Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand parcours d'un battant
Hommage à Abdelhamid Benzine à Béjaïa
Publié dans El Watan le 14 - 03 - 2018

Un hommage a été rendu, samedi dernier, au journaliste et militant communiste Abdelhamid Benzine à la Cinémathèque de Béjaïa.
Un hommage organisé par le Café littéraire en collaboration avec l'association Les amis de Abdelhamid Benzine, à travers la projection du long métrage Nous n'étions pas des héros, sorti fin 2017, et qui est une adaptation au cinéma du livre Le camp, écrit par Benzine, alors qu'il était en détention avec 60 combattants dans le camp militaire d'internement spécial de Boughari, situé dans la région de Médéa.
Le «brouillon» du récit est sorti du couffin de la mère de Benzine avant qu'il ne soit pris en charge par le réseau des militants communistes.
Plus qu'une adaptation, l'esprit de l'auteur du livre et son engagement idéologique sont respectés. Mais le réalisateur y a mis sa touche artistique en sus du travail de documentation et d'écriture qui a duré près de six ans avant de finaliser le produit.
«En plus du livre de Benzine qui a été repris fidèlement à 90%, je me suis basé sur les témoignages d'anciens détenus et des documents historiques précis», a déclaré Nasredine Guenifi, lors des débats.
Ce travail complète la trame de l'histoire avec des éléments de fiction et des anecdotes de détenus. Certains spectateurs ont vu en ce film «un document d'histoire riche en informations qui se rapportent à la Révolution algérienne et au combat d'un personnage, Benzine, mais n'a pas réussi à transmettre des émotions».
Ils ont regretté le fait que le réalisateur n'ait pas donné davantage de détails sur la vie et le combat du journaliste écrivain pendant et après la Révolution. «Mon ambition n'était pas de réaliser un film sur la personne de Benzine, mais un film ayant comme but d'adapter le récit de Benzine», répond le réalisateur.
Entre février 1961 et juin 1962, A. Benzine, interprété par le comédien Ahmed Rezzak, et 60 combattants, pris les armes à la main, sont transférés dans un camp spécial où des légionnaires français leur font subir d'atroces tortures, des humiliations... dans le but de les transformer en harkis pour les besoins de «la 3e armée» de Charles de Gaulle, un projet qui a échoué grâce à la résistance des détenus.
Le combat de Benzine à l'intérieur du camp a été salvateur dans la mesure où ses actions ont abouti à l'allégement du traitement inhumain dont faisaient preuve les gardiens, dont des nazis enrôlés dans la légion étrangère et auxquels la France coloniale avait fait appel.
La visite de son avocate et, plus tard, la publication d'un article de presse sur les conditions de détention et le non-respect de la Convention de Genève sur les détenus de guerre ont contribué à l'amélioration des conditions des détenus.
Nasredine Guenifi ne voulait pas d'une fin «héroïque», à la hollywoodienne, où une poignée d'internés détournent la vigilance des gardiens et tenant tête à tout un régiment avant de s'évader. D'où le choix du titre tiré du livre Nous n'étions pas des héros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.