L'Algérie rejette toute ingérence étrangère et encourage les Libyens à régler pacifiquement leur crise    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Des ex-militaires manifestent de nouveau à Oran    Plainte contre un "baltagui"    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le Président de la République reçoit les lettres de créances de trois ambassadeurs    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Une édition en demi-teinte    Les commissions de daïra sur le terrain    El-Milia : le projet de l'école métallurgique tombe dans l'oubli    «Les sièges des partis sont ouverts aux citoyens»    Le PAD attend la réponse de l'administration    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Les révélations du chef de l'Etat    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Les Canaris à pied d'œuvre à Kinshasa    Le Chabab et le CS Sfax se neutralisent en amical    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Le CR Belouizdad en tête des formations algériennes    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Sensibilisation à la formation professionnelle    Lâcher de 40 perdrix    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    ACTUCULT    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    "La laïcité n'éradique pas la religion mais permet le vivre-ensemble"    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Tébessa: découverte d'une nouvelle mosaïque à Negrine    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Filmer pour mieux s'exprimer »
Lamine Ammar-Khodja. Documentariste
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2008

On dit que les jeunes n'ont plus d'ambition. Lamine Ammar- Khodja nous prouve le contraire. A tout juste 25 ans, il touche son rêve du bout du doigt. Ce jeune homme, actuellement enseignant en électronique, a décidé de réaliser son premier documentaire.
Enseignant de formation, qu'est-ce qui vous amené à la réalisation ?
J'ai toujours eu envie de devenir réalisateur mais il faut bien s'assurer une stabilité financière. Aujourd'hui, l'image a pris le pas sur l'écriture, elle parle beaucoup plus aux gens. Des réalisateurs comme Agnès Varda ou Henri François Imbert travaillent dans ce sens. En France, j'ai bénéficié d'une petite formation au Caméra Club d'Orsay mais le vrai déclic s'est produit sur le tournage d'un court métrage de Juan Pablo Barragan. C'était la première fois que je voyais un documentaire prendre forme, tout est devenu concret alors je me suis dis pourquoi pas moi !
Quel sera le sujet de votre premier film ? Comment allez-vous le financer ?
Je souhaite réaliser le portrait de l'écrivain algérien Aziz Chouaki dans un format 52 minutes. C'est un Algérois typique, il a grandi à Belfort et ses textes sont souvent axés sur la jeunesse, l'autre sujet prépondérant de mon film. Ce qui est frappant dans son écriture, c'est qu'il a réussi à s'approprier le kabyle, le français et l'arabe de la rue pour en faire son propre langage. Concernant le financement, je m'auto-produis en grande partie. J'ai cependant obtenu une petite subvention du Centre d'information et de documentation de Paris qui me permettra peut-être d'utiliser des archives de l'INA.
Comment imaginez-vous l'avenir après ce premier film ?
Je verrais comment il est reçu par le public, le Centre Culturel Algérien de Paris m'a promis une diffusion après il y aura les festivals…Ce sera également l'occasion d'avoir un avis critique, de comprendre ce qui ne va pas et qui peut être amélioré. Sinon, j'ai un autre projet qui concerne l'équipe de football d'Algérie de 1982. Pour les jeunes algériens le foot est une drogue et voir les résultats pitoyables de l'équipe actuelle est un drame pour eux. Un documentaire sur cette génération de footballeurs exceptionnels peut leur redonner de l'espoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.