Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dispositif de surveillance opérationnel aujourd'hui
Saison estivale à Tipasa
Publié dans Horizons le 31 - 05 - 2013


Sur les 55 sites répertoriés, 12 sont interdits à la baignade. « Notre dispositif de surveillance des plages autorisées à la baignade sera opérationnel dès l'entame officielle de la saison estivale qui coïncide chaque année avec le 1er juin », confie le lieutenant Michalikh, chargé de la communication à la direction de la Protection civile de la wilaya de Tipasa. Pour veiller sur les estivants qui affluent par centaines de milliers chaque été à Tipasa, la Protection civile a mis en place un réseau de surveillance à travers tous les sites de baignade. « Le nombre de postes de secours opérationnels sur les plages est de 45, dont 40 en dur et le reste sous tente. On a aussi mobilisé, comme à chaque fois, d'importants moyens matériels », affirme le même interlocuteur. En effet, pour les interventions rapides en cas de noyade, les surveillants des plages ont à leur disposition 15 embarcations pneumatiques, 9 semi-rigides et deux autres à fond plat. Soit en tout 26 embarcations. « Les postes de secours sont aussi équipés de bouées de sauvetage, boîtes à pharmacie, palmes, masques tubas, ainsi que des valises de réanimation et ce, pour assurer les premiers secours aux noyés et soigner sur place les blessés. En cas d'urgence, l'évacuations vers les structures de santé s'effectuera dans les délais les plus optimaux », rassure-t-il. En termes de moyens humains, la Protection civile de la wilaya de Tipasa a recruté, pour le mois de juin, 300 surveillants de plage qui ont tous effectué des tests d'aptitude et suivi un stage de formation en secourisme, sauvetage et plongée. « Pour le mois de juillet, août et septembre, nous avons prévu respectivement, un effectif de saisonniers de 336, 263 et enfin 225. A ces derniers s'ajoutent des saisonniers pris en charge par les gérants de camps de toile et des complexes touristiques de la wilaya », remarque-t-il. Pour ce qui est des surveillants de plage professionnels, issus des rangs de la Protection civile, le lieutenant Michalikh les estime à 60. « Nos maîtres-nageurs encadreront les surveillants de plages saisonniers et chapeauteront les opérations de sauvetage. Ces derniers seront également appuyés par une équipe de plongeurs de 24 éléments prêts à intervenir en cas de nécessité », dévoile l'officier en question. La Protection civile a intégré six médecins dans le dispositif de cet été. « Huit contrôleurs auront pour mission de veiller à la bonne organisation du dispositif à travers les 43 sites de baignade », informe-t-il. L'année dernière, la Protection civile a recensé près de 9,6 millions d'estivants ayant fréquenté les plages de Tipasa. « Je lance un appel à tous les estivants pour qu'ils évitent les plages interdites à la baignade et de suivre à la lettre les consignes de sécurité. La Protection civile est à leur service et veille sur eux pour qu'ils passent d'agréables séjours à Tipasa », conclut le lieutenant Michalikh.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.