Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Promotion - «Des hommes» de Laurent auvignier : Ni juge, ni démagogue
Publié dans Horizons le 14 - 06 - 2010

• «Des hommes» Laurent Mauvignier, Editions Barzakh, 232 pages, prix public : 600DA. «Des hommes», tel est le titre du septième roman de Laurent Mauvignier, récemment réédité par les éditions Barzakh. Ce livre de 232 pages s'appuie sur des textes qui relatent la vie de Bernard et Rabut. Deux personnages qui ont dû retourner en France après l'indépendance de l'Algérie. Ils ont accepté leur sort. Pourtant, les souvenirs sont évidents. L'auteur offre une lecture originale d'un pan de l'histoire de l'Algérie. Une ville souvent glorifiée par les poètes et redoutée par ses ennemis.
Dans le format poche, cette publication se veut pratique, sans aucune contrainte technique d'autant qu'elle regorge de détails verbeux parfois même «croustillants». Cet ouvrage mêle dans une forme originale, la vision globale d'une guerre contée par un romancier hors pair. Un rappel historique et tragique. L'épilogue de ce roman est marqué par des phrases courtes succinctes et nostalgiques à l'instar de «Je voudrais voir s'il y a des fermes avec des cours carrées et presque blanches et s'il y a des enfants qui jouent au ballon pieds nus. Je voudrais voir si l'Algérie existe et si moi aussi je n'ai pas laissé autre chose que ma jeunesse, là bas. Je voudrais…commencer à vivre quand on sait que c'est trop tard».
Laurent Mauvignier exprime ici ses états d'âme actuels, sa révolte face à un monde en perdition et ses illusions perdues. Devant ce passé pourtant présent, l'auteur témoigne d'une manière poignante de l'indicible drame d'une guerre. Cet ouvrage n'est pas écrit dans un langage où l'auteur met en scène les bons et les moins bons mais il s'agit ici de mettre en évidence la situation des individus, des hommes comme l'indique si bien le titre du roman. C'est en fait une histoire qui touche les sensibilités les plus austères pour montrer l'intensité de la tragédie vécue dans une guerre.
L'objectif, à travers cet écrit est de mettre en scène la guerre, sa violence, ses stigmates,…la tragédie collective qu'elle représente où Laurent Mauvignier a su exploiter sa « matière » dans un souci de simplifier la lecture et la compréhension des textes. Il faut admettre que cet ouvrage nous permet de voyager à travers le temps et nous aide à voir l'histoire autrement. De même, le lecteur se délectera probablement du talent et de la technique savamment utilisés par le romancier Laurent Mauvignier. Bien que le sujet traité ne soit pas un thème nouveau dans la littérature, le roman de Laurent Mauvignier apporte un regard sur les misères et la mal vie des êtres humains dans une vie de guerre.
Et comme dirait un illustre historien, «Il est nécessaire de retrouver ses repères pour mieux avancer dans la vie». Laurent Mauvignier est né en 1967. Il a reçu de nombreux prix, notamment le prix du roman FNAC 2006 «Dans la foule». L'auteur a acquis sa notoriété pour son immense savoir. Il est un modèle d'une personnalité qui a reçu une excellente formation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.