CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Africains face à eux-mêmes
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 07 - 2012

Les évènements se sont accélérés, trop rapidement, aux confins du Maghreb, pour être compris et maîtrisés dans le temps et l'espace. Décidée en février dernier à Rabat – à l'initiative de l'Algérie – une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb arabe (UMA) se tiendra demain à Alger. Objectif annoncé : «Une vision nouvelle sur la sécurité dans la région». Or, pendant cinq mois, les développements au Mali ont brouillé toute vision concernant un pays qu'on a «sous-estimé» et qui de plus est censé être sous influence partagée, pensaient les analystes. Celle de l'Algérie, de la France et de la Libye (de l'époque d'El Gueddafi) et même des Etats-Unis par procuration. Pourtant, les prémisses étaient là. Attaques de groupes terroristes en territoire mauritanien et qui toucheront l'Algérie (Tamanrasset et Ouargla).
Kidnapping d'Occidentaux dans les camps de réfugiés sahraouis. Incidents d'insécurité aux frontières entre la Tunisie et la Libye. Transport d'armes, combats militaires et proclamation d'indépendance de l'Azawad au nord du Mali. Apparition du mouvement djihadiste, Ançar Eddine, qui se greffe au Mujao et à AQMI, tout en s'offrant le kidnapping de 7 diplomates algériens dont le sort, trois mois après, reste incertain. La menace brandie d'une intervention militaire «internationale» qu'elle soit de soldats africains ou d'autres nationalités a, une fois encore, compliqué la donne. S'y opposant, l'Algérie a vécu, durant les deux semaines dernières, un ballet diplomatique pour prôner la solution politique et pacifique au Mali. Jeudi dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a pris une résolution dans laquelle il indique «soutenir pleinement» les efforts de la Cédéao et de l'UA, mais ne leur donne pas de mandat onusien pour déployer une force africaine. On comprend que des membres du Conseil de sécurité pensent que les Africains sont inaptes, et l'aveu est venu du président sénégalais en visite depuis vendredi dernier en France.
Face à la menace des groupes armés islamistes, «l'Afrique de l'Ouest est en première ligne, mais n'a pas les moyens militaires d'y faire face seule», a avoué Macky Sall vendredi dernier sur la chaîne LCI. On y décèle presque un appel au secours, d'où l'urgence pour que la réunion de demain à Alger des MAE de l'UMA dégage des décisions claires et concrètes, surtout quand on prend acte de la déclaration, jeudi dernier, de Laurant Fabius : «La France engage tous les Etats de la région, au nord comme au sud du Sahara, à intensifier leur coopération pour lutter contre AQMI.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.