L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassiba Abderraouf, grâce et finesse
Elle s'est produite dans les patios du Palais de la culture d'Alger
Publié dans Horizons le 31 - 07 - 2013


Sa voix chaude et envoûtante, sa façon de rendre les textes et de les déclamer, ont non seulement touché toutes les sensibilités mais permis de passer toute l'émotion artistique et le charme que véhicule son art. Belle et simple, cette fille d'Hussein Dey a su nous parler de la nostalgie qui nous renvoie dans un Alger mystérieux et magique nous permettant ainsi de voyager et de nous évader dans cette ancienne ville. Accompagnée par son habituel orchestre, elle a exécuté un tour de chant lyrique, ardent et fort touchant. Elle a alterné des chansons comme "Ahlane oua sahlane", "El madi alakt babou", "Wine m'hamalni" et beaucoup d'autres reprises. A ce sujet justement, elle dira : "A travers les reprises, je rends un hommage et j'honore les grands chanteurs, et cela doit faire plaisir à l'auteur de la chanson. Pour ma part, j'ai repris quelques titres de la défunte Fadéla Dziria. Pour moi, elle est une grande cantatrice qui a su porter très haut le patrimoine algérien, notamment la musique hawzi et l'algérois. J'ai toujours été fascinée par son chant qui m'a accompagnée durant mon enfance et mon adolescence. Tout ce qui m'importe, c'est de restituer le nom de cette illustre chanteuse. Car tous ceux qui me connaissent, disent que j'ai la voix pour cela, et que je dois continuer sur cette lancée". Dans son élégant tailleur, et souvent dans une posture qui lui est familière, la tête dans les étoiles, elle a murmuré l'amour et elle a fait l'éloge de ce sentiment noble. Elle a réussi à faire corps avec ses textes et sa musique, modulés dans une rare subtilité. Hassiba Abderraouf qui donne une grande importance aux principes, est mère de quatre enfants, l'aîné Abderraouf a 23 ans auquel d'ailleurs elle a emprunté le prénom pour en faire son nom d'artiste, Amina a 19 ans, Feriel 13 ans et Mahdi 15. Côté nouveautés, Hassiba Abderraouf prépare la sortie de son nouvel album. Dans ce produit, elle reprend des tubes en tamazight, notamment le répertoire de Na Cherifa, composé des chansons dans le style algérois, on y trouve aussi de la rumba avec une reprise du défunt El Hachemi Guerrouabi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.