Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Jeunes ayant échoué dans leur projet.. Zemali : «Il n'y aura pas de poursuites»    Pour booster les exportations vers les USA.. Mise en place des mécanismes appropriés    Meurtre de l'étudiant Assil à Ben Aknoun.. La police arrête un suspect    Alors que le nombre de bus et de dessertes sera augmenté à Tizi Ouzou.. Le plan de circulation attend toujours    Pour une meilleure prise en charge médicale.. La loi relative au moudjahid et au chahid sera révisée    Coupe d'Algérie (1/4 de finale).. La double confrontation CSC-MCO décalée au mois de mars    Coupe de la confédération (2e journée).. La bonne affaire du NAHD    Ligue des champions.. Les Spurs, «héros» sous-estimés ?    Bedoui installe le nouveau DGSN.. Kara Bouhadba mise sur le partenariat    La gendarmerie rattachée à la Présidence ou l'Intérieur ?!    Partenariat université-Economie.. Cinq conventions signées à Oran    Présidence de la République.. Lamamra nommé conseiller diplomatique    Japon.. Les Aïnous seront reconnus comme peuple indigène    Monoxyde de carbone.. Décès de 4 personnes à Tébessa    En raison des guerres.. Plus de 100.000 bébés meurent annuellement    Variétés algéroises.. Faiza Dziria chante à Paris    Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    APC D'ORAN : Fin du litige avec les ramasseurs privés de déchets    SIDI BEL ABBES : Classes uniques et cours hétérogènes à Aïn Chafia    TIARET : Près de 800 psychotropes saisis à Frenda    La communication, faut-il le dire !    MARCHE TOURISTIQUE LOCAL : Point de promotion pour la destination ‘'Mostaganem'' !    CONSTRUCTION AUTOMOBILE : ‘'Nissan'' lancera bientôt son usine en Oranie    La Seaal se digitalise    Le DAPS, tel qu'il est appliqué, va créer un désordre important    Visa : Les compagnies aériennes en souffrent aussi    Skikda : Suspension de la grève des chauffeurs de bus    El Tarf : Un automobiliste renverse un piéton et prend la fuite    Constitution 1, 2, 3, et encore…    Le réseau d'influence des vingt dernières années a généré une autorité locale parallèle    Viandes : Les prix de nouveau sanglants    Sergio Ramos dément avoir pris volontairement un carton jaune    En bref…    Le départ de Mourinho a coûté plus de 22 millions d'euros à Manchester United    Choc Chelsea – Manchester en coupe d'Angleterre    Fespaco 2019 : Mémoire, identité et économie    Gaïd Salah fait la promotion du bilan de Bouteflika    Terrorisme : Riyad dans le collimateur de Bruxelles    Une usine de production de véhicules bientôt en Algérie    Le leader se teste à Relizane    Le stand algérien attire les foules    Football - Ligue 1: Le CRB quitte la zone rouge, l'USMA creuse l'écart    L'ambassadeur d'Algérie à Washington: Le dossier sahraoui pas un obstacle aux relations algéro-marocaines    Destinées concentriques en chaîne    Le rôle de l'oralité dans la sauvegarde du patrimoine amazigh    Fills Monkey le 24 février    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémiques Sans récit national, vous pouvez dire ce que vous voulez
Histoire : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2016

L'absence de récit national, fruit d'un large consensus produit par un Etat fort et légitime et par des historiens autonomes, laisse la porte ouverte aux manipulations de l'histoire par les acteurs du moment.
La «polémique» déclenchée par Khaled Nezzar, ex-ministre de la Défense et homme fort des années 1990, a pris comme un incendie mal maîtrisé. L'opinion publique resta tétanisée devant les déballages et les contre-attaques des autres acteurs de la période du début de crise. Au-delà du souci de vérification historique ou de la véracité des déclarations des uns ou des autres, ce déferlement de récits personnels qui embrassent la période la plus critique du système et du pays pose la problématique de l'écriture de l'histoire. Exactement comme c'est le cas pour les «affaires» Yacef Saâdi-Zohra Drif, celle du colonel Chaâbani, la polémique Belaïd Abdesselem-Khaled Nezzar-Mohamed Touati, Ali Kafi-famille de Abane Ramdane, etc.
