Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election présidentielle en Iran : sempiternelles convulsions
International : les autres articles
Publié dans El Watan le 15 - 06 - 2013

L'embargo économique décrété par l'Occident a privé l'Iran de la moitié de ses recettes pétrolières depuis 2012. La valeur du rial a chuté d'au moins 70% et l'inflation a dépassé les 30%.
Organisée hier, l'élection présidentielle iranienne intervient au moment où le pays est confronté aux sanctions économiques décrétées par les Etats-Unis et l'Union européenne (UE). Sanctions ayant pour objectif de contraindre Téhéran à renoncer à son programme nucléaire. Les grandes puissances l'accusent de vouloir se doter de l'arme atomique. Téhéran rejette ces accusations, affirmant son droit de développer son secteur nucléaire qui est de vocation civile. L'embargo économique décrété par l'Occident a privé le pays de la moitié de ses recettes en pétrole depuis 2012. La valeur du rial a chuté d'au moins 70% et l'inflation a dépassé les 30%.
A cela s'ajoutent les manques à gagner en devises. Le programme nucléaire, les rapports de Téhéran avec la Syrie, le Liban, l'Irak et l'Afghanistan, les tensions avec Israël et les monarchies du Golfe placent le pays dans un échiquier géopolitique névralgique. De ces questions dépendent les futurs rapports de Téhéran avec l'Occident, à commencer par la levée de l'embargo économique qui lui est imposé. Mais cela a un prix, le pays doit, entre autres, abandonner son programme nucléaire.
Et dans le système politique iranien, le «guide suprême», de par son pouvoir illimité, a plus d'autorité que le président.
Lors de la réélection contestée de l'actuel président Mahmoud Ahmadinejad en 2009, l'ayatollah Khamenei a tranché en faveur de ce dernier aux dépens du candidat réformateur Hossein Moussavi. Alors que des protestations populaires dénoncent la fraude. Elu en 1981 président de la République islamique, Abolhassan Bani Sadr est considéré comme le fils spirituel de l'imam ayatollah Khomeiny.
Mais ce dernier n'a pas hésité à le destituer en juin de la même année. Bani Sadr paie ainsi son hostilité à la poursuite de la guerre avec l'Irak.
L'ayatollah Montazeri est désigné pour succéder à Khomeiny. Le guide finit par l'écarter pour avoir appelé à la fin du conflit avec l'Irak et son opposition à l'exécution de prisonniers politiques. La révolution de Khomeiny en 1979 a mis l'Occident dans l'embarras. Pourtant, une occasion historique s'est présentée en Iran pour instaurer une démocratie laïque, mais les grandes puissances l'ont étouffée. Le 28 avril 1951, le docteur Mossadegh devient Premier ministre.
Il nationalise les richesses pétrolières du pays et en août 1953, un coup d'Etat organisé par Londres et Washington, l'«opération Ajax», exécuté par la CIA le destitue au profit du chah Mohammad Reza Pahlavi. Ce dernier mène une politique proaméricaine. A travers sa police politique la Savak, il lamine toute velléité d'opposition.
L'Occident de Charybde en Scylla
Il se lance dans les réformes socioéconomiques, «la révolution blanche», provoquant des émeutes en 1963 d'où émerge Ruhollah Khomeiny. Opposé à cette «révolution», il critique aussi les relations militaires du chah avec les Etats-Unis. Expulsé d'Iran en 1964, il se réfugie en Irak.
Déclaré persona non grata par le régime irakien, il s'exile en France en 1978. Cependant, le clergé chiite demeure l'unique rescapé de la répression sanglante menée par le chah. Ce qui fait de lui le canal le plus important de la colère populaire et ses aspirations à la démocratie et la souveraineté nationale. Sachant que les Iraniens sont exaspérés par la présence étrangère, notamment américaine sur leur territoire. Le chah quitte le pays en janvier 1978. Le 1er février 1979, Khomeiny entre à Téhéran, consacrant ainsi le pouvoir des ayatollahs. Les événements se précipitent.
Le 4 novembre de la même année, des étudiants occupent l'ambassade américaine dont le personnel ne sera libéré que le 20 janvier 1981. En septembre 1980 est déclenchée la guerre irano-irakienne suite à l'agression des troupes de Saddam Hussein.
Au paroxysme de ce conflit, éclate le scandale de l'Irangate.
Il s'agit de vente secrète d'armes américaines pour l'Iran. L'argent récolté sera versé aux contre-révolutionnaires nicaraguayens engagés dans une guerre contre le gouvernement sandiniste. En plus, les Américains comptent obtenir la libération de leurs otages au Liban.
En octobre 1986, un avion américain transportant des armes pour les contras s'écrase au Nicaragua. Les forces sandinistes capturent un pilote rescapé du crash, avoue les secrets de l'opération et donne les noms de ses architectes. En novembre de la même année, l'hebdomadaire libanais Al Shiraa révèle l'affaire et évoque le voyage du conseiller national à la sécurité Robert McFarlane à Téhéran. Le scandale secoue même la présidence américaine. L'opération s'est déroulée en dehors du processus institutionnel, en violation de la Constitution et des décisions du Congrès, et de l'esprit de l'opération «Staunch» destinée à empêcher Téhéran de s'approvisionner d'armes même auprès des alliés de Washington.
Nommé commandant en chef des forces armées, Hachemi Rafsendjani convainc Komeiny à accepter la résolution 598 du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) qui met fin à la guerre avec l'Irak en 1988. Khomeiny meurt en juin 1989. Lui succède comme guide Ali Khamenei. Le nouveau guide tisse de forts liens avec Hachemi Rafsandjani qui finit par devenir président de la République. Ils appellent à la libéralisation économique, des réformes politiques et la reconstruction du pays. En juin 1992, pour trouver des capitaux, l'Iran adopte une loi sur l'investissement privé, les étrangers ouvrent ainsi droit à posséder la totalité d'une entreprise iranienne.
Son successeur Mohammad Khatami est considéré lui aussi comme réformateur. Mais cela n'empêche pas le président George W. Bush en janvier 2002 de parler de l'«axe du mal» pour désigner les pays qui soutiennent le terrorisme et souhaitent se doter de l'arme nucléaire, à savoir l'Irak, l'Iran et la Corée du Nord. L'élection d'Ahmadinejad n'a fait qu'exacerber les tensions entre Téhéran et l'Occident. Son successeur héritera d'un lourd fardeau. Quant à l'Occident, sa politique avec Téhéran rime avec ses intérêts.
Il destitue Mossadegh au profit de Reza Pahlavi qui s'impose en despote. Il lâche ce dernier vu ses ambitions régionales. Une aubaine se présente pour Khomeiny pour fonder la République islamique.
Ainsi de Charybde en Scylla, les puissants de ce monde, qui font et défont les présidents, modifient les frontières, dans leur quête inassouvie de zones d'influence, se retrouvent face à un écueil qui fait de cette région aux antagonismes multiples un magma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.