Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Glissements de terrain à Tizi Ouzou : Trois bureaux d'études à pied d'œuvre
Publié dans El Watan le 06 - 07 - 2008

Un groupement de bureaux d'études devant diagnostiquer la nature du mouvement des glissements de terrains qui est en train de survenir à Aïn El Hammam et Tigzirt a été installé, mardi 17 juin, par le wali de Tizi Ouzou, lors d'une réunion autour du thème, au secrétariat général de la wilaya.
L'équipe renferme les compétences de trois sociétés, dont deux sociétés françaises (ANTEA, TTI Environnement) et un bureau algérien (Hydrau-Environnement), dirigée par le géophysicien, Azzedine Boudiaf, également chercheur associé au CRAAG. Les glissements de terrain menacent la population locale, eu égard au relief montagneux de la région. Pour l'heure, les experts ont effectué un déplacement de reconnaissance sur le terrain. Les premiers constats sont inquiétants. Dans une première estimation, la vitesse du mouvement de la superficie vulnérable à Aïn El Hammam est évaluée à 3 cm/5 ans, soit un détachement lent du sol. La superficie d'étude s'étale sur 180 ha. Selon M. Boudiaf, expert en géorisque, ce qui accentuerait ce glissement est « l'éclatement répétitif du réseau d'eau potable et surtout, celui des eaux usées qui contiennent des produits détergents rendent l'action de l'eau plus agressive ». Par ailleurs, des citoyens de la ville de Aïn El Hammam nous avaient saisis, il y a quelques mois, pour dire que « les travaux de réfection du réseau d'eau potable de la ville, qui consiste à remplacer les vieilles conduites de fonte par le polyéthylène (PE) ne répond à aucune norme d'utilisation du nouveau matériau ».
Les citoyens témoignent qu' « il n' y a pas un jour où des fuites d'eau ne sont pas signalées à travers la ville, sur un réseau qui vient, pourtant, juste d'être réceptionné et mis en service ». Décidément, il n'y a pas que le poids des bâtisses, le dysfonctionnement du réseau d'assainissement et les vibrations sur le sol sont à l'origine du glissement de terrain au niveau de la zone nord-ouest et une partie du centre-ville de Aïn El Hammam. Il s'agit pour un habitant « d'une méconnaissance de l'usage de ce matériau (PE). Tout d'abord, les conduites ont été torturées par les piétonniers et les véhicules avant leur pose, leur causant des ovalisations et des éraflures. Ensuite, lors de la pose, la profondeur réglementaire, qui est de 80 cm au minimum, n'a pas été respectée, y compris le protocole de fusion des tubes. De plus, aucun lit de sable n'a été effectué avant l'ensevelissement des conduites. » À Tigzirt, le terrain instable s'étale sur une superficie de 160 ha au quartier les 12 Bungalows à une encablure de la grande plage. Dans cette zone, les spécialistes signalent le dénudement de certaines bâtisses. Les solutions, préconisées pour chaque cas, seront déterminées par l'étude. Elles consistent généralement à la mise en œuvre de techniques de stabilisation, notamment le reboisement, le gabionnage et le drainage des eaux. A noter que 22 sites urbanisés sont plus qu'exposés à ce phénomène. A titre d'exemple, l'on cite les berges du barrage de Taksebt, Boujdima qui connaîssent d'importants éboulements de roches et une partie de Boukhalfa. D'ailleurs, la wilaya avait introduit une fiche technique auprès du ministère de l'Environnement afin d'entamer une étude de vulnérabilité globale pour l'ensemble du territoire de la wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.