Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Migrants africains tués par la police marocaine: le drame continue de susciter l'indignation à l'international    JM / Handball (Gr.A- 2e J) : résultats et classement    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    JM: le badminton et la lutte décrochent l'or, le karaté do termine avec l'argent    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Face aux séismes    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Riga débarque    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Confirmation des mandats de dépôt contre les commissaires
Affaire Achour Abderrahmane
Publié dans El Watan le 19 - 07 - 2007

La chambre d'accusation près la cour d'Alger a confirmé cette semaine les mises sous mandat de dépôt décidées par le juge d'instruction près le tribunal de Bab El Oued contre deux commissaires, l'ex-directeur de la police judiciaire de Tipaza et son adjoint, dans le cadre de l'affaire Achour Abderrahmane.
Poursuivis pour corruption, complicité de détournement, faux et usage de faux, pour avoir aidé Achour Abderrahmane, richissime commerçant impliqué dans le scandale de la BNA, les deux commissaires ont comparu il y a une vingtaine de jours, avec deux autres responsables de la Sûreté nationale, l'ex-chef de la sûreté de wilaya de Tipaza, Zouaï, placé en liberté provisoire, et l'ex-directeur de la clinique des Glycines, Sbih, gardé sous contrôle judiciaire, alors que l'ancien commissaire de Koléa, Gherzouli, a bénéficié d'un non-lieu. Neuf autres policiers (entre agents et officiers) ainsi que six commerçants convoqués par le parquet dans le cadre de cette affaire ont gardé le statut de témoins dans ce dossier. Donc est impliqué Achour Abderrahmane, qui sera entendu samedi prochain par le juge d'instruction, à la veille de l'examen par la chambre d'accusation près la cour d'Alger du volumineux dossier lié au jeu de traites creuses croisées, de chèque de cavalerie et d'escroquerie. Les deux dossiers semblent étroitement liés, du fait que le document, établi par les services de la police judiciaire pour blanchir Achour Abderrahmane des faits qui lui sont reprochés par la BNA, et avec lequel il s'est défendu contre son extradition du Maroc, s'avère être un faux. Les officiers déférés devant le tribunal de Bab El Oued, il y a quelques semaines, sont poursuivis, entre autres, pour faux et usage de faux. C'est sur la base de ce document également mis dans le dossier de Achour que la défense de ce dernier a axé son travail. A titre de rappel, c'est à la suite d'une enquête décidée par les plus hauts responsables de la Sûreté nationale qu'une partie du voile a été levée sur cette affaire, dans la mesure où de nombreuse zones d'ombre restent entières à ce niveau de l'enquête, tant les vrais protecteurs, ou parrains de Achour Abderrahmane au sein de l'institution policière, ne sont pas encore inquiétés. Les services de la police judiciaire d'Alger, auxquels l'enquête a été confiée, n'ont malheureusement pas réussi à démasquer toutes les complicités qui ont permis à Achour Abderrahmane d'obtenir le document alors qu'il était déjà sous le coup d'un mandat d'arrêt, et de quitter le territoire national sans être inquiété. Il s'agit en fait d'un rapport de quelques paragraphes établi par la brigade économique de Tipaza déclarant (en trois jours) l'enquête menée en 2004 sur les pratiques de Achour Abderrahmane infructueuse, alors que les mouvements des chèques de cavalerie, les crédits non garantis et le jeu de traites creuses et croisées se sont poursuivis jusqu'à novembre 2005. En détention provisoire depuis son extradition du Maroc en novembre 2006, après une bataille juridique de plusieurs mois, Achour Abderrahmane est soupçonné aussi d'avoir détourné de la BNA quelque 32 milliards de dinars. Le pot aux roses a été découvert en octobre 2005, à la suite d'une lettre anonyme adressée aux plus hautes autorités du pays. Une plainte a été déposée par la BNA et l'instruction s'est soldée par l'inculpation de 32 personnes, dont les associés de Achour Abderrahmane, sa secrétaire et son épouse. Le juge a également inculpé les responsables des agences BNA de Bouzaréah, de Zighoud Youcef, de Cherchell, de Koléa, ainsi que l'ex-PDG de la BNA, son inspecteur général, le directeur régional et celui du réseau exploitation, deux commissaires aux comptes, deux experts-comptables, le directeur du service informatique pour, entre autres, association de malfaiteurs, dilapidation de deniers publics, faux en écriture bancaire, escroquerie et chèques sans provision. Parmi les mis en cause, 15 ont été placés sous mandat de dépôt, notamment les responsables des agences, alors que deux autres sont concernés par des mandats d'arrêt, dont un international, à l'encontre de l'ex-directeur de l'agence BNA de Bouzaréah, actuellement à Londres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.