Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    177 décès enregistrés à ce jour    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un plaisir qui tue
Le narguilé dans les cafés
Publié dans Horizons le 06 - 09 - 2016


D'autres cafés, qu'on appelle communément « khaïma », proposent à la une de leur menu toute une gamme de préparations pour « fumer de la chicha ». Une nouvelle tendance qui a su intégrer le quotidien des Algériens. Depuis peu, la consommation du narguilé s'est imposée comme un véritable phénomène de société. Les salons de thé et autres cafétérias qui proposent ce type de tabac moyennant 600 DA voire 800 DA ont poussé un peu partout dans la capitale. La « chicha », un mélange composé de 25% de tabac mixé à un arôme de fruits, attire de plus en plus d'adeptes, surtout les jeunes. Mais derrière ce goût exquis de menthe, de pomme ou de miel, se cache un vrai poison. Munie d'un long tuyau liant un flacon d'eau aromatisée que la fumée traverse pour arriver à la bouche du fumeur, le narguilé est très dangereux, et les consommateurs en ont conscience. Les consommateurs de narguilé ont leurs habitudes, leurs cafés favoris, leurs amis. Un rituel alimenté par un certain décor, un type d'ambiance et une certaine musique. Fumer la chicha devient pour certains un moyen de s'affirmer au sein du groupe, pour d'autres, c'est un passe-temps agréable et pour beaucoup, une réelle dépendance, une forme de drogue. Pour Bachir, rencontré dans la khaïma de l'Opéra, à Dely Brahim, c'est l'occasion de se retrouver entre amis et de déguster quelques saveurs autour d'une chicha. « Je n'en fume pas chez moi, contrairement à certains. Je m'y plais dans cette ambiance conviviale et les narguilés sont très agréables à fumer », indique-t-il. Après les heures de travail, lui et ses amis se retrouvent aux environs de 18h pour partager ce moment. Un autre fumeur, rencontré dans le même café, avoue être dépendant au narguilé après avoir arrêté le tabac. « J'en fume maintenant depuis deux ans, quotidiennement. » Les cafés-narguilés séduisent par leur ambiance atypique. Mais que deviendra la tendance avec l'application intégrale de la loi ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.