«La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    «Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    Sept victimes dont quatre morts en 24 heures    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Les gilets jaunes voient rouge    Boca débouté    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: ouverture Journées cinématographiques de Carthage
Publié dans Ennahar le 23 - 10 - 2010

TUNIS, 23 oct 2010 - Les Journées cinématographiques de Carthage (JCC), doyen des festivals de cinéma du Sud, débutent samedi à Tunis présentant en compétition vingt-quatre longs et courts métrages en provenance de onze pays arabes et africains. "Les JCC sont un festival d'aujourd'hui bien que proche du demi-siècle d'existence (...) et sont appelées à réfléchir à l'avenir", souligne Dorra Bouchoucha, directrice de la 23e édition.
Pour être en phase avec son temps, le festival a ajouté deux nouvelles sections aux traditionnelles séries : le documentaire, "parce que le cinéma est de plus en plus ancré dans le réel" et le court métrage local, en "écho à la vitalité de la production", explique-t-elle.
Onze documentaires sont en lice pour la distinction suprême du festival, le Tanit d'Or, du nom d'une déesse carthaginoise. "La guerre secrète du FLN en France" de Malek Bensmail, figurera parmi cette sélection qui compte des films produits en Afrique du sud, au Cameroun, en Egypte, au Liban et au Mali.
Le festival, qui se poursuivra jusqu'au 31 octobre, a programmé pour son ouverture samedi soir "L'homme qui crie" de Mahmat Saleh Haroun (Tchad), prix spécial du jury au Festival de Cannes 2010.
Il propose en outre treize longs métrages et onze courts métrages, dont les plus attendus sont "State of Violence" du Sud-Africain Khalo Matabenee, "Once again" de Joud Saïd (Syrie) et "Message from the sea" de Daoud Abdel Sayed (Egypte) ou "Voyage à Alger" d'Abdelkrim Bahloul.
Trois longs métrages tunisiens sont dans la course aux Tanits: "Les palmiers blessés", d'Abdelatif Ben Ammar, "Chronique d'une agonie" d'Aïda Ben Aleya et "Fin Décembre" de Moez Kamoun. Un quatrième "Chakwak film halal", une comédie sur le salafisme et les jeunes, a été privé de compétition et son jeune réalisateur Nasreddine Shili a dénoncé une censure.
Pour cette catégorie, le jury sera présidé par le réalisateur haïtien Raoul Peck et comprendra Diane Baratier (France), Joseph Gaye Ramaka (Sénégal), Anouar Brahem (Tunisie), Atiq Rahimi (Afghanistan), ainsi que les actrices Elham Shahine (Egypte) et Soulef Fawakherji (Syrie).
Une autre nouveauté consiste à faire concourir de jeunes réalisateurs locaux dans le cadre d'une "compétition nationale de courts métrages" avec douze nouveaux films.
Deux prix nouvellement créés seront décernés le premier par l'Organisation de la femme arabe (OFA), une instance regroupant les Premières dames arabes actuellement présidée par Leila Ben Ali, épouse du chef de l'Etat tunisien.
Le second récompensera un jeune cinéaste à l'initiative de l'Ambassade de France, qui organisera en marge du festival, les "Premières journées audiovisuelles" du 25 au 27 octobre.
Cette manifestation, qui vise à promouvoir la circulation des programmes entre le nord et le sud de la Méditerranée ainsi que la coproduction et la formation, sera marquée par la projection en avant-première du film de Nicole Garcia "Un balcon sur la mer", en présence de l'auteur et du ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand.
Les JCC donneront également lieu à de nombreux hommages, dont un à titre posthume au cinéaste malien Sotigui Kouyaté "fils de l'Afrique et citoyen du monde" disparu cette année.
Le festival, qui se tient régulièrement tous les deux ans depuis 1966, verra au total cette année la projection de 200 films.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.