Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces télévisions qui sèment la haine !
Pressions et intimidations
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2014

Considérée comme un des signes de la démocratisation du pays, l'ouverture du champ audiovisuel au privé a montré ses limites, notamment en l'absence d'une autorité de régulation.
L'acharnement, la propagande et le dénigrement n'ont épargné personne. Le candidat Ali Benflis, principale cible de certaines chaînes, à l'image d'Ennahar et Numidia News et Ajwaa, les journalistes et les militants du mouvement Barakat ont été visés par des attaques haineuses, désignés à la vindicte populaire pour avoir dénoncé le quatrième mandat de Bouteflika et affiché publiquement leur opposition au régime en place.
Alors que la campagne électorale s'est terminée dimanche dernier, la chaîne Ennahar a poursuivi ses attaques contre le candidat Ali Benflis, donnant de lui l'image d'un diable qui veut mettre à feu et à sang l'Algérie. Pis, le mouvement Barakat est présenté, par cette chaîne et d'autres canaux, comme un concentré de «vendus» et d'«agents à la solde de l'étranger», sans prendre la peine de vérifier ces informations. Il a fallu que le candidat Ali Benflis dépose une plainte auprès de la Commission nationale de surveillance de l'élection pour que la commission des juges daigne, enfin, «ordonner» à cette chaîne de cesser ses attaques. Pis, ces attaques se sont poursuivies même durant la journée de l'élection présidentielle.
Dans cet aveuglement, des journalistes du journal El Watan n'ont pas échappé aux appels au meurtre. Partis couvrir le déroulement de l'élection présidentielle à Khenchela, trois de nos collègues, dont un stagiaire de nationalité française, ont été présentés par Ennahar comme des agents français membres de Barakat. Une inquisition. Ces appels au lynchage ont commencé dès que Bouteflika a désigné celui qu'il a qualifié de «terrorisme à la télévision». La rhétorique est vite saisie par les partisans du chef de l'Etat comme une porte ouverte à tous les dépassements.
A commencer par celui de porter atteinte à l'honneur des gens. Le chantage exercé par cette chaîne de télévision est tellement grossier que des citoyens ont déclaré, sur les réseaux sociaux, avoir subi des pressions pour témoigner. C'est le cas de ce jeune de Bouira qui a supporté l'innommable pour venir devant la caméra de ce canard et dire qu'«il a été payé par Benflis» pour semer le trouble. Des militants du mouvement Barakat confirment avoir reçu, eux aussi, des propositions de même nature. N'est-il pas temps de créer l'autorité de régulation de la presse ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.