Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Promotion - «Des hommes» de Laurent auvignier : Ni juge, ni démagogue
Publié dans Horizons le 14 - 06 - 2010

• «Des hommes» Laurent Mauvignier, Editions Barzakh, 232 pages, prix public : 600DA. «Des hommes», tel est le titre du septième roman de Laurent Mauvignier, récemment réédité par les éditions Barzakh. Ce livre de 232 pages s'appuie sur des textes qui relatent la vie de Bernard et Rabut. Deux personnages qui ont dû retourner en France après l'indépendance de l'Algérie. Ils ont accepté leur sort. Pourtant, les souvenirs sont évidents. L'auteur offre une lecture originale d'un pan de l'histoire de l'Algérie. Une ville souvent glorifiée par les poètes et redoutée par ses ennemis.
Dans le format poche, cette publication se veut pratique, sans aucune contrainte technique d'autant qu'elle regorge de détails verbeux parfois même «croustillants». Cet ouvrage mêle dans une forme originale, la vision globale d'une guerre contée par un romancier hors pair. Un rappel historique et tragique. L'épilogue de ce roman est marqué par des phrases courtes succinctes et nostalgiques à l'instar de «Je voudrais voir s'il y a des fermes avec des cours carrées et presque blanches et s'il y a des enfants qui jouent au ballon pieds nus. Je voudrais voir si l'Algérie existe et si moi aussi je n'ai pas laissé autre chose que ma jeunesse, là bas. Je voudrais…commencer à vivre quand on sait que c'est trop tard».
Laurent Mauvignier exprime ici ses états d'âme actuels, sa révolte face à un monde en perdition et ses illusions perdues. Devant ce passé pourtant présent, l'auteur témoigne d'une manière poignante de l'indicible drame d'une guerre. Cet ouvrage n'est pas écrit dans un langage où l'auteur met en scène les bons et les moins bons mais il s'agit ici de mettre en évidence la situation des individus, des hommes comme l'indique si bien le titre du roman. C'est en fait une histoire qui touche les sensibilités les plus austères pour montrer l'intensité de la tragédie vécue dans une guerre.
L'objectif, à travers cet écrit est de mettre en scène la guerre, sa violence, ses stigmates,…la tragédie collective qu'elle représente où Laurent Mauvignier a su exploiter sa « matière » dans un souci de simplifier la lecture et la compréhension des textes. Il faut admettre que cet ouvrage nous permet de voyager à travers le temps et nous aide à voir l'histoire autrement. De même, le lecteur se délectera probablement du talent et de la technique savamment utilisés par le romancier Laurent Mauvignier. Bien que le sujet traité ne soit pas un thème nouveau dans la littérature, le roman de Laurent Mauvignier apporte un regard sur les misères et la mal vie des êtres humains dans une vie de guerre.
Et comme dirait un illustre historien, «Il est nécessaire de retrouver ses repères pour mieux avancer dans la vie». Laurent Mauvignier est né en 1967. Il a reçu de nombreux prix, notamment le prix du roman FNAC 2006 «Dans la foule». L'auteur a acquis sa notoriété pour son immense savoir. Il est un modèle d'une personnalité qui a reçu une excellente formation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.