PSG: Leonardo ne serait pas passé à l'action pour Neymar !    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune achève sa visite d'Etat au Royaume d'Arabie saoudite    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Blida: report du procès de Abdelghani Hamel et de Berrachdi au 19 mars prochain    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    Les discussions de Genève sur la Libye boudées par les Libyens    Rassemblement de protestation des Patriotes    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune tabassé à mort à Sidi Khettab    Accident mortel à Béni-Saf    Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    La révolution contée en peinture    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Le pas en avant au bord du précipice !    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A corps et à cri défendant le film
Bachir Derrais . Producteur
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2007

Le réalisateur Bachir Derrais, auteur de la comédie à succès Gourbi Palace et bientôt Un million de centimes (l'avant-première est prévue vers la fin du mois), est le producteur du film Morituri avec Claude Kunetz, l'ENTV, le CNC France.
Le film a inauguré le cycle cinématographique de l'événement culturel « Alger, capitale de la culture arabe ». Cependant, la production de Morituri aura été au forceps. A ce propos, Bachir Derrais précise : « On a présenté le projet de film Morituri en 2003 dans le cadre de l'‘‘Année de l'Algérie en France''. Il a été refusé pour des raisons que j'ignore. Cela nous a pénalisés. Heureusement que l'ENTV a été la première à croire en nous et à soutenir le film avant tout le monde de par une enveloppe financière. Sans l'ENTV, ce film Morituri n'aurait jamais existé. » Quant au financement proprement dit, il explique : « Pour produire ce film, j'ai été obligé de procéder à un prêt à la banque. Et tant pis, j'irai en justice si l'on n'arrive pas à rembourser le prêt. Je serai fier de faire la prison pour avoir produit un film de Okacha Touita qui à 16 ans était au maquis à Mostaganem pour libérer ce pays. » Bachir Derrais est endetté d'un milliard de centimes en produisant Morituri. « Le film entre dans le cadre de ‘‘Alger, capitale de la culture arabe''. Donc on est content. Et cela permettra d'éponger les dettes », nous confiera-t-il. Parlant de son ami Bachir Derrais, le réalisateur Okacha Touita dira : « Non seulement il s'est endetté, mais il a porté le film physiquement à son corps défendant. Il s'est mis en péril quant à la solvabilité du prêt bancaire. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.