Renault Algérie lance un plan de départ volontaire    BEM/ BAC: respecter les mesures préventives durant les cours de révision pour les candidats    MDN : Rencontre prochaine avec les représentants des retraités de l'ANP    ACCORD ENTRE LES EMIRATS ET L'ENTITE SIONISTE : Des partis politiques algériens dénoncent    FACTURES IMPAYEES DEPUIS LE DEBUT DE 2020 : Sonelgaz révèle un montant 7000 milliards de centimes    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : Près de 100 policiers mobilisés à Alger    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : La reprise universitaire est prévue pour le 23 août    SIDI BEL ABBES : Six arrestations et saisie de 3kg de kif traité    Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    Installation du président et du procureur général de la cour    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    L'Union européenne se dit "préoccupée"    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Un réseau de harraga démantelé à Chlef    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Africains face à eux-mêmes
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 07 - 2012

Les évènements se sont accélérés, trop rapidement, aux confins du Maghreb, pour être compris et maîtrisés dans le temps et l'espace. Décidée en février dernier à Rabat – à l'initiative de l'Algérie – une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb arabe (UMA) se tiendra demain à Alger. Objectif annoncé : «Une vision nouvelle sur la sécurité dans la région». Or, pendant cinq mois, les développements au Mali ont brouillé toute vision concernant un pays qu'on a «sous-estimé» et qui de plus est censé être sous influence partagée, pensaient les analystes. Celle de l'Algérie, de la France et de la Libye (de l'époque d'El Gueddafi) et même des Etats-Unis par procuration. Pourtant, les prémisses étaient là. Attaques de groupes terroristes en territoire mauritanien et qui toucheront l'Algérie (Tamanrasset et Ouargla).
Kidnapping d'Occidentaux dans les camps de réfugiés sahraouis. Incidents d'insécurité aux frontières entre la Tunisie et la Libye. Transport d'armes, combats militaires et proclamation d'indépendance de l'Azawad au nord du Mali. Apparition du mouvement djihadiste, Ançar Eddine, qui se greffe au Mujao et à AQMI, tout en s'offrant le kidnapping de 7 diplomates algériens dont le sort, trois mois après, reste incertain. La menace brandie d'une intervention militaire «internationale» qu'elle soit de soldats africains ou d'autres nationalités a, une fois encore, compliqué la donne. S'y opposant, l'Algérie a vécu, durant les deux semaines dernières, un ballet diplomatique pour prôner la solution politique et pacifique au Mali. Jeudi dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a pris une résolution dans laquelle il indique «soutenir pleinement» les efforts de la Cédéao et de l'UA, mais ne leur donne pas de mandat onusien pour déployer une force africaine. On comprend que des membres du Conseil de sécurité pensent que les Africains sont inaptes, et l'aveu est venu du président sénégalais en visite depuis vendredi dernier en France.
Face à la menace des groupes armés islamistes, «l'Afrique de l'Ouest est en première ligne, mais n'a pas les moyens militaires d'y faire face seule», a avoué Macky Sall vendredi dernier sur la chaîne LCI. On y décèle presque un appel au secours, d'où l'urgence pour que la réunion de demain à Alger des MAE de l'UMA dégage des décisions claires et concrètes, surtout quand on prend acte de la déclaration, jeudi dernier, de Laurant Fabius : «La France engage tous les Etats de la région, au nord comme au sud du Sahara, à intensifier leur coopération pour lutter contre AQMI.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.