La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ben Mohamed (Poète et parolier) : Le retour du sage
Publié dans El Watan le 04 - 05 - 2008

Vivant en France depuis plusieurs années, Ben Mohamed était l'invité du forum Parole aux artistes, organisé à la maison de la culture de Tizi Ouzou. Il a écrit les paroles de Avava inouva et de plusieurs autres chansons qui ont offert à Idir une notoriété internationale.
Il en a fait de même pour Nouara, Matoub Lounès, Takfarinas, Djamel Allam, Medjahed Hamid, Amar Sersour, Taous. Lui, c'est le poète Ben Mohamed, un des meilleurs ciseleurs de mots en langue berbère. Jeudi dernier, il était l'invité de la rencontre Parole aux artistes, animée par Slimane Belharet à la maison de la culture Mouloud Mammeri. Pendant trois heures, il s'est confié à cœur ouvert face au nombreux public venu l'écouter. « La poésie c'est l'enrichissement du mot. Le poète s'engage à être vrai », ainsi résume ce comptable de profession son monde. « En comptabilité, on ne peut pas mettre un chiffre à la place d'un autre. En poésie aussi, chaque mot a sa place », commente Ben Mohamed. Alternant témoignages sur son parcours artistique et son passage à la radio (Chaîne II) comme animateur (Anecdotes et poésie), l'invité du jour a épaté l'assistance en déclamant Ayema (ô mère !), l'épique poème écrit dans les années 1970. Dans un autre passage Adruhagh (je m'en vais), il explique les raisons qui l'ont poussé à l'exil. « Je m'en vais changer de pays à la recherche de la lumière / Je m'en vais fuir la mort en quête de temps nouveaux / J'irai plus loin que les nues où les femmes ont droit de rire / Je m'en vais vous laisser mon pays où désormais aimer est pêché / Je m'en vais laisser le printemps, où les fleurs sont atrophiées / Je m'en vais laisser le coutelas qui dans l'obscurité nous égorge (...) Je m'en vais vous laisser le pays qui exile ses propres enfants / Je m'en vais vous laisser l'outre qui en amplifie les bruits / Je m'en vais vous laisser le pays qui écarte les savants / Je m'en vais vous laisser la vermine voici que lui poussent des cornes / Je m'en vais laisser la porte qui se claque au nez des gens.(...) Je vous ai laissé le pays où les frères sont des ennemis. » Ben Mohamed a composé des dizaines de poèmes mais pas de recueil de ses textes dans les librairies. Quelques-uns de ses poèmes sont parus en 1992 dans la revue de l'université de Paris 13 Itinéraires et contacts des cultures, numéro spécial littératures et oralité au Maghreb. Des projets ? « Ramdane Achab a traduit mes poèmes en français. Je compte les éditer sous forme de recueil. Pas pour faire du commerce. J'écris ce que je ressens. La poésie n'est pas mon gagne-pain ». Ben Mohamed s'est initié par ailleurs au 4e art en traduisant en kabyle Babor ghraq, le chef- d'œuvre théâtral de l'écrivain dramaturge Slimane Benaïssa. « Nous avons enregistré un CD en trois versions arabe, kabyle et française. Je ne sais pas pourquoi le produit n'est pas sorti sur le marché », a indiqué Ben Mohamed.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.