Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger, une identité en déperdition
Réhabilitation ou destruction de la Parisienne à Alger
Publié dans El Watan le 08 - 01 - 2008

A l'heure où partout dans le monde les villes activent et agissent dans le but de sauvegarder et de préserver ce qui fait leur spécificité et leur richesse, ici en Algérie nous nous permettons le luxe de détruire et de faire disparaître un trésor ici présent et inestimable avec une légèreté déconcertante.
Effectivement, la banalisation de l'acte de destruction de notre patrimoine architectural et urbain révélé à travers le passage de l'immeuble la Parisienne « au marteau-piqueur » est ahurissante puisqu'il a suffi à cela la présentation d'un acte de propriété et d'un rapport du CTC. Au moment où chaque ville de par le monde tente de se constituer une identité afin de s'affirmer et de se mettre en avant vis-à-vis des autres villes, on se permet chez nous d'opter pour le chemin inverse, à savoir la destruction d'une identité et d'un patrimoine affirmé (même s'il n'est pas juridiquement reconnu en tant que tel) qui fait la beauté et la grandeur reconnue de par le monde d'une ville comme Alger, et ceci par des opérations successives de banalisation et de standardisation du cachet architectural et urbain. Bien plus que le simple acte de la destruction d'un immeuble, la Parisienne, cette opération nous fait prendre conscience du danger qui guette nos villes, par la dépersonnalisation de ces dernières et la perte de ce qui fait leur unicité et leur identité. Car au-delà du simple fait de l'anéantissement d'un édifice, c'est la déperdition d'un centre-ville où il est agréable de vivre et de flâner contrairement à toutes les nouvelles cités-dortoirs telles que Aïn Naâdja, Bab Ezzouar, cité Garidi et d'autres. Des cités sans âme, sans vie et sans aucune esthétique, composées du même bâtiment qui se répète à l'infini aussi bien au niveau de la cité que sur l'ensemble du territoire national, d'Alger à Tamanrasset et de Maghnia à El Kala. Contrairement à toutes ces constructions monotones et répétitives, les monuments et édifices hérités de notre passé sont des pièces exceptionnelles composées d'éléments uniques.
LOGIQUE ANTICIVILISATIONNELLE
De plus, chaque bâtiment dans son individualité est l'expression aussi bien d'un style défini, mais également d'un rythme et d'une dynamique qui adhèrent à la perfection au tissu urbain dans lequel il s'insère. Ils assurent certes une harmonie et une homogénéité totale entre eux mais en aucun cas ils ne se copient les uns les autres. Par ce geste barbare de destruction d'une œuvre unique en son genre, nous nous inscrivons fatalement dans une logique anti-civilisatrice, car comme nous le rappelle l'historien Ibn Khaldoun, éminent penseur arabe dans sa célèbre Moukadima, l'acte civilisateur consiste en la consolidation des monuments existants, alors que l'acte barbare consisterait justement en la destruction des monuments révélateurs des différentes civilisations. Ainsi, la valorisation d'Alger consistera en une opération de révélation du génie des concepteurs et bâtisseurs qui ont su maîtriser les différents composants du contexte de cette ville, dont l'architecture et la structuration de l'urbain ne sont que les expressions matérielles et sensibles de ce génie. Concrètement, cela consiste en la préservation de la complexité et la difficulté de s'intégrer tout en offrant un cadre paysager extraordinaire, aussi bien aux usagers des œuvres et bâtisses architecturales qu'à ceux de l'espace urbain. « décontextualisation » A ce jeu, l'immeuble la Parisienne constitue un des plus beaux exemples révélateurs de ce génie. Car bien plus que sa richesse intrinsèque à travers la spécificité de son style, de ses traitements esthétiques, de ses composants architectoniques et encore bien plus, ce joyau est révélateur de la richesse environnementale et urbaine de la ville d'Alger par sa capacité à amadouer et à apprivoiser un site aussi spécifique et unique que celui-ci. La destruction de cet édifice consistera de ce fait en la destruction d'un savoir-faire unique, qui fait et qui rend compte du génie des bâtisseurs, de la beauté et de la richesse de l'environnement, mais surtout qui permet de suite à la ville d'Alger de s'affirmer comme une ville à forte identité et à fort caractère. Ne rien faire, c'est finalement se rendre complice de cet acte irresponsable et criminel. De ce fait, le délaissement des différents composants qui appartiennent à la ville d'Alger va conduire à la dévalorisation de l'ensemble, finissant par la « décontextualisation » des quelques sous-entités qui resteront debout. Ceci peut aboutir finalement à la déperdition de la valeur aussi bien des sous-entités que de l'ensemble urbain pour finir par obtenir une ville sans âme et sans caractère. Finalement, sauver des édifices tels que l'immeuble la Parisienne, qui n'est en fin de compte que l'arbre qui révèle l'ampleur de la destruction de la forêt, c'est sauver l'âme et l'identité de toutes les villes algériennes d'une épidémie qui s'installe malheureusement et dangereusement comme une fatalité incontournable.Agissons tous ensemble pour sauvez notre patrimoine algérois en signant la pétition « BARAKT » sur http://www.sosalger.reunis.fr
L'auteur est : Architecte - enseignant à l'Ecole polytechnique d'architecture et d'urbanisme d'Alger (EPAU)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.