Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moyens de Paiement électronique : l'Algérie à la traîne
Economie : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 07 - 2012

L'Algérie est en retard en matière de paiement électronique, pour des raisons à la fois d'ordre culturel et structurel.
«Dans leurs transactions quotidiennes, les gens ne font confiance qu'aux liquidités. Il est difficile de convaincre le citoyen de la nécessité de changer son mode de paiement !»
Ces mots d'une responsable d'agence bancaire CPA illustrent, si besoin est, la culture du cash dans les transactions commerciales, fortement prégnante dans la société algérienne. «Le citoyen nourrit une peur bleue, souvent infondée, que son compte bancaire soit siphonné s'il lui arrive d'effecteur des opérations d'achat avec une carte bancaire», déplore-t-elle.
Pour son collègue, le consommateur n'est pas encore habitué à ce nouveau moyen de paiement, pourtant beaucoup plus efficace et mieux sécurisé. «L'Algérien se contente de retirer son argent liquide des distributeurs automatiques de billets (DAB) pour ensuite le dépenser en cash. Il entretient une relation spécifique avec les billets de banque. C'est ce qui explique sa méfiance. Si le recours aux chèques n'est pas la règle, que dire alors des cartes bancaires», glisse-t-il.Preuve de la défiance des citoyens, cette agence bancaire a installé 17 terminaux de paiement électronique (TPE) dans l'Algérois. «Uniquement deux fonctionnent, le reste des terminaux a été mis dans le tiroir», indique notre interlocutrice.
Réticence des citoyens
En revanche, la réticence des citoyens n'explique pas tout. «Les commerçants de proximité, par exemple, rejettent cet outil moderne dans leurs transactions et préfèrent le paiement en espèces pour échapper au fisc», accuse un autre banquier. Selon lui, ce mode de paiement permet une traçabilité des transactions effectuées par les commerçants utilisant le TPE, qui sont soumis à une taxe forfaitaire et redoutent un redressement fiscal. En 2002, le projet «Système de paiement interbancaire» a été lancé mais ce n'est qu'en 2006 qu'il a réellement démarré, alors que l'année 2007 a vu le déploiement de la carte CIB à l'échelle nationale et la généralisation du paiement interbancaire en novembre de la même année.
Depuis, on ne se bouscule pas au portillon pour demander une carte bancaire. Si le taux de bancarisation est de 4%, l'utilisation des cartes de paiement ne dépasse pas les 10%, selon les chiffres de la Société d'automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim). Jusqu'ici, seuls les grands hôtels, les aéroports, certaines stations-service, grandes surfaces et officines disposent de ce moyen de paiement. «Mais leur nombre reste insuffisant», font remarquer les deux responsables. En 2011, le réseau des TPE dépassait à peine 3000 appareils. Quant aux DAB, il en existe 800 au niveau des banques et près de 450 au niveau des bureaux d'Algérie Poste.
Manque de campagne de sensibilisation
Le nombre de cartes CIB en circulation ne dépasse pas le million. L'année dernière, les détenteurs de ces cartes n'ont effectué que 5900 opérations de paiement et 5,7 millions opérations de retrait. Sur le plan marketing, la carte de paiement n'a pas bénéficié de campagne de sensibilisation et de publicité auprès des clients à même de les amener à l'utiliser. Les banques algériennes et établissements financiers ont été pointés du doigt dans le retard de l'émergence du paiement électronique. Karim Djoudi, ministre des Finances, le leur a fait savoir de vive voix, leur enjoignant d'être offensives. Selon ces banquiers interrogés, il faut encore beaucoup de temps aux Algériens pour adopter ce mode de règlement de leurs factures.
«Les banques devraient mener une campagne de vulgarisation à large échelle sur l'usage des cartes interbancaires», plaident-ils, d'autant plus que la qualité des billets de banque en circulation ne cesse de se dégrader.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.