Automobile: reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Arrivage de Chine de la première commande des moyens de protection contre le Covid-19    Le Real sait à quoi s'en tenir pour Sadio Mané    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Coronavirus : Le ministre de l'Education annonce une mouture de plan de contingence    Report de la réunion d'urgence Opep-Russie    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    4 hirakistes relaxés    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les journées internationales reportées à fin mai    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    L'autorisation d'exercer étendue à certaines catégories d'activités    Mostaganem : Démantèlement d'un atelier de produits pharmaceutiques    Don d'un opérateur privé à Bouira : 1000 tests de dépistage rapide du COVID-19 importé    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Douanes: Mesures exceptionnelles pour faciliter l'importation    Affaires criminelles : 11 arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    La chute de la maison Bouteflika    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moyens de Paiement électronique : l'Algérie à la traîne
Economie : les autres articles
Publié dans El Watan le 03 - 07 - 2012

L'Algérie est en retard en matière de paiement électronique, pour des raisons à la fois d'ordre culturel et structurel.
«Dans leurs transactions quotidiennes, les gens ne font confiance qu'aux liquidités. Il est difficile de convaincre le citoyen de la nécessité de changer son mode de paiement !»
Ces mots d'une responsable d'agence bancaire CPA illustrent, si besoin est, la culture du cash dans les transactions commerciales, fortement prégnante dans la société algérienne. «Le citoyen nourrit une peur bleue, souvent infondée, que son compte bancaire soit siphonné s'il lui arrive d'effecteur des opérations d'achat avec une carte bancaire», déplore-t-elle.
Pour son collègue, le consommateur n'est pas encore habitué à ce nouveau moyen de paiement, pourtant beaucoup plus efficace et mieux sécurisé. «L'Algérien se contente de retirer son argent liquide des distributeurs automatiques de billets (DAB) pour ensuite le dépenser en cash. Il entretient une relation spécifique avec les billets de banque. C'est ce qui explique sa méfiance. Si le recours aux chèques n'est pas la règle, que dire alors des cartes bancaires», glisse-t-il.Preuve de la défiance des citoyens, cette agence bancaire a installé 17 terminaux de paiement électronique (TPE) dans l'Algérois. «Uniquement deux fonctionnent, le reste des terminaux a été mis dans le tiroir», indique notre interlocutrice.
Réticence des citoyens
En revanche, la réticence des citoyens n'explique pas tout. «Les commerçants de proximité, par exemple, rejettent cet outil moderne dans leurs transactions et préfèrent le paiement en espèces pour échapper au fisc», accuse un autre banquier. Selon lui, ce mode de paiement permet une traçabilité des transactions effectuées par les commerçants utilisant le TPE, qui sont soumis à une taxe forfaitaire et redoutent un redressement fiscal. En 2002, le projet «Système de paiement interbancaire» a été lancé mais ce n'est qu'en 2006 qu'il a réellement démarré, alors que l'année 2007 a vu le déploiement de la carte CIB à l'échelle nationale et la généralisation du paiement interbancaire en novembre de la même année.
Depuis, on ne se bouscule pas au portillon pour demander une carte bancaire. Si le taux de bancarisation est de 4%, l'utilisation des cartes de paiement ne dépasse pas les 10%, selon les chiffres de la Société d'automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim). Jusqu'ici, seuls les grands hôtels, les aéroports, certaines stations-service, grandes surfaces et officines disposent de ce moyen de paiement. «Mais leur nombre reste insuffisant», font remarquer les deux responsables. En 2011, le réseau des TPE dépassait à peine 3000 appareils. Quant aux DAB, il en existe 800 au niveau des banques et près de 450 au niveau des bureaux d'Algérie Poste.
Manque de campagne de sensibilisation
Le nombre de cartes CIB en circulation ne dépasse pas le million. L'année dernière, les détenteurs de ces cartes n'ont effectué que 5900 opérations de paiement et 5,7 millions opérations de retrait. Sur le plan marketing, la carte de paiement n'a pas bénéficié de campagne de sensibilisation et de publicité auprès des clients à même de les amener à l'utiliser. Les banques algériennes et établissements financiers ont été pointés du doigt dans le retard de l'émergence du paiement électronique. Karim Djoudi, ministre des Finances, le leur a fait savoir de vive voix, leur enjoignant d'être offensives. Selon ces banquiers interrogés, il faut encore beaucoup de temps aux Algériens pour adopter ce mode de règlement de leurs factures.
«Les banques devraient mener une campagne de vulgarisation à large échelle sur l'usage des cartes interbancaires», plaident-ils, d'autant plus que la qualité des billets de banque en circulation ne cesse de se dégrader.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.