«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Misère et déchéance humaine
2550 Sans-domicile fixe assistés par le SAMU social
Publié dans El Watan le 06 - 02 - 2008

Le chiffre des personnes en détresse, que ce service d'aide recueille, augmente en permanence, rappelle le directeur général du SAMU, M. Alilat, non sans faire remarquer avec une pointe d'amertume que la « déchéance humaine est nationale ».
Au cours de l'année 2007, le Samu social de la wilaya a porté aide et assistance à 2550 personnes vivant dans les dédales des rues dans une situation de précarité et de détresse sociale. Un chiffre en croissance par rapport à l'année 2006 qui était de 2460, rappelle le directeur général du Samu social de la wilaya, Mustapha Alilat, qui souligne que 2550 sans-domicile-fixe (SDF) dont 889 femmes et 228 enfants ont été recueillis en 2007 et ce, grâce à quatre équipes mobiles d'intervention qui sillonnent les rues des différentes circonscriptions. Parmi les sans-abris recueillis, les hommes constituent le gros lot des démunis. « Le rituel professionnel des équipes d'intervention se résume dans le travail de proximité, celui du repérage et du discernement des personnes SDF dans certains endroits où elles élisent habituellement domicile, avant de les conduire et faire l'évaluation de leur situation dans notre centre à Dely Ibrahim (…). Une tâche que nous assurons 7 jours sur 7 et H 24 par nos équipes spécialisées, composées de médecins, de psychologues, de sociologues et d'infirmiers », explique le premier responsable du Samu. Les circonscriptions qui ont enregistré le plus grand nombre de personnes en détresse recueillies en 2007 par la structure, sont respectivement Bab El Oued et Alger-Centre, avec respectivement 420 et 414 sans-domicile-fixe. Le nombre de personnes dans le besoin que le Samu recueille augmente en permanence, rappelle M. Alilat, non sans faire remarquer avec une pointe d'amertume que la « déchéance humaine est nationale ». Aussi, si auparavant, ces personnes « venaient des wilayas limitrophes, nous enregistrons depuis quelques années, de plus en plus de gens originaires des régions éloignées », relève le directeur général du Samu, qui met l'accent sur la frange de population fragile, notamment « celle qui présente des signes psychiatriques que nous orientons pour une prise en charge efficiente vers des établissements spécialisés ». Il s'agit, également, des enfants qui, jetés en pâture dans les rues de la capitale, se mêlent à une autre catégorie bien plus dangereuse, celle qui s'adonne à différents vices (drogue, prostitution,...). A notre interrogation pour savoir les motifs principaux qui incitent ces personnes à quitter leur domicile, M. Alilat met en avant la somme de plusieurs facteurs à l'origine de la fracture familiale et de la contrainte sociale. Les femmes et les filles fuguent de leurs régions, à cause généralement de la violence physique qu'elles subissent par leur entourage et de la désertion de leurs conjoints ou parents qui, le plus souvent refusent de les prendre en charge, soit par irresponsabilité, soit suite à une question « d'honneur ». Quant à la gent masculine, elle vient de l'intérieur du pays en quête de cieux plus cléments. « Les hommes rejoignent, en effet, les grandes villes à cause de la dèche sociale de leur localité », dit-il. Ils cherchent à dégoter un job au risque de dormir dans le froid sous les arcades des rues de la capitale ou dans un quelconque taudis. « Du 12 au 19 janvier dernier, nous avons mis en branle la caravane humaine pour recueillir plus de 140 personnes », indique-t-il. « Les équipes du Samu se retrouvent parfois devant des cas de conscience. Il s'agit de ces familles en détresse jetées carrément à la rue, que nous soulageons (…) ». « Nous leur venons en aide, certes, pendant un, deux, voire trois mois ou plus, notamment lorsque la météo se gâte, mais est-il de notre prérogative de les maintenir dans le centre indéfiniment ou leur attribuer un logement ? », s'interroge notre interlocuteur. En revanche, nombre de SDF refusent, dira M. Alilat, d'être conduits au centre pour une première évaluation de leur état, avant leur placement dans un centre qui répond à leur profil. Ils préfèrent tirer leur pitance du statut que leur « offre » la rue… Quant à ceux qui fuguent, après avoir intégré le centre, ils représentent 5%, selon le responsable. Pour l'année 2007, 146 femmes seulement ont pu être réinsérées dans leurs familles, 21 filles dans le cadre de la réinsertion sociale (accompagnement alimentaire et couverture médicale) et 18 dans un centre spécialisé (social, médical). Quant à l'équipement, le Samu bénéficie d'un budget de fonctionnement de l'ordre de 56 millions de dinars en sus d'une aide financière de 25 millions de dinars pour l'octroi d'un équipement adéquat, dont l'acquisition de véhicules appropriés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.