Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Folio : Khalfa Boualem parmi les siens
Publié dans El Watan le 28 - 04 - 2008

Après 24 ans, je viens de revoir Khalfa Boualem avec plaisir. L'homme a vieilli (85 ans) mais il est toujours le même, le militant que j'ai connu dans les années quatre-vingt.Il croit toujours en ses principes.
Pour lui, le socialisme n'est pas mort, les peuples du « Tiers-monde » ont besoin de cet élan révolutionnaire pour se régénérer, le colonialisme est toujours à l'affût et… le terrorisme est un piège tendu aux musulmans qui n'ont pas compris… la modernité. Et le pays, l'Algérie blessée ? Il me renvoie à son poème :
« Ah ! mon cœur mon frère
Se laisser tomber sur un banc du parc laisser son corps se gorger de soleil
Et sa mémoire de sourires d'enfants
De murmures d'amoureux
Du concert feutré des mésanges
Plus heureuses que moi de ce printemps précoce
Et rester là une heure, deux heures Détendu rêveur
Sans penser que ce gardien débonnaire
Ou ce promeneur aux gestes trop lents
Peut être
Pourrait être
Semble être… »
« Va droit, tout droit. »
Ce poème, Khalfa Boualem l'a écrit pendant la période coloniale, l'a « peaufiné » durant les « années dures » de clandestinité (1960-1970) et chose étrange, dans cette Algérie malheureuse, le trouve toujours valable, car… le terrorisme islamiste a remplacé et le colonialisme et le FLN de Boumediène ! Il y a quelques années, Khalfa Boualem et ses amis progressistes ont créé le Parti algérien pour la démocratie et le socialisme (PADS). La « dislocation » de l'ex-Parti de l'avant-garde socialiste (PAGS) les a touchés en plein cœur, eux qui ont passé les meilleurs années de leur jeunesse dans la clandestinité ou... la prison ! Khalfa Boualem écrit toujours des poèmes… de beaux poèmes pour cette Algérie éternelle. Il les dédicace chaque jour de sa main tremblante, avec un stylo rouge : « A toi mon ange rouge habillé de mon sang. »
Rectificatif :
Une mauvaise manipulation nous a fait glisser des poèmes de K. Boualem dans l'article « Folio » du 10 mars 2008. Toutes nos excuses au grand poète Si Boualem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.