Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une pétition pour alerter les autorités
Violences contre les personnels soignants
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2016

Halte aux violences contre les professionnels de la santé !» C'est sous ce titre que le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) a lancé en ligne, la semaine dernière, une pétition afin de dénoncer les violences et pressions exercées sur les personnels de santé dans l'exercice de leurs fonctions.
L'objectif de cette initiative est de «dénoncer le climat d'insécurité qui s'est installé dans les structures de santé publique devant la multiplication des actes de violence, verbale et physique, à l'encontre du personnel soignant au niveau des établissements de santé publique en l'absence des mesures de protection concrètes, revendiquées par le SNPSP depuis des années à l'autorité de tutelle», peut-on lire dans le texte de présentation de la pétition.
«Cela fait de nombreuses années que nous tentons de sensibiliser les pouvoirs publics, ministère de la Santé en tête, sur cette situation qui n'en finit pas de s'aggraver», affirme le docteur Lyès Merabet, président du SNPSP. Les signalements de violence sont quasi-quotidiens. «Nous étions en fin de semaine dernière à Laghouat, où, justement, un praticien a été agressé durant son service», relate-t-il.
Ainsi, le SNPSP a recensé, pour l'année 2015, plus de 2700 cas d'agression contre le personnel de la santé, qui ne sont certainement que la partie visible de l'iceberg. «Ces chiffres sont bien en deçà de la moyenne puisque le décompte est établi à partir de la fin du premier trimestre de l'année dernière. De même, ce bilan n'a pas pu prendre en compte toutes les structures de santé de l'ensemble du territoire national», explique le Dr Merabet.
«De nombreux facteurs font que cette violence s'installe partout dans la société et prend de l'ampleur dans les rues, sur la route, etc. Les structures hospitalières sont d'autant plus concernées qu'elles sont ouvertes toute la journée et toute la nuit, et que le personnel soignant et les agents d'accueil sont en contact direct avec la population sans aucune autre interface», ajoute-t-il. Et de préciser que la majorité des cas d'agression sont le fait des accompagnants de malades, ou encore de «bandes de jeunes qui poursuivent, aux urgences, des rixes entamées à l'extérieur».
Face à ces risques permanents, tout est fait par les soignants afin d'éviter les gardes de nuit. «Le corps médical se féminise de plus en plus, tout comme les paramédicaux qui sont à 90% des femmes. Elles se voient obligées de payer leurs collègues hommes pour qu'ils assurent leurs gardes nocturnes.» Raison pour laquelle la sécurité dans les établissements sanitaires est devenue l'une des principales revendications de la plateforme du SNPSP. «L'année dernière, il était question de mettre en œuvre un plan d'action et de télésurveillance, présenté par le MDN et la DGSN. Toutefois, et jusqu'à aujourd'hui, rien n'a été fait à ce sujet», déplore le président du SNPSP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.