Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Samy Agli, nouveau président du FCE    Le P-DG de Sonelgaz rassure    Redorer le blason de l'UGTA    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Paroles de joueurs    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Deux cadors font leur entrée    Salif Sané forfait contre l'Algérie    Dziri, nouvel entraîneur    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'enfouissement montre ses limites    Alerte à la canicule    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Des apprentis artistes peintres à Dar Abdeltif    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On ne peut savoir si les commerçants appliquent réellement des remises», affirme l'UGCAA
Publié dans Horizons le 14 - 01 - 2009

La décision prise par les pouvoirs publics en juin 2006 (décret exécutif N°06-215), visant à mettre de l'ordre dans les opérations de vente promotionnelle de soldes et de liquidation, ne semble pas avoir changé grand-chose à l'anarchie qui règne dans ce domaine. Alors que les ventes en solde sont autorisées deux fois par an pour une durée continue de six semaines et doivent intervenir durant les saisons hivernale et estivale (du 19 janvier au 29 février) pour l'hiver et (du 21 juillet au 31 août) pour l'été, l'on constate que beaucoup de commerçants ne respectent pas cette réglementation.
Pourtant, M. Lamari, directeur du commerce de la wilaya d'Alger, affirme que "la législation exige des commerçants une autorisation leur permettant d'appliquer des soldes sur la marchandise exposée à la vente, et cela après le dépôt d'une demande déterminant les produits soldés, les anciens et les nouveaux prix à appliquer".
Le commerçant est tenu de déposer la liste et les quantités des biens devant faire l'objet des ventes en solde, l'Etat reprenant les réductions de prix à appliquer ainsi que les prix pratiqués auparavant. Autrement, des procès-verbaux d'infraction à la loi lui seront dressés. Profitant du manque de contrôle, beaucoup de commerçants font ce que bon leur semble. A longueur d'année, ils affichent des pancartes pour annoncer des remises souvent non vérifiables. En Europe, chaque commerçant dispose de deux semaines supplémentaires pour des soldes libres tout au long de l'année.
Ces périodes de soldes libres doivent, toutefois, s'achever au moins un mois avant celles des soldes d'hiver ou d'été. Ces pratiques sont loin d'être applicables en Algérie.
On se contente d'écrire «soldes, 10%, 20%, 50% de réduction», «un article acheté, un deuxième offert» ou encore «prix choc» juste pour attirer la clientèle. Puisque, une fois à l'intérieur des magasins, l'on se rend compte qu'il s'agit d'une annonce généralement trompeuse.
Rares sont les commerçants qui affichent les anciens et les nouveaux prix, c'est-à-dire les prix revus à la baisse. Comment peut-on donc savoir s'il s'agit réellement d'un solde ? Pour Salah Souilah, secrétaire général de l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), «tant que les commerçants ne respectent pas le temps des soldes, on ne pourra pas savoir s'ils appliquent réellement des remises». «La pratique des soldes en Algérie n'est même pas encore au stade de l'initiation», précise un commerçant d'habillement à la rue Larbi Ben M'hidi. Selon lui, «il faut que les remises pour les soldes commencent à partir de 50% du prix du produit et pas au dessous de ce pourcentage, sinon cela s'appelle remise et non solde», explique-t-il.
Certains commerçants profitant de la crédulité et de la méconnaissance des consommateurs de la pratique des soldes ne prennent même pas la peine d'inscrire les nouveaux tarifs à côté des anciens pour montrer la différence entre le prix initial et le prix nouveau. Selon la Direction du commerce de la wilaya d'Alger, le nombre de commerçants autorisés à chaque période de soldes oscille entre 50 et 60 sur les 1600 spécialisés pour la majorité dans la vente des effets vestimentaires.
Djamila C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.