BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pollution de la nappe de la Mitidja : la cote d'alerte !
Un rapport alarmant remis par les Belges au ministère des Ressources en eau
Publié dans El Watan le 12 - 04 - 2014

Un rapport remis au ministère des Ressources en eau par l'Agence de coopération belge dans le cadre de l'élaboration d'un plan
de gestion fait état de la pollution et de la surexploitation de la nappe phréatique de la Mitidja.
En plus des forts prélèvements par pompage pour l'AEP pour l'irrigation et l'industrie, la nappe fait face à l'intrusion saline et à la pollution. D'après le rapport remis par l'Agence de coopération belge au ministère des Ressources en eau, dont El Watan a pu se procurer une copie, la principale pollution relevée dans la nappe est due aux nitrates. Une étude menée en 1995 a montré que 60% des 175 points échantillonnés présentaient des teneurs supérieures à la limite de 50 mg/l fixée par la réglementation algérienne. «Toutes les études récentes confirment cette pollution de la nappe de la Mitidja par les nitrates. A titre d'illustration, lors de sa campagne de mesure dans la zone du Hamiz, l'ANRH a constaté que plus de 75 des piézomètres contenaient plus de 50mg/l de nitrates (norme légale pour l'eau potable)», relève le rapport portant sur la gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin hydrographique côtier algérien (GIRE 2 A).
Une partie de la pollution provient de l'agriculture intensive (engrais nitratés) et une autre de l'assainissement autonome. Les rédacteurs qui se sont référés à divers rapports des différentes agences et directions algériennes, tirent la sonnette d'alarme : «Quelle que soit son origine, cette contamination (…) présente des risques pour la santé publique et met l'ADE et Seaal dans l'obligation soit de condamner certains forages, soit de mélanger les eaux avec celles d'autres ressources contenant moins de 50 mg/l de nitrates.»
Le rapport affirme que la pollution qui existe depuis plus de 20 ans a beaucoup augmenté durant les 5 dernières années (rapport final datant de 2011, Ndlr). «Sur les champs captants du Hamiz, il y avait encore 41% des forages contenant moins de 50 mg/l de nitrates. Cinq ans plus tard, en 2010, la proportion de forage produisant une eau conforme est tombée à 22%», assure-t-on. Il est à noter que le problème va s'aggraver dans les années à venir, car les sources de pollution nitratée ne tarissent pas et il faudra plusieurs décennies de pratiques agricoles économes en azote avant de pouvoir espérer ramener les teneurs en nitrates à un niveau compatible avec les normes appliquées à l'eau de boisson.
Surexploitation et baisse du niveau de la nappe !
Selon le rapport dirigé par l'hydrogéologue Bernard Collignon, le nombre de forages dans la Mitidja s'est accru ces dernières années. Les rédacteurs évoquent la «multiplication des forages d'irrigation non déclarés». «Le nombre des forages s'est accru particulièrement rapidement ces quarante dernières années, passant de moins de 400 à plus de1500 entre 1973 et 2001», peut-on lire dans le rapport final sur l'état des lieux des ressources en eau et leur cadre de gestion. Il est fait état pour l'année 2001 de 4365 puits et forages (377 pour l'irrigation et 588 pour l'AEP et l'AEI). En 2009, le nombre de puits a atteint 2861. Le rapport signale une donnée : ces chiffres sus-cités sont «incomplets». «Sachant qu'il existe de nombreux forages non recensés et que le recensement des puits est très incomplet, on comprend bien que l'exploitation de la nappe par la Mitidja échappe pour l'instant à toute régulation», indique le rapport.
Les rédacteurs assurent qu'«il faut garder à l'esprit que les forages privés assurent actuellement l'irrigation de 90% des terres effectivement irriguées dans la Mitidja (…) et qu'ils garantissent 90% de la production dans cette zone d'une importance stratégique pour l'approvisionnement de la capitale en produits maraîchers et fruitiers. Il existe des menaces qui pèsent sur la pérennité des ressources en eau. Il est indiqué que la nappe est fortement surexploitée à un rythme comparable à sa recharge par les précipitations et l'infiltration de l'eau des oueds.
Le bilan en eau de l'aquifère est fortement négatif (les sorties dépassant nettement les entrées)».
Ce constat est démontré par la baisse du niveau piézométrique depuis 40 ans.
Le rapport PAC de mars 2005 mentionne que sur la période de 1971 à 2003, le stock d'eau de la Mitidja diminuait en moyenne annuelle de 109 Mm3/an. Les rédacteurs du rapport assurent que des «mesures de protection doivent être prises rapidement», d'autant plus qu'il existe un cadre réglementaire pour les mettre en œuvre (décret exécutif n°10-73 du 06 février relatif à la protection quantitative des nappes aquifères).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.