De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nucléaire iranien : Le Golfe ne croit plus en Washington
Publié dans Horizons le 06 - 12 - 2010


Les pays du Golfe qui redoutent l'influence de l'Iran, leur voisin chiite, dans la région, ont des doutes sur la capacité des Etats-Unis d'assurer la confidentialité de leurs contacts après les «consternantes» révélations de WikiLeaks qui ont montré l'ampleur de leurs craintes. Selon un «câble», le roi Abdallah d'Arabie saoudite a demandé à Washington de «couper la tête du serpent» pour détruire le programme nucléaire iranien. Selon un autre, le roi Hamad ben Issa al-Khalifa de Bahreïn estime qu'il est moins risqué d'intervenir militairement en Iran que de laisser ce pays poursuivre son programme nucléaire. Les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe qui ont toujours cru en les éloges américains sur leur coopération dans la lutte contre le terrorisme, ont exprimé pour la première fois ouvertement leur «frustration d'être tenus à l'écart des négociations sur le programme nucléaire iranien» avec les «Six». «Pourquoi le Golfe n'a aucun rôle dans le dialogue avec l'Iran ? Et pourquoi l'Occident et les 5+1 pensent que le dossier du nucléaire les concerne exclusivement?», s'interroge cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, le ministre émirati des Affaires étrangères en marge d'un sommet d'Abou Dhabi. Toute solution doit venir de la région (...) et le Conseil de coopération du Golfe doit avoir un rôle dans ce dialogue», dit-il en marge du forum sur la sécurité régionale qui a terminé ses travaux dimanche à Manama. Il craint comme l'ensemble de ses homologues du Golfe qu'un éventuel accord avec Téhéran qui contrôle désormais la totalité du cycle de production de combustible nucléaire, se fasse à leur détriment. Selon l'ancien patron des renseignements saoudiens, le prince Turki al-Fayçal, «ce qui intéresse les pays du Golfe c'est qu'ils soient consultés et informés des intentions des Etats-Unis et des autres parties». «Il peut y avoir un accord entre l'Iran et les Etats-Unis et je crains que ce soit sur le dos des pays arabes du Golfe», estime Ibtissam al-Kotbi, professeur de Sciences politiques à l'université des Emirats après le «pas en avant» de Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine au Forum de Manama. Elle a déclaré que les Iraniens «pourront enrichir de l'uranium à une date donnée dans l'avenir, une fois qu'ils auront démontré qu'ils peuvent le faire de manière responsable, en accord avec leurs obligations internationales».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.