Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    Il y a deux ans, disparaissait Dr Laâziz Kessas    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Constantine: Saisie de plus de 1100 capsules de psychotropes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    A la demande de la défense: Le procès Hamel reporté au 11 mars    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grand parcours d'un battant
Hommage à Abdelhamid Benzine à Béjaïa
Publié dans El Watan le 14 - 03 - 2018

Un hommage a été rendu, samedi dernier, au journaliste et militant communiste Abdelhamid Benzine à la Cinémathèque de Béjaïa.
Un hommage organisé par le Café littéraire en collaboration avec l'association Les amis de Abdelhamid Benzine, à travers la projection du long métrage Nous n'étions pas des héros, sorti fin 2017, et qui est une adaptation au cinéma du livre Le camp, écrit par Benzine, alors qu'il était en détention avec 60 combattants dans le camp militaire d'internement spécial de Boughari, situé dans la région de Médéa.
Le «brouillon» du récit est sorti du couffin de la mère de Benzine avant qu'il ne soit pris en charge par le réseau des militants communistes.
Plus qu'une adaptation, l'esprit de l'auteur du livre et son engagement idéologique sont respectés. Mais le réalisateur y a mis sa touche artistique en sus du travail de documentation et d'écriture qui a duré près de six ans avant de finaliser le produit.
«En plus du livre de Benzine qui a été repris fidèlement à 90%, je me suis basé sur les témoignages d'anciens détenus et des documents historiques précis», a déclaré Nasredine Guenifi, lors des débats.
Ce travail complète la trame de l'histoire avec des éléments de fiction et des anecdotes de détenus. Certains spectateurs ont vu en ce film «un document d'histoire riche en informations qui se rapportent à la Révolution algérienne et au combat d'un personnage, Benzine, mais n'a pas réussi à transmettre des émotions».
Ils ont regretté le fait que le réalisateur n'ait pas donné davantage de détails sur la vie et le combat du journaliste écrivain pendant et après la Révolution. «Mon ambition n'était pas de réaliser un film sur la personne de Benzine, mais un film ayant comme but d'adapter le récit de Benzine», répond le réalisateur.
Entre février 1961 et juin 1962, A. Benzine, interprété par le comédien Ahmed Rezzak, et 60 combattants, pris les armes à la main, sont transférés dans un camp spécial où des légionnaires français leur font subir d'atroces tortures, des humiliations... dans le but de les transformer en harkis pour les besoins de «la 3e armée» de Charles de Gaulle, un projet qui a échoué grâce à la résistance des détenus.
Le combat de Benzine à l'intérieur du camp a été salvateur dans la mesure où ses actions ont abouti à l'allégement du traitement inhumain dont faisaient preuve les gardiens, dont des nazis enrôlés dans la légion étrangère et auxquels la France coloniale avait fait appel.
La visite de son avocate et, plus tard, la publication d'un article de presse sur les conditions de détention et le non-respect de la Convention de Genève sur les détenus de guerre ont contribué à l'amélioration des conditions des détenus.
Nasredine Guenifi ne voulait pas d'une fin «héroïque», à la hollywoodienne, où une poignée d'internés détournent la vigilance des gardiens et tenant tête à tout un régiment avant de s'évader. D'où le choix du titre tiré du livre Nous n'étions pas des héros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.