrétien ni même aux besoins de la population locale dont le cadre de vie ne cesse de s'altérer.» Mais ils reconnaissent cependant la situation déplorable du cimetière, «la responsabilité des responsables locaux dans la détérioration du cimetière est avérée», reconnaît un élu à l'assemblée, avant d'ajouter : «Néanmoins, le cimetière chrétien de Réghaïa est inclus dans l'opération de regroupement des cimetières.»
Par ailleurs, d'autres cimetières chrétiens de la capitale connaissent le même laisser-aller. A Zarzouria, dans la commune de Aïn Taya, le cimetière a été longtemps livré au pillage et aux délinquants. Les tombes ont été éventrées, les caveaux saccagés et les arbres abattus. Ce n'est qu'après la construction d'un mur d'enceinte que le cimetière a retrouvé une certaine accalmie, cependant après un tort irréparable.
D'autres cimetières ont complètement disparu, à l'instar de celui de Larbatach, dont il ne reste que quelques vestiges de pierres tombales témoignant de son existence.
A Bordj El Kiffan, le même sort a été réservé au cimetière chrétien de la ville. En dépit de l'existence d'un mur de clôture, les sépultures n'ont pas échappé à la dégradation, et le lieu est devenu un endroit où les délinquants s'adonnent, en toute impunité, à leurs sinistres besognes.«Des individus pénètrent régulièrement dans le cimetière pour consommer de l'alcool et de la drogue», s'indigne un habitant de la ville, et de poursuivre : «Pour sécuriser le cimetière, il convient d'installer une loge de gardiennage et de doter le lieu de gardiens en permanence.»Aussi, de l'avis de plusieurs habitants, dont les maisons sont mitoyennes avec ces cimetières abandonnés, «il serait convenable de renforcer les rondes de police dans ces cimetières, ce qui permettra de protéger les lieux de la dégradation», suggère-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.