Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le RCD, le MAK et les étudiants au rendez-vous à Béjaïa
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2016

Ils étaient quelques milliers de manifestants à prendre part aux marches auxquelles ont appelées distinctement le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) à Béjaïa, pour la commémoration du 36e anniversaire du Printemps berbère d'avril 1980.
La marche du RCD a été la première à s'ébranler, vers 10h30, de la maison de la culture Taos Amrouche en direction de la place Saïd Mekbel. Des centaines de manifestants de plusieurs régions de la wilaya brandissant les emblèmes national et berbère et des banderoles ont marché aux cris de «Pouvoir assassin», «Assa azekka, tamazight tella tella», «Algérie libre et démocratique» ou encore «Corrigez l'histoire, l'Algérie n'est pas arabe».
Arrivée rond-point du 19 Mai, la foule a marqué une halte pour observer une minute de silence à la mémoire du couple Laribi, victime de la sauvagerie policière de 2001 en Kabylie, sous les airs d'Aghuru du défunt Matoub Lounès fusant à pleins décibels de l'emblématique cité CNS mitoyenne. Puis, direction place Saïd Mekbel pour une prise de parole, alors que ce lieu était aussi le théâtre du Festival du chant patriotique amazigh, une trouvaille de dernière minute des autorités pour faire de l'ombre aux activités commémoratives de la société civile.
«Non à la récupération»
Dans le calme, des dizaines de bambins mobilisés pour l'occasion sous un soleil brûlant ont cédé la place aux responsables du RCD qui ont fustigé, tour à tour, le pouvoir en place. Mouloud Deboub, président du bureau de Béjaïa, a ouvert le bal : «Nous dénonçons les tentatives de récupération et de folklorisation par le pouvoir du combat pour tamazight et le Printemps berbère», allusion faite au Festival du chant patriotique amazigh.
Abondant dans le même sens, Athmane Mazouz, chargé de communication au RCD, dénonce «les tentatives de récupération par le pouvoir des dates symboles du combat pour tamazight», avant d'évoquer la révision de la Constitution qu'il qualifie d'«insulte au peuple algérien». Il fustige dans ce sens le caractère «secondaire» attribué à tamazight dans la Loi fondamentale du pays, appelant à une «officialisation effective de tamazight». L'orateur a, par ailleurs, répondu aux propos du ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali — qui avait déclaré, lundi à Tizi Ouzou, que «ceux qui vont marcher demain veulent la partition de l'Algérie» — en affirmant : «Nous ne voulons pas diviser le pays, nous voulons le construire.»
De son côté, le MAK a mobilisé au moins 2500 manifestants à la marche à laquelle il a appelé du campus de Targa Ouzemmour vers la place Saïd Mekbel. Après avoir diffusé «l'hymne national kabyle» et observé une minute de silence à la mémoire des martyrs du Printemps berbère et du Printemps noir de 2001, une prise de parole a été animée par plusieurs cadres du Mouvement. Ils ont, à tour de rôle, chargé le «pouvoir colonial et arabo-baathiste d'Alger» duquel ils ont appelé à s'émanciper pour «une Kabylie indépendante, souveraine et laïque». Les orateurs ont par la suite dénoncé l'impunité pour les crimes commis par les services de sécurité en Kabylie en 2001, dont les auteurs «courent toujours».
Par ailleurs, plusieurs dizaines d'étudiants agitant des drapeaux berbères ont organisé une marche distincte au niveau de la rue de la Liberté. Cette action se voulait à la fois une commémoration du Printemps berbère et un soutien aux combats des enseignants contractuels.
Il convient de noter qu'un hélicoptère survolait la rue de la Liberté durant ces actions, qui se sont déroulées sans incident.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.