Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





le FLN a réinstauré l'esprit d'honneur du moussebel
Mouloud Haddad, historien à Paris 8
Publié dans El Watan le 07 - 07 - 2012

Mouloud Haddad, historien à l'université Paris 8, a démontré le caractère religieux adopté par le Front de libération nationale (FLN) pour mobiliser la population algérienne durant la guerre de Libération.
Il intervenait, au premier jour du colloque international organisé par El Watan, depuis jeudi dernier et jusqu'à aujourd'hui à la salle Cosmos de Riadh El Feth (Alger).
Le conférencier affirme que durant la guerre de Libération, les autorités coloniales considéraient la mobilisation des musulmans (algériens) comme de type archaïque. Ce qui incite le FLN à donner, en 1956, une définition à la guerre sainte. «Le djihad est la concentration d'efforts alloués jusqu'au martyre sans contenir de la haine.» Ainsi, dans la Wilaya III, on réinstaure l'esprit du imessebel, forme amazighe du mot arabe moussabil, une sorte de volontaire.
Le moussebel du XIXe siècle est différent de celui des années 1950 ; il était alors un soutien, pas un combattant. Dans les années 1800, le moussebel c'était le soldat voué à une mort certaine ; il avait le statut de moudjahid. C'était une figure islamique et particulièrement kabyle. A cette époque, les cheikhs de la tariqa soufie Rahmania promettaient le paradis aux moussebiline qui venaient d'être recrutés. Les hommes de religion se chargeaient de leur incorporation. Le moussebel était généralement un jeune homme célibataire. Il devait obtenir l'assentiment de son père ou d'un parent s'il était orphelin, pour rejoindre les troupes.
Une fois regroupés à tedjmaât (assemblée kabyle), les candidats devaient accepter des conditions. Mouloud Haddad revient sur un épisode phare. En 1871, les cheikhs Aheddad et Mokrani (maîtres soufis de la Rahmania) ont enclenché une révolte. Chaque village kabyle devait fournir au moins 20 moussebiline, qui étaient dotés d'une tenue qui les distinguait du reste des troupes. Autre anecdote : en 1854, les moussebiline avaient le torse nu ; ils portaient une culotte (l'équivalent d'un court pantalon aujourd'hui). «Des hommes nus jusqu'à la ceinture, attachés les uns aux autres par une corde pour ne pas reculer», décrit l'intervenant. Les moussebiline étaient commandés par un moqadem (grade d'enseignant de la tariqa Rahmania). On lisait sur le moussebel la prière du mort, car il n'était pas certain qu'il revienne.
Il y avait deux sortes de moussebel, explique Mouloud Haddad : le héros et le damné. Pour le premier, en plus des honneurs, on lui trouvait une femme et on finançait son mariage. Sa famille avait tout le prestige et le respect de la tribu. Le blessé recevait en outre une pension à vie. Pour le second, s'il s'était montré pleutre (lâche) au cours du combat, il devenait quasiment interdit à la tribu de lui adresser la parole. Sa famille, déshonorée, préférait s'exiler vers les grandes villes. Le FLN utilisera l'esprit d'honneur du moussebel au cœur de son action pour supplanter les structures déjà existantes.
En plus du contrôle social des populations, le sacrifice était mis en exergue comme point culminant de l'engagement. Le moussebel est un martyr par excellence. Cette marque de fabrique avait permis au FLN d'avoir dans ses rangs des hommes courageux. Comme au XIXe siècle, le FLN exigeait des combattants quatre conditions : ne pas divulguer de secrets, ne pas déserter, ne pas refuser l'ordre d'un supérieur hiérarchique, ne pas perdre une arme ou porter atteinte aux valeurs islamiques et patriotiques.
Mouloud Haddad indique qu'à partir de 1955, le FLN se pose en «dicteur» de morale religieuse. Pour confirmer cette autorité, le parti imposa à la Rahmania la surpression de la prière du mort. Il a interdit aussi à la confrérie soufie de procéder au rite funéraire des harkis, considérés comme traîtres. Dans la Wilaya III précisément, se substituer à l'autorité de la Rahmania rehaussait le prestige des chefs. Pour le FLN, la religion devint un accélérateur de mobilisation afin de conjurer la peur, de construire une identité et de réguler l'ordre social. Le FLN instaura plusieurs interdits, déjà proscrits par l'islam, qu'il sanctionnait sévèrement ; l'adultère était, par exemple, puni ; le manque d'hygiène était perçu comme une atteinte à la morale révolutionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.