Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Enigme et interrogations    Les députés votent le texte à la majorité    Algérie Télécom baissera les tarifs d'abonnement    En dépit de la grève d'Air Algérie: Tous les avions sont soumis au contrôle technique avant leur décollage    Consolidation de la démocratie participative    Pour une meilleure maîtrise des prix : Création prochaine de dispositifs de distribution des produits de base    92 commerces fermés    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    CAN-2018 (dames) : La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Nuit d'émentes à Bab el-Oued    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Loi de finances 2019: Le projet adopté sans l'opposition    Emploi à Bordj Bou Arréridj: Convention entre l'ANEM et le CABBA    Incidents du match MCA-USMBA: El Habiri au chevet des policiers blessés    APC d'Ain Bessem (Bouira): Les élus du FLN se retirent des commissions    Lila Benzaza: «Dans tous mes livres, il y a une part de vérité»    Mohamed Aïssa à Tipasa : « C'est le Président de la République qui décidera de la date de l'inauguration de la Grande mosquée d'Alger ».    «On ne veut plus de Tliba ni de son clan», affirment les élus    Une école de qualité, un important défi pour l'Algérie à l'horizon 2035    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Echos de Lomé    «L'anesthésiste assume avant, pendant, et après l'opération des responsabilités personnelles»    L'anarchie s'empare de la ville    Accalmie «provisoire» après un regain de violences à Hodeida    L'Unrwa en passe de compenser la perte du budget américain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»    Sondage du Centre national du livre    SIDI BEL ABBES : Une demoiselle remporte les primaires du FLN !    TELECOMMUNICATIONS : Feraoun annonce une baisse des tarifs de l'internet    APN : Le projet de loi de finances 2019 adopté à la majorité    MOSTAGANEM : Tigditt, la mémoire d'une ville    Nous sommes vivants    Alerte au massacre des renards à Mila    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Ligue 1 L'USMA champion d'hiver    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    En bref…    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nassima Hablal, l'héroïne de l'ombre...
Le documentaire 10 949 femmes de Nassima Guessoum projeté à Alger
Publié dans El Watan le 26 - 11 - 2014

Elles sont 10 949 femmes à avoir participé à la guerre de Libération nationale, selon les statistiques du ministère des Moudjahidine.
La jeune documentariste franco-algérienne, Nassima Guessoum, s'est intéressée dans 10 949 femmes, projeté récemment aux Journées cinématographiques d'Alger (JCA), à l'une de ces combattantes restée dans l'ombre. Nassima Hablal, disparue en mai 2013 à l'âge 85, a pourtant eu un long parcours au sein du Mouvement national, au sein du PPA, puis au FLN.
Le film débute par des images de l'ENTV sur la célébration du 55e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, où l'on voit Bouteflika accompagné de Ben Bella et de Kafi lors d'une cérémonie officielle. Loin de ce monde, Nassima Hablal vit dans une ancienne maison à Birkhadem. Malgré la solitude et l'oubli (Nassima vivait avec son fils Youcef, décédé brutalement), la dame gardait une certaine joie de vivre. «Mais, dites pourquoi bon Dieu, ça vous dérange qu'on m'aime un peu !», chante-t-elle en préparant le café avant de confier : «J'aurais dû être chanteuse.
On se trompe parfois dans la vie». Nassima Hablal, qui porte un nom d'artiste, a fait preuve de beaucoup de talent et de courage dans l'affrontement du système colonial. A 17 ans, au milieu des années 1940, elle commençait son engagement militant. Secrétaire au gouvernement général à Alger, elle collaborait secrètement avec les nationalistes. «Mimi Belahouel, une voisine, m'a emmenée fréquenter les étudiants de gauche. Voilà comment je suis entrée dans la vie politique. Je travaillais au gouvernement général, il me fallait cacher tout cela. La police est venue un jour vider mes tiroirs.
Les gens étaient étonnés que Mlle Hablal était une militante», raconte-t-elle. «J'ai connu Amara Rachid, âgé alors de 19 ans, qui m'avait mise en contact avec les étudiants et avait ramené Abane Ramdane chez moi pour créer la Zone autonome d'Alger. Abane était la tête de la Révolution. En janvier 1955, il n'y avait plus rien, pas d'argent, pas de militants. Abane Ramdane avait tout réorganisé. Avec lui, il y avait Ben M'hidi, Dahleb, Krim Belkacem, le colonel Ouamrane. C'était le Comité de coordination et d'exécution. Moi, j'étais leur secrétaire, la première femme que Abane avait contactée», se souvient-elle.
Abane devait désigner Nassima Hablal comme secrétaire à l'UGTA en février 1956. Le syndicat n'était qu'une couverture des activités militantes de la jeune femme. Elle fournissait des fausses cartes d'identité, acheminait des militants au maquis, passait des heures à taper les tracts du CCE et l'organe du FLN, Le Moudjahid. «Nassima faisait partie du comité qui a préparé la grève des huit jours. Le FLN voulait faire grand bruit à la veille du débat sur la question algérienne à l'ONU. Au moment de la grève, plus de 8000 militaires français investissaient Alger.
Larbi Ben M'hidi était arrêté, Nassima Hablal quelques jours plus tard, le 21 février 1957 par les parachutistes», est-il indiqué dans le documentaire. «Ma mère avait les yeux blessés tellement elle avait pleuré. Elle ne savait pas dans quelle prison j'étais», confie la moudjahida. Jugée au procès dit des chrétiens progressistes en juillet 1957 pour atteinte à «la sûreté extérieure de l'Etat», elle a été condamnée à cinq ans de prison. Libérée, elle rejoignait la Fédération de France du FLN avant d'être envoyée en Tunisie. Durant son arrestation, la combattante subissait la torture.
Ne pouvant le dire devant la caméra, elle a laissé à Nassima Guessoum un écrit dans lequel elle racontait ce qu'elle avait subi à la villa Sésini par les parachutistes. Elle a cité le nom d'un certain lieutenant Charbonier. Nassima Hablal a résisté avec courage à l'épreuve de l'eau, de la gégène, du tonneau de vin, des coups de bâton sur le dos… Baya Laribi, amie de Nassima Hablal, rencontrée en Tunisie, a, elle aussi, subi la torture. «Je n'aime pas les Français. Ils m'ont trop torturée, violée. Plus de cinquante hommes sont passés sur moi. A cause des vendus à La Casbah d'Alger.
Le premier qui m'a violée «était le fils d'un colon…», révèle-t-elle dans le documentaire de Nassima Guessoum. Au niveau des frontières en Tunisie, Nassima Hablal découvrait l'ampleur des déchirements entre les leaders de la Révolution. «Abane a été tué parce qu'il leur a dit qu'il fallait entrer en Algérie. La Tunisie et la Maroc n'étaient pas le terrain qu'il fallait pour faire la Révolution.
Je parle des gens comme Boussouf qui avaient leurs affaires, un tas de fric, allaient dans les pays de l'Est pour se promener. Ils ne faisaient pas la Révolution. A l'intérieur du pays, c'était la mort ou l'arrestation qui vous attendaient. Eux ne voulaient pas mourir pour le pays. Ils voulaient profiter le plus possible de la Révolution. Mentalement, Boussouf était un tueur !» dit-elle. Dans 10 949 femmes, Nassima Guessoum a dressé un portrait poignant et émouvant de Nassima Hablal, filmée avec amour et tendresse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.