Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Fin du délai de dépôt des candidatures aujourd'hui    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    MCO - Mekkaoui: «Prendre au sérieux ce match du NAHD»    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    CSC - El Amri: «Face à l'USMA, on respectera l'éthique»    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    Annaba : Le wali interdit un iftar collectif en présence de maître Bouchachi    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A corps et à cri défendant le film
Bachir Derrais . Producteur
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2007

Le réalisateur Bachir Derrais, auteur de la comédie à succès Gourbi Palace et bientôt Un million de centimes (l'avant-première est prévue vers la fin du mois), est le producteur du film Morituri avec Claude Kunetz, l'ENTV, le CNC France.
Le film a inauguré le cycle cinématographique de l'événement culturel « Alger, capitale de la culture arabe ». Cependant, la production de Morituri aura été au forceps. A ce propos, Bachir Derrais précise : « On a présenté le projet de film Morituri en 2003 dans le cadre de l'‘‘Année de l'Algérie en France''. Il a été refusé pour des raisons que j'ignore. Cela nous a pénalisés. Heureusement que l'ENTV a été la première à croire en nous et à soutenir le film avant tout le monde de par une enveloppe financière. Sans l'ENTV, ce film Morituri n'aurait jamais existé. » Quant au financement proprement dit, il explique : « Pour produire ce film, j'ai été obligé de procéder à un prêt à la banque. Et tant pis, j'irai en justice si l'on n'arrive pas à rembourser le prêt. Je serai fier de faire la prison pour avoir produit un film de Okacha Touita qui à 16 ans était au maquis à Mostaganem pour libérer ce pays. » Bachir Derrais est endetté d'un milliard de centimes en produisant Morituri. « Le film entre dans le cadre de ‘‘Alger, capitale de la culture arabe''. Donc on est content. Et cela permettra d'éponger les dettes », nous confiera-t-il. Parlant de son ami Bachir Derrais, le réalisateur Okacha Touita dira : « Non seulement il s'est endetté, mais il a porté le film physiquement à son corps défendant. Il s'est mis en péril quant à la solvabilité du prêt bancaire. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.