Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Conseil de sécurité divisé sur l'initiative américaine
À la veille du vote aux Nations Unies d'une résolution sur le Sahara Occidental
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2017

Devant statuer sur le projet américain de résolution sur le Sahara occidental, afin de relancer les négociations entre le Front Polisario et le Maroc, les membres du Conseil de l'ONU, qui se sont réunis mardi, ne sont pas arrivés à un consensus.
Réuni mardi pour examiner un projet américain de résolution sur le Sahara occidental, le Conseil de sécurité des Nations unies n'est pas parvenu à un consensus jusque-là, a rapporté hier l'APS. Les discussions ont révélé des divergences entre les membres dudit Conseil. Le projet de résolution visant la relance des négociations entre le Front Polisario et le Maroc a été soumis dans un premier temps au groupe d'amis du Sahara occidental au Conseil de sécurité, mais sans dégager un consensus sur ses propositions, dont celle exigeant le retrait immédiat du Front Polisario de la zone d'Al Guergarat. Devant le refus de plusieurs membres de valider ce texte, la délégation américaine aux Nations unies a soumis ce projet de résolution au reste des membres du Conseil de sécurité avant son adoption prévue aujourd'hui.
Violation du cessez-le-feu par le Maroc
La Russie a qualifié le texte de déséquilibré, alors que l'Uruguay a estimé qu'il ne fournit pas les causes qui étaient à l'origine de la crise d'Al Guergarat, en référence aux violations de l'accord de cessez-le-feu par le Maroc qui a provoqué des tensions dans cette zone tampon surveillée par la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) «Le Maroc et la France sont en train de pousser à l'extrême jusqu'à demander le retrait immédiat et sans condition du Front Polisario d'Al Guergarat», a déclaré le représentant du Front Polisario auprès de l'Organisation des Nations unies (ONU), Ahmed Boukhari.
La France et quelques amis du Maroc ont eu une grande influence sur la rédaction de la première mouture du projet, selon lui. Pour Al Guergarat, «il fallait s'attaquer aux causes et aux conséquences de la crise». Et de préciser que le problème a commencé quand le Maroc a voulu achever un projet de route traversant cette zone interdite par les accords militaires. Et d'ajouter : «La violation des termes du cessez-le-feu était à l'origine de la crise et met en péril tout le processus de paix au Sahara occidental.»
Le Front Polisario a proposé aux Nations unies l'envoi d'une commission technique pour examiner sur le terrain la violation du cessez-le-feu, mais la France et le Maroc s'y sont opposés en essayant d'impliquer le Conseil de sécurité dans la légitimation des actes de Rabat. Il a considéré essentiel de tenir compte de l'échec des négociations de Manhasset en 2007 en intégrant dans ce projet de résolution «des éléments pour que les nouvelles négociations auxquelles le secrétaire général appelle puissent avoir une perspective de succès».
Il a observé que «certaines déclarations françaises sur cet aspect sont contaminées d'une certaine légèreté et d'une certaine complicité tout en sachant que le Maroc ne va pas coopérer dans le cadre d'une négociation sérieuse et crédible». Le représentant sahraoui a indiqué que le Front Polisario allait «attendre la fin des discussions sur ce projet de résolution pour se positionner publiquement sur l'ensemble du processus de paix, y compris sur la situation à Al Guergarat».
Le droit de la force
La région d'Al Guergarat est située au sud-ouest du Sahara occidental. En août 1979, la Mauritanie a signé un accord de paix avec le Polisario, renonçant au sud du Sahara occidental. Une aubaine pour les forces marocaines, qui n'ont pas tardé à s'y déployer. Entre 1980 et 1987, le Maroc a construit un mur militarisé qui partage en deux le territoire sahraoui.
Un cessez-le-feu est signé sous l'égide de l'ONU en 1991, à la condition qu'un référendum d'autodétermination soit organisé. Rabat propose une autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine. Pour le Polisario, l'unique alternative pour mettre fin à ce conflit consiste à organiser un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.
Echec des envoyés spéciaux de l'ONU
Envoyé spécial de l'ONU au Sahara occidental, James Baker présente un plan, en 2003, qui prévoit un régime d'autonomie pour une durée de 5 ans, suivi d'un référendum comportant l'option de l'indépendance. Les électeurs seront les Sahraouis et toute autre personne de plus de 18 ans vivant au Sahara occidental depuis au moins 4 ans.
Accepté par le Polisario, le plan est rejeté par le Maroc. D'où la démission de Baker en 2004. En juin 2007, s'ouvre la première session des pourparlers entre le Maroc et le Front Polisario en présence des Etats voisins, à savoir l'Algérie et la Mauritanie, à Manhasset (New York) sans aboutir à une solution. L'émissaire de l'ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a démissionné le mois dernier, après huit ans passés à tenter de trouver une issue au conflit.
Cette démission est intervenue à la suite de tensions avec le Maroc qui l'a accusé de parti pris pour le Front Polisario. Le 5 février dernier, le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré dans un entretien accordé au site d'info en ligne Le Desk qu'il ne «reconnaîtra jamais» la République sahraouie.
«Non seulement, le Maroc ne reconnaît pas, et ne reconnaîtra jamais cette entité fantoche, mais il redoublera d'efforts pour que la petite minorité de pays, notamment africains, qui la reconnaissent encore, fassent évoluer leur position dans le sens de la légalité internationale et des réalités géopolitiques», a-t-il affirmé. Pour N. Bourita, le retour du Maroc au sein de l'UA «ne changera rien dans nos positions immuables concernant la marocanité du Sahara» occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.