«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Restauration du palais Hassan Pacha
Monuments historiques
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2007

La restauration du palais du dey Hassan Pacha (XVIIIe siècle), connu autrefois par l'appellation « Dar Hassan Pacha », est en cours. Elle est confiée par la wilaya à l'entreprise Ecotra.
L'assistance et le suivi technique des travaux sont assurés par le bureau d'études « Andassa ouel bina ». En arrivant à la place Ben Badis (Basse-Casbah), on peut accéder à cette magnifique résidence attenant à la mosquée Ketchaoua, par une entrée aménagée après la prise d'Alger. La façade du palais a subi, en 1839, des transformations réalisées par le génie. « Au début de la colonisation, Dar Hassan Pacha fut appelée « Palais d'hiver » et devint la résidence des gouverneurs. Ceux-ci y accédaient par la nouvelle entrée. L'ancienne est située dans la rue de Soudan (actuellement rue Cheikh El Qanaï, ndlr). Sa porte est encore ornée d'un encadrement de pierres », a précisé M. Benmeddour, chercheur en patrimoine. L'autre façade, située à ce niveau, a connu aussi des modifications. Des fenêtres ogivales et un portail à colonnes de marbre jaspe y furent aménagés. La somptueuse résidence est composée de trois niveaux surélevés par un menzah ( une terrasse). Le vaste patio est surplombé par une verrière permettant à la lumière du jour d'assurer un excellent éclairage. Les murs sont encore recouverts de plaques de faïence évoquant des paysages hollandais car ils provenaient de la ville de Delft. D'autres carreaux sont d'origine italienne. Cet espace où s'affairent des ouvriers et des artisans qui exécutent minutieusement les tâches recommandées, est en plein chantier. Des tas d'agrégats ainsi que d'autres matériaux y sont déposés. Les colonnes, qui sont revêtues d'une couche de plâtre, sont en cours de reconstitution. Pour atteindre le second niveau entouré d'une merveilleuse balustrade en boiserie ajourée, il faut emprunter un escalier. Tout autour, se disposent des pièces. « L'étage supérieur qui abrite une grande salle vitrée est réservé au dey. Il y accueillait ses hôtes distinctifs. Les murs sont en émail de Delft, d'Italie et de Tunisie qui datent du XVIe siècle. Cela prouve que les carreaux provenaient d'autres palais. Mais le Diwan (conseil) se tenait dans le palais de la Djenina, aujourd'hui disparu », a expliqué encore le chercheur. L'intérieur est enrichi de boiserie. Les plafonds sont garnis de caissons sculptés. « On peut remarquer des transformations qui furent introduites dans ce salon après la prise d'Alger. Ce sont des motifs identiques à ceux qui ornent le palais de Versailles, car Dar Hassan Pacha a abrité les gouverneurs généraux. Napoléon III fut l'hôte de ce palais en 1860 et 1865. D'autres personnalités invitées à assister à l'inauguration de la statue érigée en l'honneur du duc d'Orléans, y furent accueillies », a indiqué M. Benmeddour. Les membres de l'équipe de restaurateurs lyonnais accompagnés par M. Bechari, président de l'Association des propriétaires des immeubles de la Casbah (Apic), ont été charmés aussi bien par les précisions de M. Benmeddour que par la splendeur du palais. Abordé à l'occasion, M. Emond, restaurateur en peinture murale, n'a pas hésité à nous confier : « Notre équipe est émerveillée par la qualité du patrimoine et aussi par la richesse historique. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.