Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gare à la pollution !
Traitement des eaux usées
Publié dans El Watan le 04 - 09 - 2013

La Société des eaux d'Oran (SEOR), concessionnaire de la gestion de la station de traitement des eaux usées d'El-Kerma depuis bientôt 3 ans, compte bien valoriser les boues issues des traitements des eaux d'assainissement.
La production, qui atteint quelque 2000 m3 par jour, est aujourd'hui stockée au niveau de la grande Sebkha. Dans un proche avenir, la SEOR compte bien mettre le produit sur le marché des engrais et des amendements organiques, en principe très prisé par l'agriculture. «Les boues, une fois épandues, augmentent le rendement des cultures. Elles contiennent des nutriments pour les cultures et servent d'amendements organique et calcique pour améliorer les propriétés du sol, surtout si elles sont chaulées ou compostées», explique un expert en agronomie.
Naturelles et biodégradables, elles constituent une alternative à l'utilisation des engrais chimiques et, par voie de conséquence, contribuent efficacement à la protection des nappes phréatiques. Elles seront très utiles aussi pour la reconstitution de sols et la «végétalisation» à la suite de gros travaux d'aménagement, comme les talus routiers et autoroutiers, la réhabilitation de friches industrielles, de friches urbaines ou des décharges.
C'est d'ailleurs dans la décharge d'El-Kerma, voisine de la station et actuellement en voie de réhabilitation, que les boues produites depuis l'inauguration de la station en 2009 sont stockées. Au regard de la production journalière, la quantité stockée serait suffisante pour la réhabilitation de quelque 2 à 400 ha de décharge au moins. Notre agronome les taxera même de boues précieuses dans le cadre de la mise en valeur des terres et pour compenser les pertes en surface agricole utile. Une saignée drastique et perpétuelle où, durant les 15 dernières années, quelque 5 à 6 000 ha de terres irrigables et à haut potentiel ont disparu. Mais pour cela, les boues devront montrer patte blanche. «Particulièrement en ce qui concerne les taux de matières polluantes d'origine industrielle», nous dira un connaisseur plutôt sceptique quant à la maîtrise des polluants. Un avis non partagé. «En France, la pratique de l'épandage des boues d'épuration se fait depuis plus de 30 ans et aucun accident majeur n'a été recensé à ce jour», nous dira un agronome très enthousiasmé par le projet.
Pourtant, les boues urbaines ne sont pas particulièrement sollicitées en Europe où elles représentent moins de 2 % des déchets épandus, selon les experts. Mais c'est, dit-on, bien plus une affaire de lobby qu'autre chose. Au niveau de la SEOR, on est conscient que la production de boues réclame la mise en place d'une politique très rigoureuse de contrôle des rejets pour pouvoir produire des boues de faible teneur en polluants.
Un contrôle en amont, à la source pour ainsi dire des eaux d'assainissement, est une nécessité. C'est désormais chose faite : la SEOR vient de mettre sur pied une équipe de contrôleurs. Elle se contentera d'informer la direction de l'environnement qui a les pouvoirs pour sévir. Pour l'heure, la SEOR met en place une banque de données à partir de la carte de localisation des sites classés, situés sur son périmètre d'intervention. La direction de l'environnement vient de remettre, à la direction de l'entreprise, le fichier des entreprises potentiellement polluantes et surtout la liste des mauvais élèves de la wilaya qui seront particulièrement tenus à l'œil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.