La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ben Mohamed (Poète et parolier) : Le retour du sage
Publié dans El Watan le 04 - 05 - 2008

Vivant en France depuis plusieurs années, Ben Mohamed était l'invité du forum Parole aux artistes, organisé à la maison de la culture de Tizi Ouzou. Il a écrit les paroles de Avava inouva et de plusieurs autres chansons qui ont offert à Idir une notoriété internationale.
Il en a fait de même pour Nouara, Matoub Lounès, Takfarinas, Djamel Allam, Medjahed Hamid, Amar Sersour, Taous. Lui, c'est le poète Ben Mohamed, un des meilleurs ciseleurs de mots en langue berbère. Jeudi dernier, il était l'invité de la rencontre Parole aux artistes, animée par Slimane Belharet à la maison de la culture Mouloud Mammeri. Pendant trois heures, il s'est confié à cœur ouvert face au nombreux public venu l'écouter. « La poésie c'est l'enrichissement du mot. Le poète s'engage à être vrai », ainsi résume ce comptable de profession son monde. « En comptabilité, on ne peut pas mettre un chiffre à la place d'un autre. En poésie aussi, chaque mot a sa place », commente Ben Mohamed. Alternant témoignages sur son parcours artistique et son passage à la radio (Chaîne II) comme animateur (Anecdotes et poésie), l'invité du jour a épaté l'assistance en déclamant Ayema (ô mère !), l'épique poème écrit dans les années 1970. Dans un autre passage Adruhagh (je m'en vais), il explique les raisons qui l'ont poussé à l'exil. « Je m'en vais changer de pays à la recherche de la lumière / Je m'en vais fuir la mort en quête de temps nouveaux / J'irai plus loin que les nues où les femmes ont droit de rire / Je m'en vais vous laisser mon pays où désormais aimer est pêché / Je m'en vais laisser le printemps, où les fleurs sont atrophiées / Je m'en vais laisser le coutelas qui dans l'obscurité nous égorge (...) Je m'en vais vous laisser le pays qui exile ses propres enfants / Je m'en vais vous laisser l'outre qui en amplifie les bruits / Je m'en vais vous laisser le pays qui écarte les savants / Je m'en vais vous laisser la vermine voici que lui poussent des cornes / Je m'en vais laisser la porte qui se claque au nez des gens.(...) Je vous ai laissé le pays où les frères sont des ennemis. » Ben Mohamed a composé des dizaines de poèmes mais pas de recueil de ses textes dans les librairies. Quelques-uns de ses poèmes sont parus en 1992 dans la revue de l'université de Paris 13 Itinéraires et contacts des cultures, numéro spécial littératures et oralité au Maghreb. Des projets ? « Ramdane Achab a traduit mes poèmes en français. Je compte les éditer sous forme de recueil. Pas pour faire du commerce. J'écris ce que je ressens. La poésie n'est pas mon gagne-pain ». Ben Mohamed s'est initié par ailleurs au 4e art en traduisant en kabyle Babor ghraq, le chef- d'œuvre théâtral de l'écrivain dramaturge Slimane Benaïssa. « Nous avons enregistré un CD en trois versions arabe, kabyle et française. Je ne sais pas pourquoi le produit n'est pas sorti sur le marché », a indiqué Ben Mohamed.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.