ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat précaire : En constante évolution
Publié dans El Watan le 20 - 01 - 2008

La situation de l'habitat précaire représente un véritable casse-tête pour les autorités de la ville. Plus de 20 000 baraques, formant plusieurs bidonvilles, avaient été recensées.
Malgré les nombreuses réalisations de logements, sous différents statuts, ce nombre a baissé, légèrement, en ce début d'année 2008, avec 18 000 habitations précaires, dans lesquelles vivent 145 717 personnes, représentant 18 719 familles. Avec ses 62 265 habitants dans 8 636 baraques, la commune chef-lieu de wilaya reste le plus important site à forte concentration de ce type de population, suivi de la commune d'El Bouni. Dans cette dernière, c'est pratiquement le statu quo en matière de recasement. Pourtant, des milliers de logements, notamment à Sidi Salem, Bouzaroura et Boukhadra, avaient été attribués. Une enquête, réalisée dans la seule cité de Boukhadra, nous a permis de relever que plusieurs logements et même des locaux commerciaux ont fait l'objet de désistement en contrepartie de fortes sommes d'argent. Tout un îlot de logements et de locaux commerciaux a été attribué à des proches parents d'un élu très influent, lors d'un des précédents mandats à l'APC d'El Bouni. C'est cette même situation qui a prévalu dans les attributions des plateformes et lots de terrain, en l'occurrence ceux du site de la crête II. Enfin, les autorités locales comptent énormément sur l'attribution des centaines de logements en construction en face du pôle universitaire pour absorber les bidonvilles et l'habitat précaire. A ce propos, plusieurs jeunes souscripteurs affirment ceci : « Nous avons déposé des dossiers, versé notre apport financier personnel, et attendons depuis plusieurs années l'attribution. Le retard considérable qu'ont connu les chantiers risque de durer davantage ». En effet, une des causes, qui participe à la constante évolution des bidonvilles, est le retard accusé dans les chantiers des logements LSP et sociaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.