CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les maisons de la mer projeté en avant-première à Annaba
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2017

La cinémathèque de Annaba a abrité, en début de semaine, une très intéressante rencontre autour de la projection en avant-première d'un film documentaire de 54 minutes qui relate la mise en place au cap de garde, Ras Hamra (Annaba), de récifs artificiels par le club de plongée Hippone-Sub.
Le film de Hamza Mendil, cameraman et réalisateur mais aussi doctorant à l'Ecole nationale supérieure des sciences de la mer et de l'aménagement du littoral (Enssmal, ex-Ismal), est le premier documentaire sous-marin 100% algérien. Il a été produit par la société Nephrops GP qui a mis en place une équipe de tournage qui a suivi pendant plus d'un an toutes les étapes de ce projet de récifs artificiels financé à hauteur de 1 600 000 DA par le Fonds mondial pour l'environnement (FEM/SGP), le programme de microfinancement SGP et le PNUD.
Ces récifs sont des constructions artificielles immergées en mer pour créer des espaces abrités pour la faune et la flore marine. Ils procurent en premier lieu des niches adaptées aux algues et plantes aquatiques, puis aux poissons, aux mollusques et aux crustacés.
Ils sont présentés comme une réponse possible à la réduction de la biodiversité marine et donc d'offrir une opportunité pour l'augmentation de la productivité du milieu et soutenir de la sorte les activités de pêche professionnelle ou récréative. Tout le monde ne s'accorde pas, surtout dans les milieux scientifiques, sur l'efficacité annoncée des récifs qui n'est pas vérifiée. «La démonstration des effets recherchés reste souvent partielle, limitée à quelques espèces et/ou restreinte à l'environnement immédiat des structures immergées», note l'Ifremer dans un rapport sur l'état des connaissances sur les récifs artificiels.
Cependant cela reste l'outil privilégié pour la reconstitution de la vie sur les fonds marins dévastés par la pollution, comme malheureusement c'est le cas à Annaba, comme le montre le film qui débute par des images apocalyptiques des fonds profonds de la métropole de l'Est. L'Algérie a connu un retard considérable dans la création et la mise en place de ce genre de dispositifs. En Méditerranée, nous sommes bons derniers, avec trois récifs autorisés (Annaba 2016) et trois autres sites non autorisés immergés par les associations de Dellys et Oran en 2015 et Cherchell en 2016.
La France compte 13 000 récifs et le plus grand récif d'Europe, au Prado à Marseille. Même la Libye continue, malgré la situation actuelle, à immerger des navires de guerre dépollués (mars 2016) pour créer des récifs et assurer l'avenir de leurs enfants. En Tunisie, ce sont les professionnels, traduire les pécheurs, qui construisent et immergent eux-mêmes les récifs artificiels, tant l'impact sur la production de poisson est importante. Pour Probium, le réseau algérien pour la protection de la biodiversité marine, les associations qui militent dans ce domaine sont prises en otage par la bureaucratie, la rigidité intellectuelle et le refus du changement de ses institutions.
Comme relevé par des intervenants, l'expérience de Annaba a été un succès parce que ses promoteurs ont réussi l'exploit de faire travailler ensemble toutes les parties concernées. Le projet prévoit l'immersion de 5 récifs. C'est déjà fait pour deux, le troisième est en cours. Comme rappelé dans le film par la coordinatrice du projet PNUD, l'intelligence de l'équipe d'Hippone-Sub est d'avoir pensé à la réalisation de ce film.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.