La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La baraka de Sidi Yahia
Station thermale de Tamokra (Béjaïa)
Publié dans El Watan le 05 - 09 - 2016

Des visiteurs continuent d'affluer vers Hammam Sidi Yahia, une station thermale située dans la commune de Tamokra, à 90 km au sud de Béjaïa. On y vient particulièrement pour les vertus thérapeutiques de ses eaux chaudes chargées de minéraux. Au bout des deux kilomètres qui relient le hammam du chemin de wilaya n°35, le parking du hammam, aménagé avec du tout-venant, s'offre aux yeux.
Il est 11h. A l'intérieur, une cinquantaine de véhicules immatriculés dans plusieurs wilayas du pays sont stationnés. «Garez-vous ici, puis installez-vous à la cafète qui se trouve après le second portail, qui est devant vous. C'est au tour des femmes de se baigner. Les hommes entreront à 12h, et ce, jusqu'à 14h», dit, accueillant, le gardien du parking, chargé de veiller sur les biens des visiteurs.
Sur une plaque de marbre blanc, devant le deuxième portail, est gravée la biographie du savant, le saint Cheikh Yahia Abou Zakaria Ahmed El Idli, celui qui a donné son nom au hammam et néanmoins, fondateur de la célèbre zaouïa de Tamokra en 1430. Décédé en 1476, il a été, précise la transcription, l'un des descendants de la fille du Prophète Mohamed, Fatima Zahra. Le bain thermal est, depuis sa découverte au XVIe siècle, devenu une destination prisée par des centaines de visiteurs à la recherche d'escapade, d'air pur, mais surtout d'un remède efficace contre les maladies rhumatologiques grâce aux bienfaits d'une eau minérale chaude qui s'échappe des entrailles de la terre.
Eté comme hiver, cette station thermale ne désemplit pas. Samir est un habitué des lieux. Transporteur de son état, il vient très régulièrement, dit-il, accompagnant des femmes depuis Aïn El Hammam, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Si quelques-uns des visiteurs, ayant connu le hammam dans le passé, y reviennent par nostalgie ou pour le loisir afin de profiter de la douceur de la brise de l'oued Boussellam, pour Samir, le déplacement relève d'une pratique religieuse doublée d'une tradition. «C'est comme un pèlerinage où l'on s'adonne à des rituels religieux. Ce n'est pas du chirk (association).
Le cheikh est vénéré pour sa sagesse. Et puis, il n'y a rien de plus ordinaire que de prier et de demander la guérison, par cette eau, dans un lieu saint», explique-t-il, convaincu. Par contre, Djamal, un Algérois originaire de Tazmalt, la soixantaine, respectant et laissant Samir à ses croyances dira : «Depuis que j'étais tout petit, mon père me ramenait avec mes frères pour nager dans cet oued pendant que notre mère et nos tantes se baignaient dans le hammam. Pour moi, cela relève de la nostalgie, ma présence ici réveille autant de souvenirs pour quelqu'un qui a vécu et travaillé toute sa vie dans la capitale.»
En attendant le tour des hommes, le gardien du parking fait découvrir le site. «Nous avons environ 24 chambres, un hammam et un petit bassin d'eau thermale pour les maladies de la peau, en bas près du lit de l'oued». Ventilant le visage avec sa pile de tickets de parking, en cette chaleur torride de midi, il ajoute fièrement que «le lieu reçoit la visite de 200 à 300 personnes par jour, et ce, en dehors des journées de grande affluence, où on enregistre plus de 400 visiteurs». La station thermale se présente en deux allées, qui séparent deux rangées de maisonnettes, dont quelques-unes ont été construites récemment. Celles-ci côtoient d'anciennes maisons kabyles érigées en pierre, revêtues en argile et coiffées de tuiles berbères rouges.
Avant de s'engouffrer dans les deux venelles, en contrebas, un gros rocher emmuré renferme le bassin d'eau minérale. Les maisonnettes, accrochées au pied du massif, sont séparées par une somptueuse élévation rocheuse dont le relief a été transformé et dessiné par l'oued Boussellam où des enfants barbotent dans l'eau sous l'œil vigilant de leurs mamans. Certaines familles viennent de loin pour un séjour d'une semaine.
En longeant les maisonnettes, des senteurs culinaires s'y dégagent, des femmes, accroupies devant leur porte, préparent le déjeuner sur le feu de camping. D'autres sèchent leur linge sur la clôture grillagée des lieux. Dans la cafete, les discussions des hommes tournent autour de la beauté du site et de son histoire. Les habitués s'improvisent alors guides touristiques, racontant des anecdotes parfois invraisemblables sur le cheikh. Dans cette cafete, on vend de tout : des boissons, des fruits, des gâteaux et même des shorts pour la baignade.
Vœu et besoin d'aménagements
La région de Tamokra, dans la daïra de Seddouk, est connue pour sa production d'huile d'olive. Zone montagneuse aride, il n'y a que les oliviers et les figues de Barbarie qui puissent résister à ce climat chaud et relativement sec. Mais ce territoire recèle également un potentiel touristique non négligeable. Au nord, le barrage hydraulique de Tichy-Haf, à Bouhamza, offre des opportunités dans l'investissement touristique en matière de loisirs, de la pêche continentale et des sports nautiques. A ce titre, les pouvoirs publics gagneront également à développer le tourisme thermal ou le tourisme de santé s'ils s'attellent à aménager le site du hammam en lui donnant une touche de modernité, que ce soit sur le plan des infrastructures ou celui de sa gestion.
Pour l'heure, dit Djaffar, l'un des responsables de la zaouïa de Cheikh Yahia Ahmed El Idli, rencontré à l'école coranique, «c'est la zaouïa qui prend en charge la gestion du hammam. Nous l'entretenons grâce aux dons des bienfaiteurs, en plus des rentes qui parviennent du parking, de la cafete, de la boutique, implantés sur place, et de la location des maisonnettes pour les familles qui désirent y passer la nuit». Il regrette le fait que «la zaouïa n'ait reçu aucun accord favorable quant à la demande de financement envoyée aux autorités locales».
Levant les deux mains vers le ciel, il récite une prière, demandant à son Dieu «de bénir les hommes de foi qui ont pris en charge, précise-t-il, l'aménagement de la route qui mène au hammam, l'électricité et la construction de chambres supplémentaires pour les invités». Un autre membre de la zaouïa se rappelle qu'en 2011 «l'ancien ministre du Tourisme, Smaïl Mimoune, avait promis d'allouer une enveloppe budgétaire afin de réhabiliter le site». « Mais à ce jour, nous n'avons rien vu venir», affirme-t-il.
Le vœu très cher des habitants de Tamokra est de voir leur hammam hissé au statut de station thermale, au sens technique et touristique du terme. Djaffar dit avoir nourri, avec les autres responsables de la zaouïa, l'espoir de voir un jour se concrétiser l'extension du bassin du hammam et la réalisation d'infrastructures d'accueil plus décentes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.