Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les maisons de la mer projeté en avant-première à Annaba
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2017

La cinémathèque de Annaba a abrité, en début de semaine, une très intéressante rencontre autour de la projection en avant-première d'un film documentaire de 54 minutes qui relate la mise en place au cap de garde, Ras Hamra (Annaba), de récifs artificiels par le club de plongée Hippone-Sub.
Le film de Hamza Mendil, cameraman et réalisateur mais aussi doctorant à l'Ecole nationale supérieure des sciences de la mer et de l'aménagement du littoral (Enssmal, ex-Ismal), est le premier documentaire sous-marin 100% algérien. Il a été produit par la société Nephrops GP qui a mis en place une équipe de tournage qui a suivi pendant plus d'un an toutes les étapes de ce projet de récifs artificiels financé à hauteur de 1 600 000 DA par le Fonds mondial pour l'environnement (FEM/SGP), le programme de microfinancement SGP et le PNUD.
Ces récifs sont des constructions artificielles immergées en mer pour créer des espaces abrités pour la faune et la flore marine. Ils procurent en premier lieu des niches adaptées aux algues et plantes aquatiques, puis aux poissons, aux mollusques et aux crustacés.
Ils sont présentés comme une réponse possible à la réduction de la biodiversité marine et donc d'offrir une opportunité pour l'augmentation de la productivité du milieu et soutenir de la sorte les activités de pêche professionnelle ou récréative. Tout le monde ne s'accorde pas, surtout dans les milieux scientifiques, sur l'efficacité annoncée des récifs qui n'est pas vérifiée. «La démonstration des effets recherchés reste souvent partielle, limitée à quelques espèces et/ou restreinte à l'environnement immédiat des structures immergées», note l'Ifremer dans un rapport sur l'état des connaissances sur les récifs artificiels.
Cependant cela reste l'outil privilégié pour la reconstitution de la vie sur les fonds marins dévastés par la pollution, comme malheureusement c'est le cas à Annaba, comme le montre le film qui débute par des images apocalyptiques des fonds profonds de la métropole de l'Est. L'Algérie a connu un retard considérable dans la création et la mise en place de ce genre de dispositifs. En Méditerranée, nous sommes bons derniers, avec trois récifs autorisés (Annaba 2016) et trois autres sites non autorisés immergés par les associations de Dellys et Oran en 2015 et Cherchell en 2016.
La France compte 13 000 récifs et le plus grand récif d'Europe, au Prado à Marseille. Même la Libye continue, malgré la situation actuelle, à immerger des navires de guerre dépollués (mars 2016) pour créer des récifs et assurer l'avenir de leurs enfants. En Tunisie, ce sont les professionnels, traduire les pécheurs, qui construisent et immergent eux-mêmes les récifs artificiels, tant l'impact sur la production de poisson est importante. Pour Probium, le réseau algérien pour la protection de la biodiversité marine, les associations qui militent dans ce domaine sont prises en otage par la bureaucratie, la rigidité intellectuelle et le refus du changement de ses institutions.
Comme relevé par des intervenants, l'expérience de Annaba a été un succès parce que ses promoteurs ont réussi l'exploit de faire travailler ensemble toutes les parties concernées. Le projet prévoit l'immersion de 5 récifs. C'est déjà fait pour deux, le troisième est en cours. Comme rappelé dans le film par la coordinatrice du projet PNUD, l'intelligence de l'équipe d'Hippone-Sub est d'avoir pensé à la réalisation de ce film.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.