Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une activité livrée à l'anarchie
SOLDES
Publié dans L'Expression le 11 - 01 - 2009

La majorité des commerçants décrètent une période de soldes pour une durée indéterminée, et appliquent les prix qui les arrangent.
Moins 20%, moins 30%, moins 50% et même jusqu'à moins 70%! Depuis le début janvier, les commerçants d'Alger ont «unilatéralement» décrété une période de soldes pour une durée indéterminée. Les raisons sont multiples et la finalité reste unique: «Récupérer la mise, au mieux faire une petite marge bénéficiaire.»
En dépit de l'existence d'une loi régissant cette pratique commerciale, les soldes se font dans une anarchie totale. La majorité des commerçants qui maîtrisent à peine le principe général de cette loi, décrètent une période de soldes pour une durée indéterminée, autrement dit jusqu'à épuisement de la marchandise, et appliquent les prix qui les arrangent. Pas d'affichage conforme. Des prix et des niveaux de remise aléatoires.
En plus, les soldes en Algérie n'ont concerné jusque-là, que le vestimentaire et la chaussure. En revanche, l'électroménager, l'électronique, l'ameublement, l'informatique, les bijoux...sont exclus. En principe, cette activité commerciale est réglementée depuis l'année 2006.
En effet, le gouvernement avait décidé de mettre de l'ordre dans les opérations des activités de vente promotionnelle, de soldes et de liquidations de stocks.
L'ancien chef de gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, avait signé un décret exécutif n°06-215 du 18 juin 2006, régulant ce type d'activité. Le décret stipule que «les ventes en solde ne peuvent porter que sur des biens acquis par l'agent économique depuis trois mois au minimum à compter de la date du début de ces ventes», en soulignant que «les ventes en soldes sont autorisées deux fois par année pour une durée continue de 6 semaines et doivent intervenir durant les saisons hivernale et estivale.» Ces ventes sont réalisées, note-t-on, durant les périodes comprises entre les mois de janvier et février pour la période hivernale et entre les mois de juillet et août pour la période estivale.
Elles sont fixées, soutient-on, au début de chaque année par arrêté du wali sur proposition du directeur du commerce territorialement compétent, après consultation des associations professionnelles et celles de protection des consommateurs.
De ce fait, les commerçants algériens ou étrangers sont tenus de se rapprocher des services du ministère du Commerce pour retirer l'autorisation leur permettant d'appliquer des soldes sur la marchandise exposée à la vente, et cela, après le dépôt d'une demande déterminant les produits qui seront soldés en signalant les anciens et les nouveaux prix. Lors d'une virée à Alger, les gens se bousculent au portillon des commerces dans l'idée de faire des achats intéressants, a-t-on remarqué.
Tout au long de la semaine, c'est littéralement le rush. Les commerçants, pour leur part, entendent à travers les prix réduits pratiqués, liquider au maximum leur ancien stock de marchandises. Des soldes sont ainsi pratiqués sur tous les rayons.
Un large éventail de vêtements et de chaussures allant jusqu'à 50% de remise pour femme, homme et enfant. Dans cet environnement joyeux, les directions du contrôle, de la qualité et des prix (DCP) ne semblent pas, outre mesure, pressées d'appliquer la loi.
Les organisations professionnelles à l'image de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa) saluent la mise en place de normes encadrant les soldes, néanmoins, ils souhaitent «plus de rigueur de la part des services de contrôle», souligne une source proche de cette association.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.