L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le Barça s'offre son 31e sacre    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Manchester City maintient le suspense pour De Bruyne    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Les exigences de la CNCC    6 ans de prison pour deux anciens DG    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Arbitrage : nettoyez les écuries d'Augias !    Coupe de la ligue professionnelle : Les matchs avancés d'une demi-heure    Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    El-Bayadh: Le barrage de Brezina atteint son plus bas niveau    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Mascara: «Saliha», hommage au médecin maquisarde    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Des cités sans eau    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commune de Réghaïa : le cimetière chrétien livré au vandalisme
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 05 - 2012

Même si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cimetière chrétien de Réghaïa est dans un état de délaissement total. Le gardiennage n'étant pas assuré, ce lieu de sépulture est devenu un espace où des délinquants s'adonnent à la consommation de drogue et d'alcool.
Le portail, en permanence ouvert, facilite l'accès au cimetière. Ainsi, des individus y pénètrent de nuit, s'installent et s'adonnent à tous les dévergondages possibles. A proximité du portail, une petite chambre, servant ordinairement de loge pour le gardien, est utilisée par les délinquants comme lieu de débauche.
Si les cimetières chrétiens sont des concessions privées, il n'en demeure pas moins que les autorités locales doivent les prendre en charge en les protégeant des intrusions et de la dégradation.
Le cas du cimetière chrétien de Réghaïa relève de l'imaginaire, car à une dizaine de mètres des sépultures, se trouve le siège de l'APC. «Les responsables locaux, qui ont leurs bureaux en face du cimetière, ignorent-ils l'état dans lequel se trouvent les tombes», s'interrogent quelques habitants de la ville, avant d'ajouter : «Les élus locaux ont d'autres préoccupations. Ils n'ont vraisemblablement pas de temps à consacrer au cimetière chrétien ni même aux besoins de la population locale dont le cadre de vie ne cesse de s'altérer.» Mais ils reconnaissent cependant la situation déplorable du cimetière, «la responsabilité des responsables locaux dans la détérioration du cimetière est avérée», reconnaît un élu à l'assemblée, avant d'ajouter : «Néanmoins, le cimetière chrétien de Réghaïa est inclus dans l'opération de regroupement des cimetières.»
Par ailleurs, d'autres cimetières chrétiens de la capitale connaissent le même laisser-aller. A Zarzouria, dans la commune de Aïn Taya, le cimetière a été longtemps livré au pillage et aux délinquants. Les tombes ont été éventrées, les caveaux saccagés et les arbres abattus. Ce n'est qu'après la construction d'un mur d'enceinte que le cimetière a retrouvé une certaine accalmie, cependant après un tort irréparable.
D'autres cimetières ont complètement disparu, à l'instar de celui de Larbatach, dont il ne reste que quelques vestiges de pierres tombales témoignant de son existence.
A Bordj El Kiffan, le même sort a été réservé au cimetière chrétien de la ville. En dépit de l'existence d'un mur de clôture, les sépultures n'ont pas échappé à la dégradation, et le lieu est devenu un endroit où les délinquants s'adonnent, en toute impunité, à leurs sinistres besognes.«Des individus pénètrent régulièrement dans le cimetière pour consommer de l'alcool et de la drogue», s'indigne un habitant de la ville, et de poursuivre : «Pour sécuriser le cimetière, il convient d'installer une loge de gardiennage et de doter le lieu de gardiens en permanence.»Aussi, de l'avis de plusieurs habitants, dont les maisons sont mitoyennes avec ces cimetières abandonnés, «il serait convenable de renforcer les rondes de police dans ces cimetières, ce qui permettra de protéger les lieux de la dégradation», suggère-t-on.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.