PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Benflis à Béjaïa : «Jamais le pays n'a connu une telle concomitance de crises»
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2017

Dans son discours prononcé à Béjaïa, devant une salle moyennement remplie, Ali Benflis s'est contenté, comme à l'accoutumée, de critiquer le bilan de 17 années de règne du régime de Abdelaziz Bouteflika sur le pays et l'impasse politique qui s'est installée.
Attendu pour s'exprimer sur le scrutin du 4 mai prochain, le président de Talaie El Houriet, Ali Benflis, qui a animé hier un meeting populaire dans la ville de Béjaïa, s'est abstenu de parler des prochaines joutes électorales, que son parti a décidé de boycotter.
Les seuls mots sur les élections législatives auxquels l'assistance a eu droit sont ceux contenus dans la déclaration de la fédération de Béjaïa du parti, dans laquelle cette dernière fustige, entre autres, «la mainmise de l'appareil politico-administratif sur la gestion des processus électoraux» à travers l'installation d'une instance de surveillance des élections. Dans le même document, distribué peu avant le début du meeting, la fédération s'en est pris également aux partis qui ont opté pour la participation, se demandant «de quelle crédibilité peuvent se prévaloir les participationnistes qui cautionnent cette fourberie et qui valideront par la suite toutes les lois scélérates qui leur seront présentées».
Dans son discours prononcé dans la salle Bleue à Béjaïa, devant une salle moyennement remplie, Ali Benflis s'est contenté, comme à l'accoutumée, de critiquer le bilan de 17 années de règne du régime de Abdelaziz Bouteflika sur le pays et l'impasse politique qui s'est installée. «Jamais le pays n'a connu une telle concomitance de crises auparavant», a-t-il lancé d'emblée, avant de noter que cette situation constitue «un danger exceptionnel» pour l'Algérie. Ce danger vient notamment, a-t-il dit, de l'affaiblissement des institutions et l'absence d'un projet politique et d'une bonne gouvernance. «Avant, quand des crises surgissaient, il y avait des institutions fortes et des cadres responsables qui rassuraient les Algériens.
Or, on voit aujourd'hui que la crise politique et économique est ignorée, les institutions sont complètement sclérosées et affaiblies, avec des responsables paniqués et distraits, sans projet politique à même de répondre aux aspirations des Algériens», assène l'orateur. Poursuivant son réquisitoire contre les gouvernements successifs des 17 dernières années, l'orateur a égrené, une à une, les promesses faites au peuple mais non tenues.
«On nous a promis le respect des libertés, on ne constate que répression et verrouillage. On nous a promis la pleine citoyenneté, force est de constater que cette dernière est monopolisée par une infime caste de privilégiés. On nous a promis la démocratie et l'Etat de droit, nous ne voyons que mainmise et domination. On nous a promis un décollage économique, après 4 mandats, 17 ans de règne et 800 milliards de dollars dépensés, nous en avons une économie effondrée. On nous a promis une société stable, il n'y a aujourd'hui qu'une succession de chocs, de la précarisation, du régionalisme, de l'individualisme», a-t-il cité en substance.
Ali Benflis nomme cette crise multidimensionnelle : il s'agit de ce qu'il a appelé «la crise-mère», entendre l'impasse politique. Pour lui, pour sortir de cette crise, «il n'y a pas de solution clés en main». Adepte d'un changement radical du système de gouvernance, le président de Talaie El Houriet dira que «le changement est impératif, et il viendra de la modernisation du champ politique, du renouveau économique et de la réforme sociale». Se disant contre la violence, il prônera «un changement par le dialogue sans exclusion, progressif et pacifique».
Par ailleurs, l'orateur a condamné «l'escalade dans la répression» qui s'abat sur les militants, les syndicalistes et autres, dénonçant au passage l'interdiction récemment à Aokas des conférences de l'écrivain Larbi Ahyoun et du professeur Younès Adli sur la pensée kabyle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.