L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A corps et à cri défendant le film
Bachir Derrais . Producteur
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2007

Le réalisateur Bachir Derrais, auteur de la comédie à succès Gourbi Palace et bientôt Un million de centimes (l'avant-première est prévue vers la fin du mois), est le producteur du film Morituri avec Claude Kunetz, l'ENTV, le CNC France.
Le film a inauguré le cycle cinématographique de l'événement culturel « Alger, capitale de la culture arabe ». Cependant, la production de Morituri aura été au forceps. A ce propos, Bachir Derrais précise : « On a présenté le projet de film Morituri en 2003 dans le cadre de l'‘‘Année de l'Algérie en France''. Il a été refusé pour des raisons que j'ignore. Cela nous a pénalisés. Heureusement que l'ENTV a été la première à croire en nous et à soutenir le film avant tout le monde de par une enveloppe financière. Sans l'ENTV, ce film Morituri n'aurait jamais existé. » Quant au financement proprement dit, il explique : « Pour produire ce film, j'ai été obligé de procéder à un prêt à la banque. Et tant pis, j'irai en justice si l'on n'arrive pas à rembourser le prêt. Je serai fier de faire la prison pour avoir produit un film de Okacha Touita qui à 16 ans était au maquis à Mostaganem pour libérer ce pays. » Bachir Derrais est endetté d'un milliard de centimes en produisant Morituri. « Le film entre dans le cadre de ‘‘Alger, capitale de la culture arabe''. Donc on est content. Et cela permettra d'éponger les dettes », nous confiera-t-il. Parlant de son ami Bachir Derrais, le réalisateur Okacha Touita dira : « Non seulement il s'est endetté, mais il a porté le film physiquement à son corps défendant. Il s'est mis en péril quant à la solvabilité du prêt bancaire. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.