Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commune de Réghaïa : le cimetière chrétien livré au vandalisme
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2012

Même si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cimetière chrétien de Réghaïa est dans un état de délaissement total. Le gardiennage n'étant pas assuré, ce lieu de sépulture est devenu un espace où des délinquants s'adonnent à la consommation de drogue et d'alcool.
Le portail, en permanence ouvert, facilite l'accès au cimetière. Ainsi, des individus y pénètrent de nuit, s'installent et s'adonnent à tous les dévergondages possibles. A proximité du portail, une petite chambre, servant ordinairement de loge pour le gardien, est utilisée par les délinquants comme lieu de débauche.
Si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cas du cimetière chrétien de Réghaïa relève de l'imaginaire, car à une dizaine de mètres des sépultures, se trouve le siège de l'APC. «Les responsables locaux, qui ont leurs bureaux en face du cimetière, ignorent-ils l'état dans lequel se trouvent les tombes», s'interrogent quelques habitants de la ville, avant d'ajouter : «Les élus locaux ont d'autres préoccupations. Ils n'ont vraisemblablement pas de temps à consacrer au cimetière chrétien ni même aux besoins de la population locale dont le cadre de vie ne cesse de s'altérer.» Mais ils reconnaissent cependant la situation déplorable du cimetière, «la responsabilité des responsables locaux dans la détérioration du cimetière est avérée», reconnaît un élu à l'assemblée, avant d'ajouter : «Néanmoins, le cimetière chrétien de Réghaïa est inclus dans l'opération de regroupement des cimetières.»
Par ailleurs, d'autres cimetières chrétiens de la capitale connaissent le même laisser-aller. A Zarzouria, dans la commune de Aïn Taya, le cimetière a été longtemps livré au pillage et aux délinquants. Les tombes ont été éventrées, les caveaux saccagés et les arbres abattus. Ce n'est qu'après la construction d'un mur d'enceinte que le cimetière a retrouvé une certaine accalmie, cependant après un tort irréparable.
D'autres cimetières ont complètement disparu, à l'instar de celui de Larbatach, dont il ne reste que quelques vestiges de pierres tombales témoignant de son existence.
A Bordj El Kiffan, le même sort a été réservé au cimetière chrétien de la ville. En dépit de l'existence d'un mur de clôture, les sépultures n'ont pas échappé à la dégradation, et le lieu est devenu un endroit où les délinquants s'adonnent, en toute impunité, à leurs sinistres besognes.«Des individus pénètrent régulièrement dans le cimetière pour consommer de l'alcool et de la drogue», s'indigne un habitant de la ville, et de poursuivre : «Pour sécuriser le cimetière, il convient d'installer une loge de gardiennage et de doter le lieu de gardiens en permanence.»Aussi, de l'avis de plusieurs habitants, dont les maisons sont mitoyennes avec ces cimetières abandonnés, «il serait convenable de renforcer les rondes de police dans ces cimetières, ce qui permettra de protéger les lieux de la dégradation», suggère-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.