Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    Vers le retour des cadres et militants exclus    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    Un plan pour Souk Ahras    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On ne peut savoir si les commerçants appliquent réellement des remises», affirme l'UGCAA
Publié dans Horizons le 14 - 01 - 2009

La décision prise par les pouvoirs publics en juin 2006 (décret exécutif N°06-215), visant à mettre de l'ordre dans les opérations de vente promotionnelle de soldes et de liquidation, ne semble pas avoir changé grand-chose à l'anarchie qui règne dans ce domaine. Alors que les ventes en solde sont autorisées deux fois par an pour une durée continue de six semaines et doivent intervenir durant les saisons hivernale et estivale (du 19 janvier au 29 février) pour l'hiver et (du 21 juillet au 31 août) pour l'été, l'on constate que beaucoup de commerçants ne respectent pas cette réglementation.
Pourtant, M. Lamari, directeur du commerce de la wilaya d'Alger, affirme que "la législation exige des commerçants une autorisation leur permettant d'appliquer des soldes sur la marchandise exposée à la vente, et cela après le dépôt d'une demande déterminant les produits soldés, les anciens et les nouveaux prix à appliquer".
Le commerçant est tenu de déposer la liste et les quantités des biens devant faire l'objet des ventes en solde, l'Etat reprenant les réductions de prix à appliquer ainsi que les prix pratiqués auparavant. Autrement, des procès-verbaux d'infraction à la loi lui seront dressés. Profitant du manque de contrôle, beaucoup de commerçants font ce que bon leur semble. A longueur d'année, ils affichent des pancartes pour annoncer des remises souvent non vérifiables. En Europe, chaque commerçant dispose de deux semaines supplémentaires pour des soldes libres tout au long de l'année.
Ces périodes de soldes libres doivent, toutefois, s'achever au moins un mois avant celles des soldes d'hiver ou d'été. Ces pratiques sont loin d'être applicables en Algérie.
On se contente d'écrire «soldes, 10%, 20%, 50% de réduction», «un article acheté, un deuxième offert» ou encore «prix choc» juste pour attirer la clientèle. Puisque, une fois à l'intérieur des magasins, l'on se rend compte qu'il s'agit d'une annonce généralement trompeuse.
Rares sont les commerçants qui affichent les anciens et les nouveaux prix, c'est-à-dire les prix revus à la baisse. Comment peut-on donc savoir s'il s'agit réellement d'un solde ? Pour Salah Souilah, secrétaire général de l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), «tant que les commerçants ne respectent pas le temps des soldes, on ne pourra pas savoir s'ils appliquent réellement des remises». «La pratique des soldes en Algérie n'est même pas encore au stade de l'initiation», précise un commerçant d'habillement à la rue Larbi Ben M'hidi. Selon lui, «il faut que les remises pour les soldes commencent à partir de 50% du prix du produit et pas au dessous de ce pourcentage, sinon cela s'appelle remise et non solde», explique-t-il.
Certains commerçants profitant de la crédulité et de la méconnaissance des consommateurs de la pratique des soldes ne prennent même pas la peine d'inscrire les nouveaux tarifs à côté des anciens pour montrer la différence entre le prix initial et le prix nouveau. Selon la Direction du commerce de la wilaya d'Alger, le nombre de commerçants autorisés à chaque période de soldes oscille entre 50 et 60 sur les 1600 spécialisés pour la majorité dans la vente des effets vestimentaires.
Djamila C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.