Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des suspensions au parfum de règlements de comptes à Boumerdès
Une dizaine d'élus dont trois présidents d'APC relevés par le wali
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2016

L'article 43 du code communal semble devenir un véritable instrument de pouvoir entre les mains des walis en Algérie. Gare aux élus qui ne sont pas en odeur de sainteté avec le chef de l'exécutif de leur wilaya.
Celui qui conteste ses décisions ou n'obéit pas à ses instructions risque de faire les frais de l'article en question à la moindre plainte ou problème avec la justice.
Dans la wilaya de Boumerdès et partout ailleurs, de nombreux présidents d'APC et élus ont été relevés de leurs fonctions par les walis en application de cette disposition qui stipule que «l'élu faisant l'objet de poursuites judiciaires pour crime ou délit en rapport avec les deniers publics… est suspendu par arrêté du wali jusqu'à intervention de la décision définitive de la juridiction compétente». Cet article qui pèse comme une épée de Damoclès sur la tête des élus a ouvert la voie à tous les abus.
De nombreux présidents d'APC, dont ceux de Boumerdès, Souk El Had et trois élus de Khemis El Khechna ont été relevés ces derniers mois de leur poste parfois pour «des faits banals» avant même leur condamnation par la justice. Bien qu'il ait été acquitté en mai dernier par la justice, le président de l'APC de Boumerdès, M. Aït Si Larbi (FFS), n'est toujours pas réhabilité dans son poste.
«L'article en question remet en cause le principe de la présomption d'innocence. Normalement, c'est la justice qui est habilitée à suspendre un élu, pas le wali. Ensuite, il est injuste et inconcevable de le suspendre juste après sa convocation par le juge», soutient le président de l'APC de Timezrite, Amar Berara, avant de dénoncer «la politique du deux poids deux mesures dans l'application de la loi».
Il y a quelques jours, c'est le président de l'APC de Zemmouri (Boumerdès) M. Laïdi, qui a fait les frais du fameux article, lui qui a été destinataire d'une décision de suspension de la part du wali, Nouria Yamina Zerhouni, pour «une histoire des plus farfelues».
Deux poids deux mesures
M. Laïdi a été poursuivi, puis condamné à un an de prison ferme pour «avoir établi un certificat de résidence non conforme à l'un de ses administrés». Des faits qu'il dit n'avoir jamais commis, précisant que l'affaire remonte à 2010, soit 2 ans avant son élection à la tête de l'Assemblée. «C'est une affaire qui a été montée de toutes pièces. Je suis victime d'une machination parce que j'ai voulu m'attaquer à la mafia du foncier. J'ai ouvert beaucoup de dossiers liés au détournement du foncier au niveau de la forêt Sahel, au bord de la mer. Et j'ai même déposé plainte auprès du procureur pour récupérer ces biens de l'Etat», a-t-il indiqué.
Pour lui, la décision de sa suspension ne devrait être prise qu'après l'épuisement des voies de recours devant la justice. «J'ai été condamné par le tribunal de première instance. J'ai introduit un recours auprès du procureur. J'ai perdu la bataille, pas la guerre», ajoute-t-il. Selon nos sources, au moins une trentaine d'élus dont 13 présidents d'APC ont été relevés de leur poste dans la wilaya de Boumerdès depuis la promulgation du nouveau code communal en 2012 ; la plupart ont été acquittés par la justice, mais jamais réhabilités dans leur poste. Il est vrai que certains ont brillé par une gestion catastrophique des deniers publics, mais leur suspension devrait, selon les juristes, être du ressort de la justice.
L'article 43 est devenu une arme que les walis utilisent contre celui qu'ils veulent et quand ils le veulent. C'est ainsi qu'on trouve des maires qui sont toujours en poste malgré leur condamnation à des peines de prison, alors que d'autres ont été relevés juste après leur convocation par le juge. «Auparavant, le président d'APC pouvait être révoqué suite à un retrait de confiance des 2/3 de l'Assemblée. Aujourd'hui, il n'est redevable que devant le wali. L'essentiel pour lui c'est d'avoir la confiance et la bénédiction de ce dernier», explique le maire de Timezrite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.