Plus globalement, on revient toujours à ce constat alarmant dans la construction de l'Etat algérien, l'absence d'un récit national. Ce déficit en histoire commune et consensuelle n'altère pas seulement nos capacités critiques à aborder les polémiques récentes : observons ce qui se passe à Ghardaïa où chaque «communauté» proclame l'antériorité de sa présence dans la vallée du M'zab et développe chacune de son côté sa propre généalogie de la conquête arabe et des royaumes berbéro-musulmans du Moyen-Âge jusqu'à l'engagement dans la guerre d'Indépendance.
Ce qui contribue un peu plus à nourrir les rancœurs des deux côtés, d'autant que les polémiques sont amplifiées par les réseaux sociaux. Sans parler des «invasions arabes» ou du «colonisateur ottoman», thématiques à l'emporte-pièce qui amplifient nos malentendus historiques et nous empêchent de construire et de se réconcilier avec notre identité, nos identités. Mais pour revenir à l'histoire plus récente, deux facteurs majeurs paralysent une véritable écriture du récit national.
D'abord la proximité dans le temps de ces faits, comme ceux du début des années 1990 et de la fin des années 1980, ensuite par l'absence d'un champ de recherche académique autonome et le déficit de légitimité d'un Etat qui ne peut imposer la crédibilité du récit qu'il nous sert. «Il n'y a qu'un Etat fort, légitimé, à même de créer un consensus fort, pour rallier la communauté nationale au récit national», souligne un universitaire.
On a bien vu, lors de l'épisode de la charte pour la paix et la réconciliation, puis ensuite lors de la révision annoncée de la Constitution, comment le gouvernant tente d'imposer le titre générique de «tragédie nationale» pour solder la période des années 1990 : pire, il impose aussi les facteurs et la version des faits qui ont provoqué cette crise, allant jusqu'à menacer de poursuites judiciaires ceux qui oseraient douter de la version officielle.
Autonomie
Or, ce récit se retrouve, malgré les menaces de poursuite, contestées par des acteurs, des proches de victimes, de juristes, etc. «Il faut prendre en compte le contexte politique et sécuritaire qui ne facilite pas le dialogue ou le débat apaisés sur cette période comme sur celle de la lutte de libération nationale, explique l'historien Nedjib Sidi Moussa à El Watan Week-end. Nous passons d'une polémique à l'autre sans forcément accumuler un savoir objectif.
Jusqu'à présent, les récits qui s'affrontent reflètent grossièrement les discours «dialoguistes» ou «éradicateurs» et nous n'avons pas encore entamé un véritable travail historique. Un travail qui s'appuie sur des archives, des témoignages ou des documents de différentes sources pouvant permettre de mettre à distance la «tragédie nationale»». Pour sa collègue, Malika Rahal, la proximité des faits rend plus délicat le travail apaisé autour d'une écriture consensuelle de l'histoire contemporaine du pays. «Mais pas uniquement en terme de temps objectif, précise l'historienne.
Pour avoir un récit, c'est important qu'on ait l'impression que ‘‘c'est du passé''. Les enjeux du présent sont pressants et empêchent que ça ne tombe dans le passé, et qu'on en fasse un récit consensuel. Pour les contourner, il faudrait travailler sur des formes de récit différentes, incluant des visions divergentes, qui ne se focalisent pas sur les questions urgentes mais sur les points vécus en commun.
C'est très difficile». «Les chercheurs, à commencer par les intellectuels algériens, doivent pouvoir poser leurs propres questions, en toute autonomie, sans donner le sentiment de verser dans l'autocensure ou l'idéologie. On demande beaucoup aux historiens, ce qui peut se comprendre, mais on doit aussi leur fournir un cadre leur permettant de collecter des données, les croiser et produire de la connaissance sans chercher à contenter tout le monde», appuie Nedjib Sidi Moussa.
C'est ce cadre là, autonome et apaisé, délivré des enjeux du moment qui peut seulement permettre «d'écrire l'histoire de l'Algérie indépendante (au-delà de la lutte de libération nationale) dans toutes ses dimensions : sociales, économiques, religieuses et politiques», pour reprendre l'historien. Malheureusement, il n'existe aucune volonté d'autonomiser la recherche scientifique de peur de perdre le contrôle sur le récit fabriqué, improvisé par le système ou le pouvoir du moment. Pour rappel, aucun département universitaire dans l'ensemble du pays ne travaille sur les questions de l'histoire de l'Algérie contemporaine. Les «polémiques» servant aux enjeux politiques instantanés ont encore de beaux jours devant elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.