TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel à la mobilisation des forces politiques pour "la bataille de la révision de la Constitution"
Publié dans Ennahar le 12 - 01 - 2013


Le secrétaire général du parti du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes, a appelé vendredi à Tipasa les forces politiques démocratiques, nationales et républicaines à "se mobiliser pour mener la bataille de la révision de la Constitution".Présidant les travaux de la session ordinaire du Conseil national (CN) du MPA, M. Benyounes a indiqué que sa formation politique reposait sur "quatre principes fondamentaux", à savoir "la préservation des dimensions républicaine et démocratique de l'Etat, la préférence du régime semi-présidentiel et l'octroi davantage de prérogatives à l'appareil exécutif et davantage de contrôle au Parlement".La société algérienne "est convaincue" que "l'islam est la religion de l'Etat, loin de tout parti pris, extrémisme ou utilisation des symboles de l'identité nationale dans le domaine politique", a-t-il dit.Le bicaméralisme, en maintenant le Conseil de la nation et le tiers présidentiel, "est un impératif stratégique pour garantir la pérennité de l'action des institutions de l'Etat", a-t-il estimé, renouvelant son rejet de l'idée d'une "assemblée constituante".M. Benyounes a également plaidé pour "la consécration de toutes les libertés et la garantie de leur exercice dans la nouvelle Constitution", tout en affirmant avoir soumis dernièrement toutes ces propositions au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans le cadre des rencontres de consultations organisées par le gouvernement avec la classe politique à ce sujet.Lors de cette session, les cadres et les militants du MPA devront examiner les performances du parti depuis sa création (moins d'une année) notamment sa participation aux élections législatives et locales, outre l'examen de la situation socio-économique du pays, dans le cadre de l'action du nouveau gouvernement.M. Benyounes s'est dit "fier" des réalisations de son parti qui est devenu, selon lui, "la troisième force politique" du pays avec 1597 élus.Il a longuement évoqué les évènements survenus dans certains pays arabes, soulignant leurs effets "négatifs" sur ces pays notamment "l'émergence de courants extrémistes et sectaires". Il a aussi plaidé pour "l'exception algérienne", car, a-t-il dit, l'Algérie a déjà payé un "lourd tribut pour le retour de la paix et de la sécurité".Lors d'une conférence de presse animée en marge de la tenue des travaux du CN du MPA, son secrétaire général a déclaré qu'"il est normal que son parti soutienne Abdelaziz Bouteflika, s'il se présentait pour un autre mandat présidentiel, étant l'homme du consensus national"."La position du mouvement est claire à ce sujet et nous soutiendrons le président Bouteflika s'il exprimait le désir de se représenter", a affirmé M. Benyounes, estimant qu'"il est l'homme du consensus national et l'artisan de la réconciliation nationale. Il a joué un rôle important dans le retour de l'Algérie sur la scène internationale", a-t-il souligné.Il a écarté, dans le cas où le président Bouteflika ne se représenterait pas pour un autre mandat, "l'idée que son parti présente un candidat pour l'élection présidentielle de 2014, car son mouvement est en phase de construction", affirmant qu'il "soutiendra un candidat du courant national démocratique"."La limitation des mandats présidentiels dans la nouvelle Constitution ne constituerait pas nécessairement un critère pour une véritable démocratie", car ce qui "est primordial est la transparence et l'intégrité de l'opération électorale", a-t-il estimé.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.