Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémiques Sans récit national, vous pouvez dire ce que vous voulez
Histoire : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2016

L'absence de récit national, fruit d'un large consensus produit par un Etat fort et légitime et par des historiens autonomes, laisse la porte ouverte aux manipulations de l'histoire par les acteurs du moment.
La «polémique» déclenchée par Khaled Nezzar, ex-ministre de la Défense et homme fort des années 1990, a pris comme un incendie mal maîtrisé. L'opinion publique resta tétanisée devant les déballages et les contre-attaques des autres acteurs de la période du début de crise. Au-delà du souci de vérification historique ou de la véracité des déclarations des uns ou des autres, ce déferlement de récits personnels qui embrassent la période la plus critique du système et du pays pose la problématique de l'écriture de l'histoire. Exactement comme c'est le cas pour les «affaires» Yacef Saâdi-Zohra Drif, celle du colonel Chaâbani, la polémique Belaïd Abdesselem-Khaled Nezzar-Mohamed Touati, Ali Kafi-famille de Abane Ramdane, etc.
Plus globalement, on revient toujours à ce constat alarmant dans la construction de l'Etat algérien, l'absence d'un récit national. Ce déficit en histoire commune et consensuelle n'altère pas seulement nos capacités critiques à aborder les polémiques récentes : observons ce qui se passe à Ghardaïa où chaque «communauté» proclame l'antériorité de sa présence dans la vallée du M'zab et développe chacune de son côté sa propre généalogie de la conquête arabe et des royaumes berbéro-musulmans du Moyen-Âge jusqu'à l'engagement dans la guerre d'Indépendance.
Ce qui contribue un peu plus à nourrir les rancœurs des deux côtés, d'autant que les polémiques sont amplifiées par les réseaux sociaux. Sans parler des «invasions arabes» ou du «colonisateur ottoman», thématiques à l'emporte-pièce qui amplifient nos malentendus historiques et nous empêchent de construire et de se réconcilier avec notre identité, nos identités. Mais pour revenir à l'histoire plus récente, deux facteurs majeurs paralysent une véritable écriture du récit national.
D'abord la proximité dans le temps de ces faits, comme ceux du début des années 1990 et de la fin des années 1980, ensuite par l'absence d'un champ de recherche académique autonome et le déficit de légitimité d'un Etat qui ne peut imposer la crédibilité du récit qu'il nous sert. «Il n'y a qu'un Etat fort, légitimé, à même de créer un consensus fort, pour rallier la communauté nationale au récit national», souligne un universitaire.
On a bien vu, lors de l'épisode de la charte pour la paix et la réconciliation, puis ensuite lors de la révision annoncée de la Constitution, comment le gouvernant tente d'imposer le titre générique de «tragédie nationale» pour solder la période des années 1990 : pire, il impose aussi les facteurs et la version des faits qui ont provoqué cette crise, allant jusqu'à menacer de poursuites judiciaires ceux qui oseraient douter de la version officielle.
Autonomie
Or, ce récit se retrouve, malgré les menaces de poursuite, contestées par des acteurs, des proches de victimes, de juristes, etc. «Il faut prendre en compte le contexte politique et sécuritaire qui ne facilite pas le dialogue ou le débat apaisés sur cette période comme sur celle de la lutte de libération nationale, explique l'historien Nedjib Sidi Moussa à El Watan Week-end. Nous passons d'une polémique à l'autre sans forcément accumuler un savoir objectif.
Jusqu'à présent, les récits qui s'affrontent reflètent grossièrement les discours «dialoguistes» ou «éradicateurs» et nous n'avons pas encore entamé un véritable travail historique. Un travail qui s'appuie sur des archives, des témoignages ou des documents de différentes sources pouvant permettre de mettre à distance la «tragédie nationale»». Pour sa collègue, Malika Rahal, la proximité des faits rend plus délicat le travail apaisé autour d'une écriture consensuelle de l'histoire contemporaine du pays. «Mais pas uniquement en terme de temps objectif, précise l'historienne.
Pour avoir un récit, c'est important qu'on ait l'impression que ‘‘c'est du passé''. Les enjeux du présent sont pressants et empêchent que ça ne tombe dans le passé, et qu'on en fasse un récit consensuel. Pour les contourner, il faudrait travailler sur des formes de récit différentes, incluant des visions divergentes, qui ne se focalisent pas sur les questions urgentes mais sur les points vécus en commun.
C'est très difficile». «Les chercheurs, à commencer par les intellectuels algériens, doivent pouvoir poser leurs propres questions, en toute autonomie, sans donner le sentiment de verser dans l'autocensure ou l'idéologie. On demande beaucoup aux historiens, ce qui peut se comprendre, mais on doit aussi leur fournir un cadre leur permettant de collecter des données, les croiser et produire de la connaissance sans chercher à contenter tout le monde», appuie Nedjib Sidi Moussa.
C'est ce cadre là, autonome et apaisé, délivré des enjeux du moment qui peut seulement permettre «d'écrire l'histoire de l'Algérie indépendante (au-delà de la lutte de libération nationale) dans toutes ses dimensions : sociales, économiques, religieuses et politiques», pour reprendre l'historien. Malheureusement, il n'existe aucune volonté d'autonomiser la recherche scientifique de peur de perdre le contrôle sur le récit fabriqué, improvisé par le système ou le pouvoir du moment. Pour rappel, aucun département universitaire dans l'ensemble du pays ne travaille sur les questions de l'histoire de l'Algérie contemporaine. Les «polémiques» servant aux enjeux politiques instantanés ont encore de beaux jours devant elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.