Ihsane placé sous contrôle judiciaire, Khattou jugée le 25 mai    Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Eau : la poursuite de la distribution durant plusieurs mois tributaire de la disponibilité des ressources    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    Des directives pour parer à l'urgence    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le code de la famille, source de la violence»
Clôture de l'université d'automne des projets DémAR
Publié dans El Watan le 29 - 11 - 2015

L'université d'automne des Projets DémAR et Monde selon les femmes a été clôturée, hier, par une série de conférences qui s'articulaient autour de l'intitulé «Femme et pouvoir», suivie d'un débat à la fois objectif et passionnant sur la protection de la femme au travail, le code de la famille en Algérie et la question de la femme dans l'islam.
Financée par l'Union européenne, cette activité est organisée conjointement par le Comité international pour le développement des peuples, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH), la fondation Friedrich Ebert, le Centre d'information et de documentation sur les droits de l'enfant et de la femme, et l'Etoile culturelle d'Akbou.
Interrogée sur la question de l'égalité des femmes et des hommes dans le milieu du travail et si la législation du travail protège suffisamment la femme, Soumia Salhi, militante féministe, syndicaliste et ancienne présidente de l'Association algérienne pour l'émancipation des femmes (AAEF), a expliqué qu'en «dépit de ce principe égalitaire consacré par la législation du travail qui est conforme à la Constitution et à la Convention pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, la réalité dans le milieu de travail est faite de discrimination».
Et de préciser que c'est le résultat «de la construction et la pratique sociale et des mentalités qu'il faut combattre». Comment ? «Les femmes doivent s'investir dans les syndicats et porter leur parole.
Défendre leurs droits à la promotion, à la formation…» Bien que des droits égaux sont reconnus aux femmes par la législation du travail qui est basée théoriquement sur l'égalité, la militante trouve toutefois que le combat des femmes «gagnerait à ce qu'elles fassent du syndicalisme un instrument de lutte pour pouvoir défendre des revendications spécifiques.
Et ce, tout en continuant à travailler dans le sens de changer les mentalités, le regard de la société et les pratiques sociales». «Aborder ces questions avec une vision claire entre dans cette dialectique entre les mentalités et les lois», ajoute-t-elle.
Le modérateur de la conférence, Saïd Salhi, vice-président de la LADDH, a estimé que «cette activité intervient dans un contexte où, en Algérie, le débat sur les réformes du code de la famille et l'adoption de la loi criminalisant les violences faites aux femmes est ouvert». Les thématiques choisies autour de l'égalité et le droit dans ce domaine «nous interpellent pour dénoncer et parler sans tabou sur les stéréotypes, les discriminations contre les femmes dans la société et les idées reçues».
Contradictions
Car aujourd'hui, dit-il, «il y a nécessité d'une relecture éclairée du droit religieux. Il faut avoir ce courage de réinterpréter les textes et les réadapter pour qu'ils soient en adéquation avec la réalité, l'évolution de la société et la condition féminine».
Pour Saïd Salhi, «la femme dans l'espace privé, à cause du code de la famille, est diminuée et que l'approche critique et analytique sur laquelle nous nous sommes appuyés nous a permis de nous rendre compte que le droit algérien est truffé de contradictions et d'ambiguïtés qui alimentent la discrimination et la violence».
Plus explicite, Nadia Aït Zaï, directrice du Centre d'information et de documentation sur les droits de l'enfant et de la femme (Ciddef), a analysé que «le code de la famille tel qu'il a été élaboré en 1984 et même avec les modifications de 2005 comporte beaucoup de dispositions contradictoires qui discriminent les femmes et qui mènent à la violence.
Le code est la source de la violence envers les femmes». A fortiori, «parce qu'il a été construit sur des relations hiérarchisées. La femme est sous la dépendance de l'époux, elle n'a pas de capacités juridiques, elle est diminuée». Ainsi, le code de la famille, selon Mme Aït Zaï, a impacté négativement la vie quotidienne de la femme.
Pis, «il a impacté d'autres textes, comme le texte de la protection sociale, le code de la santé, la protection des femmes divorcées et les mères célibataires et j'en passe sur l'héritage, le divorce, la pension alimentaire, tout cela crée une relation conflictuelle entre les femmes et les hommes (…)».
La directrice du Ciddef regrette, par ailleurs, le fait que les changements opérés en 2005, notamment l'abrogation de la notion de chef de famille et le devoir d'obéissance, qui impliquent le partage de la responsabilité sur le foyer entre la femme et l'homme, n'aient pas d'impact réel sur une relation harmonieuse entre les deux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.